Référence multimedia du sénégal
.
Google

La valeur foncière s’échauffe à Dakar

Article Lu 17334 fois

A Dakar, la valeur du mètre carré est passée du simple au double. Cette situation est causée par son étroitesse. Etendue sur 550 km2 pour une population dépassant aujourd’hui les deux millions d’habitants, la capitale sénégalaise demeure la région qui absorbe plus d’investissements dans le domaine de l’immobilier au Sénégal.



La valeur foncière s’échauffe à Dakar
Le mètre carré est passé du simple au double

A Dakar, la valeur du mètre carré est passée du simple au double. Cette situation est causée par son étroitesse. Etendue sur 550 km2 pour une population dépassant aujourd’hui les deux millions d’habitants, la capitale sénégalaise demeure la région qui absorbe plus d’investissements dans le domaine de l’immobilier au Sénégal. Les spéculateurs ne se privent pas de faire de bonnes affaires en vendant les terrains à des prix exorbitants. Dans cette confusion, l’enquête réalisée par senegalcity.com édifie à plus d’un titre sur la spéculation foncière qui est tous les jours au menu dans les différents tribunaux de Dakar. Il arrive souvent qu’un terrain appartenant à autrui soit vendu ou qu’une parcelle soit vendue à deux personnes différentes.

Un accroissement fulgurant :

S’il y a un secteur de l’économie où les prix connaissent un accroissement au Sénégal, c’est bien celui de l’immobilier. Le phénomène est beaucoup plus patent dans la circonscription dakaroise. « Tous ceux qui ont les moyens veulent y construire une maison pour habiter où pour la location », informe Aly Diouf de l’agence immobilière le Kassoumay située aux Parcelles Assainies. La semaine derrière, un célèbre responsable d’une organisation paysanne a été emprisonné pour avoir vendu un terrain appartenant à autrui. Non seulement, il croupira en prison trois mois ferme, mais il est également condamné à payer une amende estimée à 32 millions F Cfa.

Le passage du mètre carré du simple au double :

Si le mètre carré qui s’achetait au Plateau (en plein centre ville) entre 400.000 et 500.000 FCfa avant 2000, coûte aujourd’hui, entre 800.000 et 1. 000.000 FCfa. Il se vend aux Almadies entre 200.000 et 300.000 FCfa, même prix au point E situé à quelques encablures de l’Université Cheikh Anta Diop, à la Liberté 6 et dans le secteur de la Voie de dégagement Nord (Vdn) il est vendu à 300 000 F Cfa. Tant disque les 150 m2 sont vendus dans ces localités entre 20 et 30 millions F Cfa. Les villages traditionnels comme Yoff et Ouakam, les 150 m2 sont vendus entre 16 et 20 millions, informe M. Ndoye qui évolue dans le secteur de vente de terrains. Donc, si par exemple un acquéreur veut payer un terrain de 15 m sur 15 qui mesure en réalité 300 mètres carrés au centre ville, il devrait débourser aujourd’hui entre 240.000.000 et 330.000.000 millions de Fcfa. Aux Parcelles Assainies, le terrain est vendu à 10 millions de F Cfa. La lointaine banlieue (Thiaroye, Pikine, Guédiawaye…) n’est pas épargnée par cette tension des prix. Ces quartiers qui étaient, autrefois, honnis et méprisés par les consommateurs parce que considérés comme excentrés par rapport au centre ville, connaissent aujourd’hui une hausse phénoménale des prix qui déjoue tous les pronostics. Des parcelles qui étaient vendues à moins d’un 1 million 500 mille francs Cfa, il y a quelques années, ont pratiquement atteint des proportions historiques de l’ordre de 7 à 15 millions de Fcfa. Le pire dans le secteur de l’immobilier Sénégalais demeure l’implication de personnes issues du secteur de l’informel sans scrupules qui se prévalent de titre de courtiers. Six fois sur dix, informe El Hadji Sané de l’agence Kassoumay, on peut rencontrer d’énorme problèmes dans l’achat d’un terrain si on ne passe pas par les services d’une agence agrée.

