Référence multimedia du sénégal
.
Google

Souleymane Camara, cet exemple que l'on ne cite pas assez

Article Lu 1283 fois


L'attaquant international Sénégalais de Nice, Souleymane CAMARA, en contrat avec le club jusqu’en 2009, est prêté au Montpellier Hérault Sport Club (Ligue 2) pour la saison 2007-2008.

Ainsi débutait l'histoire entre Souley et Montpellier.

Un début de carrière à Monaco mitigé
Originaire de Dakar, le club de la Principauté lui fait passer des essais et intègre ensuite le centre de formation quelques semaines plus tard. Le Sénégalais débute alors sa carrière en 2001 où il dispute un total de 21 matchs. Tout d’abord en tant que remplaçant puis en tant que titulaire. C’est d’ailleurs sur sa première titularisation qu’il marque son premier but chez les professionnels contre Rennes.

La saison d’après, Camara dispute 22 matchs dont treize en tant que remplaçant. Il marque d’ailleurs trois de ses quatre buts de la saison après avoir débuté sur le banc. Cette année montre déjà ses capacités de super-sub. Il remporte le premier titre de sa carrière avec la Coupe de la Ligue en 2003.

Son temps de jeu se dégrade sur les deux saisons suivantes. Il est prêté six mois lors de la deuxième partie de saison 2003/2004. Par conséquent, le joueur de 36 ans n’a pas connu la folle épopée des Monégasques en Ligue des Champions. Puis, il joue seulement dix matchs de championnat pour un petit but.

Un échec chez le voisin niçois
Pour tenter de lancer pleinement sa carrière de joueur professionnel, Camara décide de changer d’environnement. Pour ce faire, il s’engage à l’OGC Nice. Mais cela ne va pas se passer de façon idéale puisqu’il ne joue pas plus qu’avec son club formateur. En effet, lors de sa première saison, il joue seize matchs et un total de 440 minutes de jeu pour un seul but en tant que remplaçant.

La saison suivante est du même acabit voire légèrement moins bien. Le Sénégalais ne marque aucun but sur la saison entière pour la première et seule fois de sa carrière. Il faut dire qu’il n’a que 247 minutes de temps de jeu sur ses quinze apparitions, soit même pas trois matchs de 90 minutes.


La consécration à Montpellier

Nice prête Souleymane Camara à Montpellier, club encore en Ligue 2, où il va connaitre sa première saison pleine. Et cela se voit dans les statistiques puisqu’il marque 11 buts. À l’issue de ce prêt, le club héraultais le conserve et l’histoire d’amour entre les deux peut réellement commencer. Grâce en partie à ses six buts, le droitier voit son club finir deuxième et est ainsi promu en Ligue 1. Deux ans après, Camara retrouve la première division.

Les deux premières saisons se passent de nouveau très bien où il enchaîne les matchs. Il joue un total de 74 rencontres pour treize buts dont cinq en tant que remplaçant. La saison 2011/2012 est ensuite, et sans aucun doute, la plus belle émotionnellement.


En effet, l’ailier droit remporte le premier championnat de sa carrière. Il y participe en inscrivant neuf buts (cinq en sortant du banc) et sept passes décisives. Souley réalise notamment le premier doublé de sa carrière contre Rennes en ne jouant que 24 minutes.

Vers une fin de carrière au club héraultais ?
La saison de l’après-titre est sa plus jolie statistiquement en Ligue 1 avec un total de dix buts avec, curieusement, seulement deux réalisations en remplaçant. Il connait également l’honneur de marquer en Ligue des Champions à Schalke.

« Je ne me considère pas comme un super remplaçant ou quelque chose comme ça. Je me considère comme un joueur professionnel »


Sur ses réalisations, 40% ont été marqués alors qu’il est entré en jeu. Cela fait alors de lui le remplaçant le plus prolifique du XXIème siècle.

L'attaquant de Montpellier, Souleymane Camara, est entré dans l'histoire de la Ligue 1. L'international sénégalais de 36 ans est devenu le premier pensionnaire de Ligue 1 à avoir marqué lors de 15 saisons différentes de ce championnat depuis le début du vingt-et-unième siècle.

En Angleterre, un autre « Super Sub » célèbre est devenu entraîneur de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer. Tu t'imagines dans un rôle de coach à la fin de ta carrière ?

On m’a souvent dit que j’avais un potentiel pour devenir entraîneur, mais pour le moment, je me sens bien. J’ai envie de rejouer encore, de reprendre du plaisir sur le terrain. Je vais d’abord continuer à jouer, mais il ne faut jamais dire jamais. Pourquoi ne pas passer les diplômes d’entraîneur.

Article Lu 1283 fois

Dimanche 6 Octobre 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State