Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Moustapha Niasse : un départ en retraite compromis

Article Lu 11290 fois

Le Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Moustapha Niasse estimait, en juin dernier, qu’il était temps de rajeunir la direction du parti, ouvrant ainsi, à 83 ans, sa succession au poste de Secrétaire général. Mais si la date du congrès devant entériner son départ a été retenue au 1er semestre 2022, tout concourt aujourd’hui à un report du départ à la retraite du mohican de la politique sénégalaise.



«Pister les jeunes». C’est la voie de sortie dans laquelle s’était engagé le Président Moustapha Niasse pour franchir l’obstacle naturel de la vieillesse. Après plus de 50 ans de militantisme et près de 22 ans à la tête de l’Alliance des forces de progrès (Afp), l’actuel Président de l’Assemblée nationale (83 ans), l’un des mohicans de la politique sénégalaise, avait annoncé sa décision de se retirer du secrétariat général de l’Afp. C’était à l’occasion de la dernière célébration de «l’appel du 16 juin 1999» commémorant la création de sa formation politique, l’Alliance des forces de progrès. Niasse envisageait ainsi de céder la direction de son parti à la jeune garde de l’Afp dont certains ont déjà capitalisé une bonne expérience gouvernementale. «La date du congrès sera fixée d’ici la fin du mois de juillet. Le congrès se tiendra certainement dans le premier semestre de 2022, après les élections Locales. Moi, je ne serai plus secrétaire général de l’Afp. Parce que 22 ans, ça suffit. Depuis 10 ans, je demande aux jeunes de se préparer pour la relève. S’ils m’avaient suivi, ils auraient pris la relève il y a 7 ans. Maintenant ils sont prêts. Donc, je ne serai plus secrétaire général de l’Afp après le congrès», déclarait, le 16 juin 2021, l’enfant de Keur Tapha, patelin niché près de Keur Madiabel dans le département de Nioro du Rip. Mais depuis lors les choses ne semblent pas bouger. Le projet de succession tarde à se réaliser. Au sein de l’Alliance des forces de progrès, on fait état de possible report de la date du congrès d’adieu à Niasse, qui pourrait ne pas tenir, comme promis, au premier semestre 2022.

«Le vœu de Moustapha Niasse est une chose et celui du parti en est une autre»
Porte-parole adjoint de l’Afp et responsable national de la vente des cartes de membre du parti, Alioune Badara Diouck tient d’emblée à faire savoir que «le vœu du Président Niasse» n’est pas aussi simple à réaliser. Membre du secrétariat politique exécutif, Diouck précise que le Président Niasse est toujours dans sa posture de quitter la tête de l’Afp. «Mais, souligne-t-il, cette décision de céder le fauteuil doit répondre à une procédure édictée par les textes et règlement du parti.» Alioune Badara Diouck : «Le Président Niasse avait déjà fait la déclaration de partir après l’élection présidentielle de 2012. Il nous avait toujours dit de nous préparer à prendre le parti. Il n’a fait que réitérer. Peut-être, cette fois-ci, le message était beaucoup plus fort lors de la cérémonie de l’appel du 16 juin. Le vœu de Moustapha Niasse est une chose et celui du parti en est une autre. Nous sommes une organisation politique bien stratifiée, bien organisée et disciplinée avec des textes qui régissent son fonctionnement. Le départ du Secrétaire général est un processus. Il faut organiser un congrès. Alors que la tenue du congrès est une chaîne avec plusieurs maillons. Il y a d’abord la vente des cartes de membre. Ensuite, il faut déployer les commissaires politiques sur le terrain pour renouveler les instances de base. Après il faut revoir les textes parce qu’il y a beaucoup de dispositions qui sont devenues obsolètes au niveau du règlement intérieur. Il va falloir faire un nettoyage de l’ensemble des textes qui régissent le fonctionnement du parti pour aller au congrès. Mais avec la situation du Covid-19 et les restrictions, les choses n’ont pas pu se faire comme souhaité. Nous n’avons pas pu nous rassembler, tenir les réunions pour mettre cette machine vers le congrès.»

«Clôturer la vente des cartes et renouveler les instances avant d’aller au congrès»
Aujourd’hui, si les restrictions liées à la crise sanitaire du Covid-19 ont perturbé le calendrier et le programme de l’Alliance des forces de progrès, malgré l’engagement du Président Niasse, le porte-parole adjoint de l’Afp informe qu’aucune date n’a encore été retenue pour la tenue du prochain congrès. Et celle du premier semestre de 2022 pourrait être largement dépassée. Alioune Badara Diouck : «Il faut qu’on sache au niveau de chaque collectivité territoriale le nombre de militants qu’on a et qu’on les identifie. Après cela, nous allons mettre en place les délégations communales, départementales et les coordinations régionales. C’est un processus qu’il faut finir avant d’aller au congrès. Car c’est le congrès qui doit entériner l’ensemble de cette organisation au sein du parti. Et pour le moment, on n’est pas encore là», explique le président national de la vente des cartes de membre de l’Afp. Pour Alioune Badara Diouck, si les renouvellements des instances de base tardent à se faire faire, la vente des cartes de membre avance à grands pas. Et depuis l’annonce du Président Niasse de céder son fauteuil, la vente des cartes a dépassé le cap des 300 mille. «Depuis la célébration de l’appel du 16 juin nous avons vendu plus de 300 000 cartes de membre. Mais comme la vente des cartes n’est pas encore terminée, on ne peut pas envoyer les commissaires sur le terrain pour renouveler les instances de base», précise-t-il.


Le profil du successeur se Niasse
Le vœu du Président Niasse, c’est de céder la place aux jeunes. Ainsi en annonçant son retrait de la direction de l’Afp, le Président Niasse ouvre la voie à sa succession. Et certains profils sortent du lot. Selon des sources internes de l’Afp, quatre responsables pourraient se disputer le fauteuil de Niasse. Il s’agit du ministre du Tourisme, Alioune Sarr, du porte-parole de l’Afp, Dr Malick Diop, du maire de Ngoundiane, Mbaye Dione et du directeur de cabinet de Niasse, Bouna Mouhamed Seck. Seulement pour Alioune Badara Diouck, le successeur du Président doit répondre à un certain nombre de critères. «Pour le profil, il nous faut un leader imbu des valeurs de la sociale démocratique en plus de cela les valeurs sénégalaises et africaines. Il nous faut un leader qui a des valeurs de la République dont l’esprit épouse un patriotisme sénégalais et africain. Il nous faut un leader qui connaît le parti et qui a les capacités de manager l’Afp. Et dans le parti, il y a des hommes et des femmes qui incarnent cela», égrène-t-il. En attendant le bouclage de ce processus assez complexe, le Président Niasse, lui, tient encore son fauteuil au chaud. A moins qu’il démissionne avant le congrès.
L'OBSERVATEUR FALLOU FAYE

Article Lu 11290 fois

Jeudi 6 Janvier 2022




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State