Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le train Dakar-Bamako : histoire d’un lent déclin

Article Lu 1334 fois

À cause du mauvais état des rails, la liaison ferroviaire entre Dakar et Bamako est à l’arrêt. La réhabilitation de la voie ferrée avait pourtant été décidée en 2010 pour relancer le trafic, mais rien n’est encore fait. Et on nous annonce la création d’une nouvelle ligne ferroviaire entre Dakar et Tambacounda. Le train Dakar-Bamako survivra-t-il ?



Le réseau ferroviaire sénégalais présente aujourd’hui deux visages contrastés : un train express régional moderne bientôt en service (?) entre Dakar et l’aéroport Blaise Diagne, et une infrastructure décrépite vieille de plus de 80 ans qu’est la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako.

Depuis sa création en 1924, la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako n’a jamais été modernisée. Les voies ont vieilli et certains tronçons sont devenus quasiment impraticables. Seules quelques locomotives fonctionnent aujourd’hui. Cette situation a engendré en 2010, puis en 2018, l’arrêt des rotations ferroviaires, avec des conséquences énormes pour les deux pays.

Pour le Sénégal, cette immobilisation a fait perdre au port presque 20 % de ses flux alors que Dakar est en compétition avec d’autres ports de la sous-région comme celui d’Abidjan, de Lomé, de Tema ou encore de San Pedro. Pour le Mali, le rail constituait un vrai couloir de désenclavement du pays et le train faisait vivre beaucoup de monde. Aujourd’hui, la précarité s’installe dans les zones où le train passait autrefois.


L’HISTOIRE DU CHEMIN DE FER DAKAR-NIGER
Le projet de construction de la ligne de chemin de fer Dakar-Niger est élaboré à la fin du XIXe siècle par le général Gallieni, commandant du Soudan français. L’objectif était de relier le fleuve Niger et le port de Dakar afin de permettre l’acheminement des matières premières vers la métropole. La construction de la ligne sera achevée au début du XXe siècle : le tronçon Kayes-Koulikoro sera inauguré en 1904 et la totalité de la ligne, Dakar-Koulikoro, en 1924.

À l’indépendance du Mali et du Sénégal, après l’éclatement de la Fédération du Mali, l’ancienne Régie des Chemins de fer de l’Afrique de l’Ouest est scindée en deux compagnies distinctes, la Régie des chemins de fer du Mali (RCFM) et la Régie sénégalaise. Un accord entre le Sénégal et le Mali en 1962 détermine l’exploitation commune de la ligne par les deux régies.

En 1947, une grève des cheminots éclate et va durer plusieurs mois afin d’obtenir les mêmes droits que les cheminots français et une revalorisation de leur salaire. La grève dure du 11 octobre 1947 au 19 mars 1948 et aboutit à une augmentation des salaires de 20 % malgré entre autres l’emprisonnement du leader syndical Ibrahima Sarr et le licenciement de grévistes. L’écrivain sénégalais Ousmane Sembène relate cette grève dans son roman Les Bouts de bois de Dieu publié en 1960. Le film « Les pirogues des Hautes Terres » raconte aussi l’affrontement entre les colons et les cheminots.

UNE PRIVATISATION QUI A COMPLÈTEMENT DÉRAILLÉ
En 2003, le Mali et le Sénégal décident d’accorder une concession globale et intégrale à la société franco-canadienne Transrail SA pour une durée de 25 ans. La société s’engage à supporter l’entretien et l’exploitation de la ligne, mais aussi à investir dans la réfection des infrastructures.

C’est un constat d’échec : la dégradation de l’infrastructure et l’usure du matériel ne permettent plus de continuer l’activité ferroviaire qui présente de plus en plus un danger pour les usagers avec des accidents fréquents. Ceci entraîne l’arrêt des transports voyageurs en 2010, avant même la résiliation de la concession. Les deux États décident en 2015 de mettre fin à la concession qui devait durer jusqu’en 2028.

Accueil / Actualités / Le train Dakar-Bamako : histoire d’un lent déclin

HISTOIRE ET PATRIMOINE / TRANSPORT

Le train Dakar-Bamako : histoire d’un lent déclin

À cause du mauvais état des rails, la liaison ferroviaire entre Dakar et Bamako est à l’arrêt. La réhabilitation de la voie ferrée avait pourtant été décidée en 2010 pour relancer le trafic, mais rien n’est encore fait. Et on nous annonce la création d’une nouvelle ligne ferroviaire entre Dakar et Tambacounda. Le train Dakar-Bamako survivra-t-il ?

FacebookPartagez cette pagePublié le 26 novembre 2019 | 0 commentaire
Le réseau ferroviaire sénégalais présente aujourd’hui deux visages contrastés : un train express régional moderne bientôt en service (?) entre Dakar et l’aéroport Blaise Diagne, et une infrastructure décrépite vieille de plus de 80 ans qu’est la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako.

Depuis sa création en 1924, la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako n’a jamais été modernisée. Les voies ont vieilli et certains tronçons sont devenus quasiment impraticables. Seules quelques locomotives fonctionnent aujourd’hui. Cette situation a engendré en 2010, puis en 2018, l’arrêt des rotations ferroviaires, avec des conséquences énormes pour les deux pays.

