Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le gouvernement américain boycotte Pékin en soutien à la minorité musulmane ouïghoure

Article Lu 1406 fois

Le gouvernement américain a annoncé ce lundi 14 septembre qu'il allait bloquer l'importation d'une série de biens originaires de la région chinoise du Xinjiang. Washington accuse Pékin d'y avoir recours au « travail forcé » de la minorité musulmane ouïghoure.



C'est « un message clair » adressé aux autorités chinoises. « Il est temps qu'elles mettent un terme au travail forcé supervisé par l'État et qu'elles respectent les droits humains de tous les peuples », a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie Mike Pompeo.

Concrètement, les services des douanes américaines ont émis quatre décrets pour interdire l'entrée aux États-Unis de produits capillaires, de coton, de pièces informatiques ou textiles fabriqués dans des entreprises du Xinjiang. Un cinquième décret vise tous les biens fabriqués dans le camp dit « de rééducation » de Lop County.

« Ce n'est pas un centre éducatif, c'est un camp de concentration où les minorités ethniques et religieuses sont sujettes à des abus et obligées de travailler dans des conditions atroces sans recours ni liberté. C'est de l'esclavage moderne », a estimé lors d'un point presse Ken Cuccinelli, ministre adjoint à la Sécurité intérieure.

Des « centres de formation professionnelle »

Les Ouïghours, musulmans et turcophones, constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang, une immense région de l'ouest de la Chine qui a notamment des frontières communes avec l'Afghanistan et le Pakistan. Les États-Unis, comme d'autres pays occidentaux et de nombreuses organisations internationales, accusent Pékin de mener des persécutions à grande échelle contre les Ouïghours et d'avoir arbitrairement interné plus d'un million de musulmans du Xinjiang dans des camps.

La Chine dément ce chiffre et affirme qu'il s'agit de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi afin de l'éloigner de la tentation de l'extrémisme islamiste. Outre ces détentions massives, Pékin est également accusé de stérilisations forcées dans la région.

Les douanes américaines avaient déjà saisi à la mi-juin une cargaison de produits à base de cheveux humains, suspectés d'avoir été conditionnés dans des camps de travail du Xinjiang. Washington a également adopté des sanctions ciblées contre des dirigeants politiques et les entreprises impliquées dans la région.

Selon le correspondant de RFI sur place, Pékin, par la voix de son ministère des
Affaires étrangères, a regretté la décision américaine, accusés de saboter les chaînes d'approvisionnement mondiales.

La question du Xinjiang et les abus des droits de l’hommes par la Chine sont au coeur des tensions grandissantes avec les Etats-Unis qui multiplient les
projets de loi et les sanctions. Le sujet est également de plus en plus abordé par les Européens qui ont demandé hier à l’occasion du sommet entre l’Union européenne et Pékin l’envoi d’observateurs indépendants dans la région.


rfi.fr

Article Lu 1406 fois

Mardi 15 Septembre 2020




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State