Référence multimedia du sénégal
.
Google

Ngathie Fall, terre d’éclat de la spiritualité Baye Fall

Article Lu 1210 fois

Ngathie Fall est devenu, au fil des âges, le produit d’une alliance intelligente entre la chefferie traditionnelle et le pouvoir religieux. Fondé par une famille Ndiaye originaire du Baol, ce village enclavé de la commune de Ndiago dans le département de Guinguinéo est mis en lumière par une figure religieuse, un petit-fils de Cheikh Ibra Fall, Serigne Massamba Fall «Borom Ngathie». Il y organise, avec ses disciples Baye Fall, le Magal annuel de Ngathie Fall devenu, aujourd’hui, un univers de célébration de la philosophie Baye Fall, du merveilleux et de «l’inhabituel».



Un homme de taille courante, entouré d’une cohorte révérencieuse et admirative, s’avance en procession solennelle vers des fidèles dans un état de grande exaltation. La majestueuse tenue blanche du guide spirituel, Serigne Massamba Fall, petit-fils de Cheikh Ibra Fall, est en harmonie avec ses cheveux contrastant avec la noirceur de sa peau. La fureur des tam-tams se joint à la valse des rayons du soleil pour exciter davantage les bandes dévotes aux dreadlocks interminables dont la chorégraphie (« Doukat ») est un temps de délectation, de transe et d’accomplissement d’un rituel mystique. On est à Ngathie Fall, espace de sublimation où se déploie la spiritualité Baye Fall. Ici, univers de frénésie, de syncrétisme religieux et philosophique, les âmes s’affranchissent du conformisme du «dehors» sans en faire des centurions de la transgression. Sur une des nombreuses et pittoresques clôtures en paille des modestes habitations voisinant avec des jujubiers «se perche» cette note : «interdit de fumer».

Ngathie Fall est un hameau qui se trouve à quelques encablures de Ndiago, petite commune du département de Guinguinéo dans la région de Kaolack. Chaque année, pour célébrer le Magal éponyme, des centaines de fidèles empruntent une longue route latéritique ceinte par une végétation herbeuse couronnée de quelques arbres « rabougris » où paissent vaches, chèvres et ânes. Au beau milieu de ce « bled », est dressée une tente imposante reposant, en partie, sur un pan de mur orné de deux portraits physiques du père de Serigne Massamba, Serigne Modou Moustapha Fall (fils de Cheikh Ibra Fall), et de son demi-frère, Cheikh Fall «Bayub Goor gni».

Instant d’exaltation

Cette commémoration religieuse est un éloge à l’œuvre de ce dernier. « Serigne Cheikh Fall a été pour moi plus qu’un frère. Il a assuré mon éducation spirituelle et religieuse. C’est pourquoi, depuis 1982, j’organise ce Magal pour partager avec les fidèles les valeurs qu’il a promues durant toute son existence terrestre, celles du mouridisme. Je m’emploie quotidiennement à rester dans ce sillon. Je suis un cultivateur et aucune graine, après la récolte, ne reste dans mon grenier. Tout est destiné au Khalife général des mourides. Car, nous devons perpétuer la relation mystique qu’il y avait entre Cheikh Ibra Fall et Cheikh Ahmadou Bamba » dit Serigne Massamba Fall « Borom Ngathie » qui a appris le Coran auprès de Serigne AssaneDieng et à Keur Gou Mak à Diourbel. Il a également fait ses humanités à Sam Fall et à Touba Fall. Ce Magal est le temps d’une communion entre le guide et ses disciples d’une ardeur exubérante. On s’inflige les coups de gourdin dans le dos dans un instant d’exaltation extrême. On baise les mains de l’autorité spirituelle, s’incline, lui chuchote des mots à l’oreille pour guérir d’un mal, se préserver de l’avenir. Les espérances sont à la mesure des effusions. Les plus généreux le gratifient, fiers, d’une dîme. D’autres la remettent à une femme portant un cabas à la main et lambinant entre des groupes épars d’individus de tous les âges. Certains sont incapables de lucidité. Ceux qui y accèdent encore prononcent des panégyriques ou récitent le Coran sous des guitounes dressées à l’occasion. Des dames, conversant joyeusement, s’affairent au petit commerce de perles et d’encens au moment où d’autres sont occupées à faire la cuisine. L’une d’elles, venue de la Gambie, pense ceci de ce Magal et de celui qui en est l’initiateur : « Ngathie Fall est un tout petit village sans infrastructure. Mais, partout où notre guide, Serigne Massamba Fall, ira s’installer, nous nous efforcerons de vivre avec lui ces moments de ferveur religieuse qui nous éloigne de toutes les insignifiances de ce monde ». Pape Sylla, un de ses disciples, en dit un peu plus : «Serigne Massamba Fall n’aime pas la ville et tout ce qui est mondanité. C’est un homme de Dieu qui éduque ses disciples à la citoyenneté et chérit les vertus du travail loin de cette perception fausse et négative du Baye Fall. Celui-ci est un producteur de richesses. Il faut être animé d’une grande conviction pour investir ce milieu austère où l’eau et l’électricité n’y sont disponibles que depuis quelques temps».

