Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Investissement direct étranger – Les notes diplomatiques de Macky : «Il ne s’agit pas de nous amener des propositions basées sur des dettes de l’État»

Article Lu 11004 fois

Face aux différents ambassadeurs et consuls généraux, le Président Sall a détaillé sa feuille de route diplomatique et les missions qu’il leur a assignées.



Par Justin GOMIS – La dernière conférence des ambassadeurs et consuls généraux remonte à 6 ans. Alors qu’elle devait être un évènement annuel. «Entre temps, le cours de l’histoire s’est beaucoup accéléré, rappelle Macky Sall, qui a présidé hier la rencontre. Aux mutations géopolitiques et géostratégiques, se sont ajoutés l’aggravation de certains phénomènes, dont la montée des populismes et des extrémismes de tout bord, le terrorisme international, les changements climatiques, l’explosion des réseaux sociaux et son corollaire de fake-news et plus récemment, la pandémie du Covid-19 et ses multiples impacts.» Le Président Sall leur a demandé de réactualiser leur logiciel diplomatique, en privilégiant les investissements directs. «Quand on parle de secteur privé, il ne s’agit pas de nous amener des offres spontanées et des propositions basées sur des dettes que l’Etat va lever. Mais, nous voulons un investissement direct étranger et national», conseille Macky Sall. Il ajoute : «Nous voulons un investissement direct étranger, comme national, et non de la dette qui s’accroît au gré des propositions d’offres spontanées que nous recevons au quotidien.» Il insiste sur «les paramètres actuels, en termes de proposition de coopération, de partenariat et l’investissement pour la relance économique post-Covid». «Dans votre rôle de promotion en tant qu’ambassadeurs, l’Apix doit rester votre partenaire privilégié pour vous accompagner dans l’information actualisée, l’instruction et le suivi des dossiers», conseille le Président Sall. Il voudrait des relations huilées entre les diplomates et les ministères, pour plus de diligence. Il dit : «Les missions se plaignent du manque de réactivité des ministères, or répondre à temps est un impératif de courtoisie administrative, mais également une exigence de bonne gouvernance.»
Dans son discours, Macky Sall a demandé aux ambassadeurs et consuls généraux de sublimer davantage les fondamentaux de la diplomatie sénégalaise. «Il faut garder à l’esprit les fondamentaux de notre diplomatie, dont la protection de nos compatriotes vivant à l’étranger, le bon voisinage, l’engagement panafricaniste à l’échelle régionale et continentale, la défense des droits de l’homme, la contribution aux missions de paix en Afrique et dans le monde, la promotion des intérêts économiques et commerciaux de notre pays», rappelle-t-il. Selon lui, la situation actuelle «nécessite souplesse, lecture affinée des événements, esprit d’anticipation, diligence et adaptation». Tout en leur demandant de travailler pour «l’élargissement du cercle de nos amitiés, sans exclusion ni exclusivité». «Sous le prisme de ces facteurs qui forment l’impératif d’intérêt national, notre diplomatie doit continuer d’agir et d’assumer ses responsabilités africaine et internationale», poursuit le chef de l’Etat.

Présidence de l’Ua
A la tête de l’Ua en février 2022, il restera dans ce sillage. Et, ils seront davantage au cœur du dispositif. «Certaines urgences vont s’imposer à notre agenda, notamment les questions sécuritaires, la gestion et le règlement pacifique des différends et les situations nées de la recrudescence des coups d’Etat sur le continent.» Pour lui, cette perspective devrait être un stimulant. «Cela ne devrait pas inhiber nos efforts d’initiatives, pour défendre les intérêts de notre continent», assure-t-il. Evidemment, les enjeux sont nombreux : la production de vaccins contre le Covid-19, la transition énergétique juste et équitable, la réforme de la gouvernance politique économique et financière mondiale, la rémunération des ressources minières et pétrolières. Pour lui, il faut «porter le plaidoyer pour que l’évaluation du risque d’investissements en Afrique reflète les risques réels et non sa perception, souvent exagérée, par les agents de notation». A ses yeux, cette représentation du continent «renchérit les primes d’assurance et les coûts de l’investissement dans nos pays».
Il faut savoir que le thème proposé pour cette 6éme conférence est Diplomatie sénégalaise et relance post-Covid à l’aube de la présidence 2022 de l’Union africaine.

justin@lequotidien.sn

Article Lu 11004 fois

Dimanche 5 Décembre 2021




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State