Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Mbaye Niang : «Aliou Cissé a toujours cru en moi»

Article Lu 1896 fois

29 mois. C’est la durée de l’absence de Mbaye Niang de la Tanière. Malgré tout, le Girondin, en pleine bourre après un détour dans les Championnats exotiques, notamment en Arabie Saoudite, ne désespère pas. Mieux, il se dit prêt à revenir en sélection. Parlant de ses supposées bisbilles avec le sélectionneur, le natif de Meulan-en-Yvelines botte en touche.



Mbaye, vous êtes en pleine bourre ces derniers temps avec Bordeaux. Quel est votre secret ?

Bon, j’ai effectué une bonne préparation. Parce que comme on le sait, j’ai signé assez tard à Bordeaux. J’ai eu besoin aussi d’un peu de temps. Après, à un moment donné, j’ai eu une petite blessure, rien de grave, mais qui m’a empêché d’évoluer dans ma progression. Là, je me sens très bien. Donc, j’espère aider l’équipe, comme je suis en train de le faire, jusqu’à la fin de saison.

Comment les Girondins ont-ils fait pour vous recruter ?

Ça s’est fait assez rapidement. C’est le président qui m’a contacté en me disant qu’il avait besoin de renfort en attaque, que mon expérience et mon vécu pouvaient beaucoup aider son équipe. Après, c’est un choix réfléchi, je pensais que ça allait me faire du bien, après mon prêt en Arabie Saoudite, pour me relancer en Europe. C’est donc pour ça que j’ai accepté le challenge de Bordeaux, même si je savais qu’il n’allait pas être facile. C’est un challenge que je voulais relever, c’est pour ça que j’ai accepté.

Quel objectif vous êtes-vous fixé en revenant en Ligue 1 ?

Déjà, en arrivant ici, je me suis fixé comme objectif de me remettre physiquement, de retrouver le niveau du Mbaye Niang qu’on connait. Parce que moi mon jeu, c’est beaucoup de puissance et d’abnégation, même s’il y a aussi de la technique. Donc, il fallait d’abord être prêt physiquement pour pouvoir répéter les efforts. Aujourd’hui, c’est chose faite, j’ai une très bonne condition, car j’ai enchaîné 4 matches d’affilée. C’est très positif, et c’est ce que je m’étais fixé comme mission en arrivant à Bordeaux. Mais aussi aider l’équipe par mes buts. Et, en ce moment, c’est ce que j’essaye de faire.

Le club girondin a-t-il les moyens de sa politique ?

Oui, je dirais, parce qu’on a un très bon groupe. On a un groupe qui travaille très bien avec des jeunes joueurs et des joueurs expérimentés. Il reste aussi à croire à ce maintien-là. Il reste quelques matches, je suis convaincu que si l’équipe sort les griffes comme on dit au Sénégal, je pense qu’on peut réussir quelque chose de grandiose. Donc, il ne faut vraiment pas lâcher, il faut continuer à travailler.

Tel un globe-trotter, vous migrez beaucoup, quel est votre championnat de préférence ?

Pour dire vrai, je n’ai pas réellement de préférence. C’est vrai le championnat français c’est là où j’ai été formé, c’est le championnat que je connais le mieux. L’Italie aussi, j’aime beaucoup, mais pour moi, l’Angleterre, c’est l’un des meilleurs championnats du monde, parce qu’il y a beaucoup de grands joueurs et c’est réputé. Après, c’est de trouver vraiment le bon projet, le championnat, ce n’est pas très important.

Et si on parlait de l’équipe nationale ?

Déjà, je tiens à féliciter mes frères qui ont remporté la Coupe d’Afrique. Je me souviens de la déception en 2019. C’était une très grande déception et je m’en rappelle comme si c’était hier. On a été tellement tristes. Mais, j’étais convaincu que le Sénégal allait remporter la CAN. Et franchement, j’étais le premier supporter du Sénégal. Aujourd’hui, je suis très heureux que le Sénégal ait enfin remporté cette CAN.

Justement comment vous vous êtes senti après le sacre du Sénégal à la CAN Cameroun 2021 ?

Je me suis senti comme tous les Sénégalais, c’est-à-dire fier et heureux. J’ai suivi tous les matches du Sénégal, bien sûr. J’avais vraiment envie qu’on remporte cette compétition-là, parce que je sais comment ça tenait à cœur aux Sénégalais. Et après l’échec de 2019, il fallait vraiment voir les visages tristes des Sénégalais. C’est là où je me suis dit qu’il faut vraiment qu’on réussisse à leur ramener cette CAN, car ce serait le plus beau cadeau qu’on peut leur faire. Et Alhamdoulilah, l’équipe avec le coach, a pu remporter cette coupe et je les félicite.

Avec quel Lion avez-vous plus communiqué durant la compétition ?

Ça m’est arrivé d’avoir souvent Lamine Diatta et Kalidou Koulibaly avec qui je suis assez proche. Kouli, avant et après les matches, on se parlait régulièrement, parce que c’est mon frère. Après, il y a Edouard Mendy aussi avec qui j’ai joué et avec qui j’ai une très bonne relation. J’essaye de prendre des nouvelles, de voir comment vit le groupe pour savoir s’ils vont enfin gagner le trophée. Je n’ai que de bons souvenirs en sélection, c’est pour ça que je voulais leur montrer que j’étais avec eux, malgré la distance. Parce que c’était quelque chose d’important et on a réussi.

À quel moment de la compétition avez-vous compris que cette année le Sénégal peut être sacré ?