A l’origine, Ngathie Ndiaye

C’est en 1980 que Serigne Massamba Fall est venu à Ngathie sur recommandation de son grand-frère et tuteur Serigne Cheikh Fall « Bayub Goor gni ». Il lui aurait donné quelques indications énigmatiques sur le lieu d’implantation. Le petit-fils du compagnon de Cheikh Ahmadou Bamba y trouve une famille Ndiaye, fondatrice du hameau en 1902. Modou Ndiaye Ngathie, originaire du Baol, s’y serait installé le premier. Il nomme la localité Ngathie Ndiaye devenu Ngathie Fall dans l’appellation courante du fait de la renommée du marabout Baye Fall. Modou Ndiaye s’est d’abord installé à Ndiago dont les habitants n’étaient pas encore convertis à l’Islam. Il décide alors de poursuivre son chemin et s’établit à deux kilomètres de Ndiago. Le fondateur nomme cette terre Ngathie en référence à une autre localité de Lambaye. Quand Serigne Massamba Fall est venu s’y installer, Modou Ndiaye Ngathie n’était plus de ce monde. C’est son fils, Dame Ndiaye, qui l’a accueilli.
«J’y ai été bien reçu par la descendance du fondateur de Ngathie. Il n’y avait presque rien ici. Je me suis mis à l’agriculture et j’ai développé une passion pour la chasse. Pour la première édition du Magal, en 1982, nous nous sommes contentés, une poignée de disciples, des neveux et moi, du Café Touba pour nous accompagner dans ces instants de grande dévotion. L’année suivante, une âme généreuse du nom de Pape Diouf Mané nous a gratifiés d’une chèvre», se souvient-il, la voix étreinte par l’émotion. Aujourd’hui, Ngathie Fall, hameau jadis anonyme, est entré dans le langage courant de certaines populations dakaroises avec le jurement «Barké Serigne Ngathie».
Ngathie Fall est le résultat d’un compromis tacite entre la chefferie incarnée par la famille Ndiaye et l’autorité religieuse, de plus en plus grandissante, qui lui assure l’équilibre et le met à l’abri des litiges fonciers. Cela est également facilité par l’appartenance des deux descendances à la confrérie mouride et au Baol. La demande croissante de parcelles de terrain est le fait de disciples Baye Fall venus d’horizons divers. La communauté Baye Fall est devenue, par son ardeur et son organisation, une «minorité conquérante». La ferveur religieuse et la construction d’un discours mystique autour de l’autorité spirituelle ont sorti Ngathie Fall de l’anonymat et fini de placer ce hameau sans grand relief sur la carte de Guinguinéo.

LESOLEIL Alassane Aliou MBAYE et Oumar BA

Article Lu 1210 fois

Lundi 20 Janvier 2020




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Février 2020 - 07:15 L'actualité survolée du 18/02/2020

Lundi 17 Février 2020 - 07:11 L'actualité survolée du 17/02/2020

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State