Référence multimedia du sénégal
.
Google

Des femmes dénoncent des viols dans le cadre de tournages pour le site pornographique Jacquie et Michel

Article Lu 15861 fois

Le célèbre site pornographique Jacquie et Michel est visé par une enquête préliminaire pour « viols » et « proxénétisme ». Elle a été ouverte à la suite du signalement réalisé par trois associations et des témoignages de plusieurs actrices.



Très ancré dans le paysage du X français, le site Jacquie et Michel est devenu une marque aussi célèbre que lucrative. Popularisé par son expression « On dit merci qui ? », reprise dans la plupart de ses vidéos, ce poids lourd de la pornographie dite « amateur » est visé par une enquête depuis le 10 juillet dernier. Comme le révèle 20 Minutes, le parquet de Paris a été saisi par trois associations féministes : Les Effronté·es, Osez le Féminisme ! et Le Mouvement du Nid. Ce signalement fait suite à plusieurs témoignages de femmes ayant participé à des tournages pour Jacquie et Michel. « Plusieurs actrices dénoncent avoir subi des actes sexuels alors qu’elles n’étaient pas consentantes », explique 20 Minutes. En février dernier, Konbini avait notamment diffusé les témoignages, terrifiants, de deux d’entre elles. Une enquête préliminaire a été ouverte pour « viols » et « proxénétisme » et a été confiée au 3e district de police judiciaire de Paris. Mais celle-ci s’annonce déjà difficile.

Une plongée dans le système de Jacquie et Michel
Il y a d’abord, comme c’est le cas dans de nombreuses affaires de viol, le silence d’une partie des victimes présumées. Les femmes assurant avoir subi des pressions et des actes auxquels elles n’avaient pas consenti, n’ont parfois « pas envie de le dénoncer au risque de faire encore plus de publicité à ce qui leur est arrivé », explique 20 Minutes. Il y a également un manque de confiance vis-à-vis de la police : « Imaginez que j’entre dans un commissariat pour dire que je me suis fait violer lors d’une scène pour Jacquie et Michel. Vous croyez qu’on va me répondre quoi ? », s’est indignée une des victimes présumées, préférant garder l’anonymat, dans 20 Minutes. Enfin, enquêter sur l’entité Jacquie et Michel est bien plus complexe que ce que l’on pense : Thierry Doucre, le directeur marketing de la marque, a révélé à 20 Minutes qu’il y avait une dizaine de sociétés derrière ce nom. « Le site Jacquie et Michel n'est pas toujours le producteur des contenus qu'il diffuse », précise 20 Minutes. Les vidéos qui sont publiées sont généralement produites par des sociétés externes.

« On va collaborer avec la justice, bien évidemment. Et nous serons avec elle s'il faut poursuivre un producteur qui n'a bien fait son travail », a promis Thierry Doucre dans 20 Minutes. Ce jeudi 10 septembre, le groupe propriétaire de la marque et du site Jacquie et Michel a publié un communiqué annonçant qu’une « enquête interne » allait être mise en place et promis de se séparer des sociétés « mises en cause si les faits étaient avérés ». Me Nicolas Cellupica, l’avocat du groupe, a assuré à l’AFP que celui-ci avait « déjà rompu par le passé des liens avec des sociétés de production après de telles dénonciations ». Thierry Doucre, le directeur marketing, a confirmé auprès de 20 Minutes que Jacquie et Michel n’avait rompu un contrat que deux fois depuis son lancement, en 2012 et 2013…

Des cas de proxénétisme chez Jacquie et Michel ?
Outre l’enquête pour viols, le parquet de Paris s’intéresse également à d’éventuels cas de proxénétisme. Dans son enquête de février dernier, Konbini avait obtenu un enregistrement accablant d’un des fondateurs de la société Arès, qui possède la marque et le site Jacquie et Michel. Il y évoquait les personnes qui recrutent des débutantes, et admettait que le métier d’agent dans le porno amateur était interdit car assimilé à du proxénétisme. « Si tu trouves une fille, on met un truc qui n’a rien à voir. Tu sais, genre “conseil”, “consulting”, avait-il expliqué. On ne met pas que tu as trouvé une fille. Il vaut mieux éviter de s’attirer les foudres de l’administration. » Des petits arrangements qui, s’ils était vérifiés par les enquêteurs, pourraient coûter cher à Jacquie et Michel. Les associations ayant effectué le signalement sont aujourd’hui déterminées à obtenir justice : « Nous ne nous laisserons pas berner par la stratégie de glamourisation de la violence du système pornocriminel, a déclaré Claire Charlès, présidente des Effronté.es, dans un communiqué. Loin d'être une marque populaire, fun et française, Jacquie et Michel est un cheval de Troie de la culture du viol, qui cible en priorité les plus jeunes. »


voici.fr

Article Lu 15861 fois

Vendredi 11 Septembre 2020




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State