Les bonnes affaires des spéculateurs :

S’il existe un domaine où l’on peut facilement réaliser d’énormes bénéfices, c’est celui de la terre. Et les spéculateurs ne se privent pas de faire de bonnes affaires en vendant les terrains à des prix exorbitants. La technique qu’ils utilisent est simple : il suffit d’acheter des terrains et les laisser en veilleuse pendant quelques années puis les revendre au prix offrant. El Hadji Sané qui évolue travail depuis des années dans cette filière, laisse entendre qu’« il sera difficile de remédier à cette situation pour la bonne et simple raison que ce sont les acheteurs qui nous proposent des prix quand ils sont devant une parcelle qui les intéresse énormément. Nous ne faisons que les écouter et nous cédons le terrain à celui qui paie le plus ». Ce procédé, qui est loin d’arranger les acquéreurs, a fini par devenir la règle qui régente les transactions dans le secteur de l’immobilier. A ce rythme, force est de constater que seront nombreux les Sénégalais qui ne pourront pas payer un terrain à Dakar parce que rien n’est fait par les pouvoirs publics pour que les populations aient des revenus moyens pour disposer d’une parcelle dans la capitale.

Lutte contre la spéculation foncière :

Selon les agents de la direction du cadastre, le seul moyen de lutter contre la spéculation foncière, c’est que l’Etat doit encadrer le marché de l’immobilier pour circonscrire les prix dans des fourchettes raisonnables en prenant des textes qui, sans apporter atteinte aux intérêts des privés, placeraient tout le monde dans un cadre réglementé. Toujours d’après eux, l’autre moyen qui permettrait de venir à bout de la spéculation, c’est, par exemple, la création d’une nouvelle ville avec des infrastructures viables. Ce qui ferait, pensent-ils, que la terre va se vendre à un moindre coût. Cependant, si la spéculation gangrène le marché de l’immobilier, l’autre problème qui prévaut dans ce secteur, ce sont les transactions faites au détriment des acquéreurs parce que la plupart des papiers qu’ils reçoivent des mains des vendeurs n’ont aucune base réglementaire.

Sékou Dianko DIATTA
Source SenegalCity.com

Article Lu 17334 fois

Mercredi 17 Mars 2010





1.Posté par amar le 17/03/2010 09:13
Moi je pense que c'est à cause de l'argent de la drogue et de la corruption que les prix ont flambé dans certains quartiers huppés de dakar.
En effet comment dans un pays pauvre comme le sénégal ou les salires sont bas que certains puissent acheter des villas à des centaines de millions de francs CFA.Ce n'est pas logique d'autant plus que les immigrés sénégalais ne sont pas pour la quasi totalité des cadres supérieurs dans leurs boites.

2.Posté par Ngagne le 17/03/2010 10:31
Dès que l'autoroute à péage sera terminé, les gens pouront aller à MBAO, Keur Massar, Rufisque et au delà pour y construire.
Dakar est devenu trop cher, c'est vrai. Mais il ne faut pas faire de fixation sur les Almadies, la VDN et Maristes.
90% des Dakarois n'ont pas les moyens de s'acheter 150 m2 à 20 millions FCFA avec un crédit bancaire.
Les appartements dans les immeubles sont pratiques mais ont beaucoup d'inconvénients.
La SICAP et les HLM vendent des terrains à Kounoune. Eux au moins, ils font de bons lotissements avec un système d'assainissement. Dès que l'autoroute à péage sera terminé, de nombreux locataires pourront déménager là-bas et devenir des propriétaires. Ils ne mettront que 15 min. de plus qu'un habitant de l'Unité 3 des P.A. par exemple pour aller en ville.

3.Posté par di le 17/03/2010 11:44
mon pote ngagne ,je pense que tu te trompes en disant çà.
car autoroute à péage ne veut pas dire que dakar est à 15 mn de proximité,il faut habité vraiement à proximité d'une entrée de l'autoroute pour en profiter,sinon on risque de perdre beaucoup de temps avant de joindre une entrée sur l'autoroute.En plus il n'aura pas d'infractructures secondaire de qualité pour permettre aux automobilistes de joindre l'autoroute.
donc le problème sera presque le même sauf ceux qui habitent à proximité d'une entrée d'autoroute.
N'oublie pas que toutes les grandes écoles,les entreprises etc.... sont en centre ville et le changement de cette situation n'est pas pour demain

4.Posté par Bakh le 17/03/2010 13:39
Ils ne vont jamais accepter parce que ce sont les membres du gouvernements eux mêmes qui spéculent. Dès qu'il y a eu l'alternance ils ont occupés tous les postes clés et se sont octroyés l'ensemble des terres au prix normaux (6000 FCFA) le m² pour ensuite spéculer. Raison pour laquelle l'indice des prix ne changera pas de si tôt au Sénégal.

5.Posté par Mbaye le 17/03/2010 15:25
La solution c'est de transférer la capitale administrative du sénégal vers une autre localité.

6.Posté par malik le 23/03/2010 18:54
parfaitement d'accord avec dI

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State