Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Territoires palestiniens, des générations de palestiniens victimes du terrorisme israélien

Article Lu 1397 fois


(AFP) - Sur les murs écaillés du camp de Jénine, les posters de jeunes "martyrs" ou de prisonniers palestiniens, keffieh au cou, AK-47 en mains, contemplent toujours les passants, comme si les fantômes de la seconde Intifada n'avaient jamais vraiment quitté les lieux. Dents de morse, corps sec, noueux, arrondi par un petit ventre de sucre, Nidal Naghnaghyeh Turkeman salue un ancien de la "résistance" devenu vendeur de raisins en chaise roulante, puis les doyens du quartier ou les "shebabs", des jeunes déjà usés pour certains par des allers-retours dans les prisons israéliennes.

Nidal n'a rien d'un enfant de choeur. Adolescent, il a combattu durant la première Intifada (soulèvement palestinien, 1987-1993), puis à nouveau durant la seconde.C'était il y a 20 ans. Le 28 septembre 2000. Dans un contexte tendu, marqué par l'impasse de la mise en oeuvre des accords de paix d'Oslo et l'échec d'une conférence à Camp David (Etats-Unis), le chef de l'opposition israélienne d'alors, Ariel Sharon, se rend sur l'Esplanade des Mosquées de Jérusalem, ou Mont du Temple pour les juifs.

Le geste est perçu comme une provocation côté palestinien et de violents affrontements éclatent avec les forces israéliennes.La seconde Intifada est en marche et embrase dans son sillage pendant cinq ans Israël, endeuillé par des attentats à répétition, mais aussi la bande de Gaza et la Cisjordanie occupée, théâtre de violents affrontements comme dans le camp de réfugiés de Jénine (nord), assiégé pendant plus d'un mois, au printemps 2002.Ici, il y avait un tireur d'élite. Là, un système de tunnels permettant aux combattants de circuler entre les maisons de béton de gris cru, raconte à l'AFP le revenant Nidal, réapparu ce printemps après 17 ans de prison pour sa participation à une attaque fatale à six Israéliens peu après le siège de Jénine.Près de deux décennies plus tard, les portraits de jeunes prisonniers y côtoient ceux d'anciens "martyrs" de l'Intifada, une affiche jaunie de l'Irakien Saddam Hussein en chapeau melon et un graffiti tatoué du message "Le passé sera encore présent dans le futur"."

Quand je marche dans le camp, j'essaie de réconcilier ma mémoire avec ce que je vois aujourd'hui", murmure l'ancien combattant du Fatah en soulevant la poussière des venelles qui séparent les édifices de béton gris d'où, des toits, les Palestiniens aperçoivent au loin les collines et leurs villages d'antan en Israël.Outre l'émergence des réseaux sociaux, bien des choses ont changé depuis le dernier soulèvement palestinien. Gaza est contrôlé par le Hamas islamiste et sous blocus israélien, une large "barrière de sécurité" sépare Israël de la Cisjordanie, les Américains ont reconnu Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu, des monarchies du Golfe "normalisent" leurs relations avec Israël tandis que les dirigeants palestiniens tentent de panser leurs divisions. - "S'exiler ou se battre" -

Article Lu 1397 fois

Mardi 29 Septembre 2020




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State