Référence multimedia du sénégal
.
Google

FOLKLORE ET LIBERTINAGE DANS LA CITE RELIGIEUSE : Le Khalife Général Des Mourides Siffle La Fin De La Récréation

Article Lu 1386 fois

Le Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, élève la voix. Ce, pour mettre un terme aux activités folkloriques devenues récurrentes à Touba. Dans sa déclaration d’hier, en présence des autorités étatiques et des centaines de disciples, il a tapé sur la table et mis en garde les contrevenants.



FOLKLORE ET LIBERTINAGE DANS LA CITE RELIGIEUSE : Le Khalife Général Des Mourides Siffle La Fin De La Récréation

«Que tout ce qui n’est pas conforme aux valeurs et aux enseignements du fondateur du Mouridisme soit expulsé de Touba». Par ces propos fermes, le Khalife général des mourides met en garde les faiseurs de troubles dans sa cité religieuse. Dans un langage codé, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké met un terme aux dérives notées dans la cité religieuse, depuis un certain temps. Rien ne sera plus comme avant, à l’en croire. «Mon discours est une mise au point axé sur quelques éclaircissements. Je ne fais que rappeler les recommandations de Serigne Touba. Je ne suis pas intéressé par la vie mondaine. Je mène une vie intelligible. Je ne suis que les préceptes divins», confie-t-il, d’emblée dans sa déclaration, à la résidence Khadimou Rassoul, hier, en présence du chef de l’Etat Macky Sall et des milliers de disciples. Non sans oublier d’inviter le gouvernement à l’aider à traquer les récidivistes.

Lesquels refusent de se conformer aux recommandations de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. «Je veux que les talibés reviennent à la vérité en se rappelant des enseignements du fondateur du Mouridisme. De son vivant, il a tout fait pour cette localité. Cette cité est religieuse. Nous y voulons que ce qui a trait à notre religion», fait-il savoir.

Son discours est non moins axé sur une nouvelle adoption du Code de conduite de la cité du Mouridisme dont les orientations et directives portent sur cinq points. Il s’agit de l’interdiction de la consommation et la vente de tabac et de tous ses dérivés, les boissons alcoolisées et toutes sortes de drogues ou de stupéfiants, naturels ou manufacturés. «Nous ne voulons plus de brebis galeuses dans cette ville. Nous en invitons le chef de l’Etat. Nous voulons que Touba renfile son image d’antan. Tout ce qui ne fait pas partie de la religion musulmane sera foulé au pied. C’est notre souhait le plus ardent», laisse entendre Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Le khalife a aussi, dans sa déclaration, fait allusion aux jeux de hasard, à la musique, à la chanson, à la danse et à tout autre spectacle de divertissement qui sont interdits par la religion musulmane. Il en est de même pour l’utilisation et la vente des produits de dépigmentation, des cheveux artificiels, le port de vêtements indécents, etc. La magie, la sorcellerie et le charlatanisme ne sont pas épargnés des interdits dans la ville sainte de Touba.

Cette sortie du Khalife a surtout été motivée par une cérémonie de «sabar» (séance de danse autour du tam-tam) qui aurait été organisée par des femmes Mbacké-Mbacké, la semaine dernière à Touba et que bon nombre de dignitaires avaient montré leur indignation.

WALF Salif KA

Article Lu 1386 fois

Vendredi 5 Juillet 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State