Référence multimedia du sénégal
.
Google

[POÉSIE] AssMoussa Un jeune amoureux de la littérature

Article Lu 1850 fois

Le Jeune poète en herbe nous présente un de ses œuvres intitulé "LA CAVERNE" Un poème écrit avec 12 mots pour chaque vers !



[POÉSIE]  AssMoussa Un jeune amoureux de la littérature
LA CAVERNE

Aux terres ancestrales, dans cet espace si petit et hermétique, ils résident.

Depuis le big-bang de leurs vies, sûrement, ils y auront leurs rides

Vous cherchez le temple de l'illusion ? Du rêve ? De l'utopisme ?

Soyez les bienvenus ! Ici, vous saurez ce qu'est le mot fantasme !

De l'enfance jusqu'à l'âge adulte leurs objectifs restent intacts

Ils rêvent d'être joueurs professionnels séant chez eux, sans nul acte.

Autour du thé, ils se regroupent, à tout instant, matin, midi, soir.

Oups ! Pardon ! J'avais oublié, pour eux, ce cycle est purement dérisoire.

Débattant de tout et de rien, leurs centres d'intérêt demeurent vains.

Ils dorment rarement, jamais la nuit, que des chauves-souris ayant toujours faim.

Ils courent seuls, quand ils veulent, nourrissant des croyances qui les leurrent.

Quelle réussite s'est construite sans biens des sacrifices et dur labeur ?

L'école qui les avait accueillis, tout petit, s'est sentie enlaidie !

Par les bouderies d'inconscients qui, des lieux, seront plus tard bannis.

Leurs parents dans tout cela ? Non ! Pas d'inquiétude, ils sont là !

Mais la majeure partie a "démissionné", le reste est plus que las

D'essayer de sauver des âmes possédées par une passion bien ardente

"Ah ! Le football où rien, d'accord, laissons-le suivre sa pente !"

Ils disent être fatigués de leurs enfants n'ayant plus d'espérance !

Quel fils aura bénédiction des siens face à une si grande défiance ?

À peine, ils savent lire et écrire et en sont purement fiers !

"Nous maîtrisons Whatsapp, le reste, nous n'en avons rien à faire."

Travailler ? Ils n'y pensent pas, même si cela doit être momentané.

"Laisse-moi ! Tu parles trop, occupe-toi de tes oignons l'aliéné."

Courir, connecter, veiller, thé, rêver, leurs vies se limitent à ceux-ci

Dans cet endroit peu propice, ils sont comme, dans un piège, saisis.

Cette routine fallacieuse qui, jamais ne se termine, les retient tous prisonniers

Rares sont ce qui en échappent, les autres seront tout bonnement niais.

De la caverne, ils seront tirés, par les exigences de la vie.

Quand ils seront adultes devant gérer une famille, plus de rêves permis.

Hélas ! Malgré un tel retard, ils seront contraints de rejoindre les rangs.

De ces êtres plus que réalistes ; leurs échecs qui en seront garants ?

FIN !
ASSMOUSSA.
moussasamba93@gmail.com

Article Lu 1850 fois

Mardi 23 Octobre 2018




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State