Référence multimedia du sénégal
.
Google

La tontine, le seul recours

Article Lu 1192 fois

Nous parlions dans l'article précédent de l'importance du changement de paradigme dans l'entrepreneuriat. Nous évoquions la possibilité de se baser sur les tontines. Elles peuvent servir au financement des microprojets. Cela permet de soutenir l'économie de base. Nous entendons par l'essor de l'économie de base, le développement des activités des secteurs primaire, secondaire et tertiaire. Il se fera par de petites unités individuelles ou de petites associations de personnes. Parfois, elles peuvent être plus grandes comme dans le cadre de GIE de femmes ou de jeunes. Ceux-ci s'organisent pour la production ou la transformation de certains produits.



La tontine, le seul financement inclusif

L'utilité des tontines est en partie due au fait qu'elles sont accessibles à tous. En effet, il existe :
• Des tontines de 10 000 francs
• Des tontines de 200 000 francs
• D’autres de 2 000 000 ou plus.
Celles-ci peuvent durer 10 mois ou moins, ou 2 ans ou plus. Elles montrent à quel point les banques et les institutions de microfinance ont échoué. Elles ont montré leurs limites dans leur mission qui consiste à rendre accessibles les crédits à tous surtout aux ménages à faibles revenus.

La tontine permet aussi de faire du leasing. Certaines femmes récupèrent de l'or ou bien des ustensiles de cuisine, parfois même des vêtements.
La tontine attire par ailleurs de plus en plus d'hommes. Dans les marchés, les commerçants s'en servent pour agrandir leurs activités. Elles ne se présentent plus comme une alternative, mais bien comme la seule solution viable.

La tontine, ce parent pauvre

La tontine, le seul recours
Ce moyen de financement n'est pas encadré par l'État, ni par les institutions financières sous régionales. Il concerne pourtant des dizaines de milliers de personnes. Jusqu'ici, les États n'ont pas jugé utile d'effectuer de véritables enquêtes autour de ce mode de financement. Malgré cela, il est utilisé un peu partout en Afrique.

Actuellement, les femmes sont les plus concernées par ce mode d'épargne. Le principal souci est qu'elles utilisent l'argent récolté pour la consommation. Parfois, elles le dépensent entièrement dans l'organisation de cérémonies familiales. Si elles arrivaient à utiliser cette épargne dans la création de revenus, le niveau de pauvreté pourrait être considérablement réduit.

Pour ce faire, dans chaque quartier, l'État ou les communes pourraient mettre en place des conseillers. Ces derniers pourraient organiser de temps en temps des discussions avec les femmes. Ils pourraient les rencontrer lors de leurs réunions où elles remettent leurs cotisations.

La tontine, le présent et le futur

La tontine, le seul recours
La tontine est une occasion de développer la bancarisation. Elle est aussi une manière d'anticiper sur l'arrivée de la banque mobile comme le projet que porte Orange. Nous sommes convaincus que l’État doit s'impliquer dans la gestion des tontines. S'il ne peut pas le faire de manière centralisée, il peut créer une agence à cet effet. Sinon il peut remettre la gestion aux communes ou aux quartiers.

Un autre avantage des tontines est que les bénéficiaires touchent leur “financement” à tour de rôle. Ils le reçoivent une fois par mois, ou deux fois par mois. Ce qui fait que par intervalles réguliers, chacun peut lancer son projet. Par conséquent, avec une bonne organisation, il est possible de ne pas retrouver le même projet dans un même quartier. Ce qui veut dire que les secteurs d'activité ne deviendront pas saturés rapidement.
Comme c'est un financement sans intérêt, il est conforme aux lois des religions pratiquées. C'est un argument de taille pour les usagers qui évitent l’usure des banques.

Il est hallucinant de voir la capacité d'épargne des ménages à très faibles revenus. Ils arrivent à respecter les versements périodiques de la tontine. La limite de cet instrument reste sa destination. Cependant, il est toujours possible d'encadrer les bénéficiaires. Ils seront incités à effectuer des investissements dans des secteurs porteurs. Pour ce faire, il faudrait déjà que ceux-ci soient identifiés.

Dans l’article suivant nous verrons comment l'État peut sécuriser la tontine. Comment il peut se baser sur ce levier pour créer des emplois.







Mbengue Elimane, rédacteur Web spécialisé en finance.

Article Lu 1192 fois

Mercredi 29 Juillet 2020


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State