Référence multimedia du sénégal
.
Google

LE FANTASME AU MASCULIN Poitrine galbée, postérieurs rebondis…? Faites vos «Je»… !

Article Lu 12588 fois

Enfouis au fond du subconscient, certains des fantasmes sont difficilement avouables… Ils surgissent, sans crier gare, dans des moments d’intimité et de détente. Ni trop étonnants, ni très affolants, pourtant ils inquiètent autant qu’ils fascinent. Nécessaires à l’équilibre au même titre que les rêves, les fantasmes emmènent sur le chemin de l’évasion. Éveillant les désirs les plus fous. Un sourire ravageur, une belle paire de jambes ou de cuisses, de charmants yeux… Toutes les parties du corps de la femme sont susceptibles de faire grimper aux rideaux le mâle! Mais, plus cocasse encore, les gros popotins, de beaux nichons, des aisselles aux poils soyeux, noirs, drus et bien parfumées… Plongée au cœur de ces fantasmes inavoués, découverte de l’envers de notre jardin secret.



LE FANTASME AU MASCULIN Poitrine galbée, postérieurs rebondis…? Faites vos «Je»… !
Le fantasme impose sa loi à la raison. Il est souvent incontrôlable et surgit à l’improviste dans notre imagination. Ainsi, nous avons tous des fantasmes érotiques, même si nous n’en avons toujours pas conscience. Dès l’adolescence, accompagnant les premières émotions sexuelles, les fantasmes se dessinent. Au départ, les scénarios sont imprécis et flous, les fantasmes s’enrichissent au fil des expériences sexuelles. Toutefois, ils font partie de notre monde intime depuis l’âge adulte et nous accompagnent tout au long de notre vie. Et rares sont les hommes qui ne salivent pas à la vue d’une généreuse poitrine, d’une belle paire de fesses, ou encore de jambes interminables…Une bouche sensuelle, un petit nez effilé, un regard de braise en laisseraient coi plus d’un et font émerger les pensées coupables. Eh oui, comme qui dirait à bas les dessous coquins, les bottes de cuir, les fumées enivrantes des encens et place aux parties enchanteresses du corps d’une belle nymphe ! Et là, les esprits voguent et voltigent au gré de leurs humeurs et de leurs goûts. Les femmes ne sont pas non plus exemptes de reproches. Provoquant, réveillant, stimulant et attisant même les instincts cachés de la gent masculine. Grâce à leurs postures aguichantes, valorisées par leurs tenues sexy. Quel mâle dirait non à lorgner un joli «balcon» où il y a vraiment du monde ? Eh oui, nos hommes sont plus voyeurs que l’on ne pense et profitent du fragment charnel pour se rincer les pupilles. C’est le cas de Badara, qui est langue pendante devant une poitrine bien galbée. «Dès que je vois une fille avec de beaux seins, à travers un décolleté plongeant, je ne peux réprimer le tic-tac de mon cœur. Tous mes sens sont en éveil et je suis littéralement charmé.» lance t-il sur un air contemplatif, comme s’il était plongé dans le monde de ses pensées. Et que dire de ceux qui fantasment pour des aisselles. Pour insolite que cela puisse paraître, elles font dresser plus d’un cheveu sur la tête des mâles. Ce n’est pas Joe qui nous contredira «Si jamais ma copine se hasarde à raser les poils de ses aisselles, je jure que je la laisserais tomber. Dès que je croise une fille qui a les aisselles poilues et bouclées, au détour d’une rue où n’importe où, je me mets à fantasmer sur elle. J’adore y plonger mon nez, sentir le parfum qui s’y dégage. Cela me fait voyager loin, au septième ciel.» À chacun ses élucubrations, à chacun ses penchants, les hommes y vont de leurs yeux…Que direz- vous d’admirer de belles rondeurs? Hum…Oui à coup sûr ! La réponse est forcément affirmative. Ce n’est pas pour rien que les hommes sont à l’affût devant le petit écran, quand des clips de la pulpeuse Viviane Ndour qui ne cesse de chanter haut et fort son statut de «Xaritù Goor ñi» (l’amie des hommes). À côté des formes généreuses, il y a, bien entendu, les mâles inconditionnels de la taille fine, style mannequin. Le regard, les lèvres, le nez, le cou, les jambes fines, les oreilles, le ventre plat ou dodu, de jolis pieds, la liste est bien loin d’être exhaustive, la partie la plus anodine du corps féminin est susceptible de capter les sensations des hommes.

Du rêve adolescent au fantasme de l'adulte

Au moment de nos premières relations sexuelles, notre imagination travaille depuis des années déjà. Les scénarios que nous avons tournés et retournés mille fois dans notre tête nous conditionnent. Adolescent, nous nous sommes construits des histoires qui nous restent à l'esprit devenu adulte. Des scènes « impossibles » nous excitent aujourd'hui parce qu'une photo, une histoire, un roman… nous a troublés, émus, il y a des années. Dans notre esprit, la scène et l'émotion sexuelle se sont retrouvées liées. Par la suite, en évoquant la scène, nous revivons l'émotion, ce lien est ancré dans notre mémoire. Le point de départ est donc aléatoire, et indépendant de la volonté d'un jeune adolescent encore très ignorant de la sexualité adulte, et ne maîtrisant pas bien ce qu'il vit. Moustapha, un informaticien, nous fait partager son émotion durant son enfance. Une émotion qui le poursuit jusqu’à présent. «Alors qu je n’étais encore qu’un enfant, j’ai surpris un de mes oncles, en pleins ébats avec sa copine. Celle-ci lui léchait les oreilles et il avait l’air de s’y plaire. Cette scène m’a beaucoup marqué. Je voulais à tout prix savoir ce que cela faisait. Les oreilles sont ainsi devenues mon fantasme.» Simple divagation ou comble du désir, laissons faire nos envies et veillons à ne pas y laisser nos cervelles !!!

Un rôle positif

Toutes ces histoires que l'on se raconte volontairement, ou qui s'imposent, ont un rôle fondamental de facilitation de l'excitation sexuelle, en coupant l'esprit des problèmes quotidiens, et en déclenchant l'émotion sexuelle selon un processus familier. Comme toutes les rêveries, les fantasmes ont aussi un rôle de compensation en comblant les imperfections du réel, en permettant de vivre dans l'imaginaire ce que le réel ne permet pas, en jouant avec ce qui fait peur ou ce qui fascine. Les fantasmes sont donc un élément très important et presque obligé de la vie sexuelle.

Source: L'observateur

Article Lu 12588 fois

Lundi 6 Juin 2011




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 14:10 Faire l'amour oui! Mais j'ai la flemme

Vendredi 18 Septembre 2020 - 13:07 Gérer sa frustration sexuelle

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State