Dès le début, je savais que l’équipe du Sénégal allait le faire, malgré les difficultés qu’on a rencontrées en poule. Parce qu’on faisait partie des favoris. Après le parcours qu’on a fait en 2019, la suite logique était de remporter la coupe. Et comme je suis pragmatique, je me suis dit que ce sera la bonne. Dès qu’on a commencé avec les confrontations directes, j’ai su que l’équipe va remporter la CAN. Et c’est ce qui est arrivé. Je suis très content.

À quand le retour de Mbaye Niang en sélection ?

J’espère que ce sera pour bientôt. J’essaye d’être performant, car je sais que le Sénégal est une grande nation. J’ai été en sélection pendant tant d’années. Après, aussi, j’ai fait le choix d’aller en Arabie Saoudite. C’était difficile, mais là, je reviens bien physiquement. J’essaye d’être performant avec mon club et inch Allah, j’espère revenir très rapidement parce que ça me manque aussi.

Pourquoi, depuis la CAN 2019 en Égypte, vous n’êtes plus revenu en équipe nationale ?

Je pense que ce sont les circonstances d’une chose. Je pense que j’étais revenu en août ou septembre, je ne me rappelle plus (ndlr, 14 novembre 2019 contre Congo Brazzaville, 1ère journée éliminatoires CAN 2021, remportée par les Lions à Thiès sur le score de 2-0). Mais voilà, c’est le passé. Je n’ai jamais de problème avec l’équipe nationale. Au contraire, j’ai toujours montré cette envie de jouer pour le Sénégal. Ce n’est donc pas aujourd’hui que je vais dire que je n’ai plus envie de jouer pour le Sénégal. J’entends beaucoup de choses qui sont fausses, malheureusement. Parce que je ne m’exprime pas beaucoup. Et c’est peut-être ce qui me porte préjudice. Mais aujourd’hui, je peux dire aux Sénégalais qu’en aucun moment Mbaye Niang n’a dit qu’il ne veut plus jamais porter le maillot du Sénégal. Je l’ai toujours répété, je suis fier d’être sénégalais. Je vais toujours le revendiquer. J’ai toujours défendu le maillot comme si c’était la dernière fois que j’allais le porter. Donc, il y a plein de choses qui ont été prises en compte. C’est aussi le choix d’être parti en Arabie Saoudite. Il y a plusieurs choses que je n’ai pas besoin d’expliquer, mais le plus important c’est que l’équipe avance et que le Sénégal soit content. Le reste, les cas personnels, on a le temps de les régler.

La Tanière vous manque-t-elle ?

Oui, ça me manque de jouer pour mon pays. Chaque fois que je venais en sélection, j’étais très fier, très content. Et ça, même les joueurs peuvent en témoigner. Donc, c’est sûr que ça me manque. Mais comme j’ai dit, il y a eu un choix fait á un moment donné. En partant en Arabie Saoudite, je savais que le coach a une philosophie de prendre des joueurs compétitifs et qui jouent en Europe. Maintenant, Mbaye Niang est revenu, il a retrouvé sa forme et inch Allah, il va tout faire pour revenir en équipe nationale. Ça me manque et j’ai à cœur de retrouver mes coéquipiers et le public sénégalais.

Pensez-vous être en mesure de revenir après tant d’années d’absence ?

Oui, en tout cas, je travaille pour être performant le week-end prochain. Parce que je sais qu’il y aura des sélections très prochainement. Donc, je vais travailler pour marquer des buts, de ne pas me blesser et inch Allah, le sélectionneur aura le choix de me prendre ou non lors des prochaines échéances.

Que s’est-il réellement passé avec le coach quand il est venu vous rendre visite à Rennes vers l’automne 2019 ?

Quand il est venu me rendre visite à Rennes… moi j’entends beaucoup de choses, mais il ne s’est rien passé de particulier. Après, il y a eu l’épisode où j’étais blessé et que certainement je n’ai pas été constaté. Mon club avait refusé, à l’époque, que j’aille faire constater ma blessure en sélection. Mais sinon, avec le coach, il ne s’est rien passé de particulier. Juste qu’après, j’étais parti en Arabie Saoudite, donc le coach ne m’a pas sélectionné ensuite.

Ne pensez-vous pas qu’il est opportun de prendre son téléphone pour s’entretenir avec le sélectionneur ?

Moi, le téléphone du coach je l’ai, donc s’il y a un problème demain je suis en mesure de l’appeler. Après, il y a beaucoup de “on dit”, mais le plus important comme j’ai toujours dit, c’est que c’est Aliou mon sélectionneur et s’il faut régler quelque chose, c’est avec lui.

Avez-vous conscience qu’il faut au préalable s’entretenir avec le coach ?

Oui, mais après, avec le coach, on parlera le moment venu. Pour moi, là, il n’y a pas nécessité de l’appeler. Au bon moment, on parlera et s’il y a une explication à avoir on l’aura comme on a toujours fait. Aliou c’est un coach qui a toujours cru en moi.

Êtes-vous d'avis qu’il ne sera pas facile de bousculer l’équipe en place, surtout en attaque où la concurrence fait rage ?

Non, parce que même quand j’y été, il y avait de la concurrence. C’est normal qu’une grande nation comme le Sénégal ait des joueurs offensifs de qualité. Mais après, la concurrence ne m’inquiète pas.


IGFM Par Bacary CISSÉ

Article Lu 1896 fois

Samedi 30 Avril 2022




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State