La ligne Dakar-Koulikoro
La ligne Dakar-Koulikoro
Pour le Sénégal, cette immobilisation a fait perdre au port presque 20 % de ses flux alors que Dakar est en compétition avec d’autres ports de la sous-région comme celui d’Abidjan, de Lomé, de Tema ou encore de San Pedro. Pour le Mali, le rail constituait un vrai couloir de désenclavement du pays et le train faisait vivre beaucoup de monde. Aujourd’hui, la précarité s’installe dans les zones où le train passait autrefois.

La gare de Dakar en 2019
La gare de Dakar en 2019
L’HISTOIRE DU CHEMIN DE FER DAKAR-NIGER
Le projet de construction de la ligne de chemin de fer Dakar-Niger est élaboré à la fin du XIXe siècle par le général Gallieni, commandant du Soudan français. L’objectif était de relier le fleuve Niger et le port de Dakar afin de permettre l’acheminement des matières premières vers la métropole. La construction de la ligne sera achevée au début du XXe siècle : le tronçon Kayes-Koulikoro sera inauguré en 1904 et la totalité de la ligne, Dakar-Koulikoro, en 1924.

À l’indépendance du Mali et du Sénégal, après l’éclatement de la Fédération du Mali, l’ancienne Régie des Chemins de fer de l’Afrique de l’Ouest est scindée en deux compagnies distinctes, la Régie des chemins de fer du Mali (RCFM) et la Régie sénégalaise. Un accord entre le Sénégal et le Mali en 1962 détermine l’exploitation commune de la ligne par les deux régies.

En 1947, une grève des cheminots éclate et va durer plusieurs mois afin d’obtenir les mêmes droits que les cheminots français et une revalorisation de leur salaire. La grève dure du 11 octobre 1947 au 19 mars 1948 et aboutit à une augmentation des salaires de 20 % malgré entre autres l’emprisonnement du leader syndical Ibrahima Sarr et le licenciement de grévistes. L’écrivain sénégalais Ousmane Sembène relate cette grève dans son roman Les Bouts de bois de Dieu publié en 1960. Le film « Les pirogues des Hautes Terres » raconte aussi l’affrontement entre les colons et les cheminots.

Image du film Les Pirogues des Hautes Terres
Image du film Les Pirogues des Hautes Terres
UNE PRIVATISATION QUI A COMPLÈTEMENT DÉRAILLÉ
En 2003, le Mali et le Sénégal décident d’accorder une concession globale et intégrale à la société franco-canadienne Transrail SA pour une durée de 25 ans. La société s’engage à supporter l’entretien et l’exploitation de la ligne, mais aussi à investir dans la réfection des infrastructures.

En 2019, le déraillement du train à 70 km de Tambacounda fait 5 morts et une trentaine de blessés
En 2019, le déraillement du train à 70 km de Tambacounda fait 5 morts et une trentaine de blessés
C’est un constat d’échec : la dégradation de l’infrastructure et l’usure du matériel ne permettent plus de continuer l’activité ferroviaire qui présente de plus en plus un danger pour les usagers avec des accidents fréquents. Ceci entraîne l’arrêt des transports voyageurs en 2010, avant même la résiliation de la concession. Les deux États décident en 2015 de mettre fin à la concession qui devait durer jusqu’en 2028.

La gare de Tambacounda en 2016
La gare de Tambacounda en 2016
L’ARRIVÉE DE DAKAR-BAMAKO FERROVIAIRE (DBF)
Le Mali et le Sénégal créent alors un nouvel organe provisoire de gestion appelé Dakar-Bamako ferroviaire (DBF) qui prend le relais du concessionnaire Transrail. Cet organe devrait s’occuper de la phase de transition et entamer la relance rapide du train Dakar-Bamako

Pour la reprise de l’activité ferroviaire, DBF a proposé aux deux États un plan d’urgence qui repose sur la rénovation de la voie ferrée, alors qu’ils voulaient au départ une reconstruction complète, mais très coûteuse, des 1 287 km du corridor Dakar-Bamako. Le coût de cette remise en état est estimé à environ 20 milliards de FCFA. Une reconstruction complète aurait coûté trois fois plus.

Les travaux de réhabilitation n’ont pas encore démarré et on apprend aujourd’hui qu’une étude de faisabilité est en cours pour la création d’une nouvelle ligne de chemin de fer reliant Dakar à Tambacounda avec de bifurcation vers Thiès, Diourbel, Gossas, Kaffrine, et Ziguinchor.

LE PROJET DE LIGNE FERROVIAIRE DAKAR-TAMBACOUNDA
Les autorités sénégalaises envisagent ainsi de créer une nouvelle ligne ferroviaire a écartement standard entre Diamniadio et Tambacounda, voulant faire de Tambacounda un « hub » avec la construction d’un port sec ouvert sur la CEDEAO. Ce nouveau projet prendra en compte le prolongement du train express régional (TER) jusqu’à la région de Thiès avant de desservir d’autres régions enclavées du pays tout en permettant de renforcer les échanges commerciaux entre le Dakar et Bamako.


Projet de nouvelle ligne à écartement standard Dakar-Tambacounda avec Port sec à Tamba


Pour le moment le projet n’en est qu’à sa phase d’étude de faisabilité. Et pendant ce temps, la phase transitoire de la ligne Dakar-Bamako se poursuit aujourd’hui avec une entreprise (DBF) presque à l’arrêt, au préjudice des cheminots, de leurs salaires et de leur prise en charge sociale.





AU-SENEGAL

Article Lu 1334 fois

Mardi 26 Novembre 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State