Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Transports en commun : retour des passagers debout...et des surcharges

Article Lu 1460 fois

Pour les bus, le nombre de passagers était, ces derniers mois, limité aux places assises pour freiner la propagation du coronavirus. Le ministère des Transports autorise désormais les transporteurs à embarquer des passagers debout. Un nouvel assouplissement salué par les professionnels du secteur, mais la surcharge inquiète certains voyageurs.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac



Transports en commun : retour des passagers debout...et des surcharges
Embouteillage à la gare routière Petersen. Un bus indien Tata, à destination de Guédiawaye en banlieue de Dakar, tente de se frayer un passage. Á bord, Mame Goor Ndiaye, « receveur », encaisse l’argent des passagers : « Nous sommes très contents parce que s’il y a plus de 15 ou 16 personnes, on te donne beaucoup d’argent. »

Vingt-huit passagers assis et une quinzaine debout, un retour à la normale bienvenu pour monsieur Dieng, qui agite entre ses mains l’arrêté du ministre des Transports. Conducteur de bus depuis 35 ans, il se plaint de contrôles de police qui continuent malgré la nouvelle directive : « Ils distribuent des amendes. Les policiers disent qu’ils ne sont pas au courant. Si ça continue comme ça, la banque va prendre la voiture, car ce sont des traites qu’on paye chaque mois. »

Le port du masque reste obligatoire pour les chauffeurs et passagers. Les véhicules doivent être désinfectés au moins une fois par jour. Mais Awa, installée à bord d’un bus bondé, n’est pas rassurée : « Il y a des gens qui ne respectent pas le port du masque. Certains le portent, mais d’autres ne le portent pas. Cela nous inquiète puisque la maladie est toujours là. Et puis, on ne peut pas rester chez nous, on doit faire des courses et on n’est pas à l’aise. »

Plus de passagers, cela signifie aussi plus de clients pour les nombreux commerçants qui travaillent aux abords de la gare : « On vend beaucoup d’eau. Il y a plus de monde, ça marche », se réjouit un vendeur.


Rfi.fr

Article Lu 1460 fois

Jeudi 17 Septembre 2020




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Octobre 2020 - 12:27 Les plats transformés sont dangereux

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State