Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Comment se lancer dans l'entrepreneuriat lorsqu'on est fauché ?

Article Lu 1516 fois

En général, dès qu’on parle de création d’entreprise, on parle très vite après (au choix) de financement, de levées de fonds, de business-angels, … Pourtant, « création d’entreprise » et « beaucoup d’argent » ne sont pas synonymes. Il est tout à fait possible de se lancer sans forcément avoir beaucoup d’argent, en tout cas dans certains domaines. D’ailleurs, plus de la moitié des créations d’entreprise (avant l’auto-entrepreneur) se faisaient avec moins de 7000 euros !



Voilà donc quelques pistes à suivre pour se lancer sans argent !




Bien choisir son secteur d’activité. Si certains projets (industrie, commerce physique, produits nécessitant un long développement…) sont particulièrement gourmands en capital de départ, il en existe par contre certains qui ne demandent pas d’argent au départ. C’est le cas pour beaucoup d’activités de service, notamment dans les prestations aux particuliers, aux métiers « intellectuels », …
Se lancer une fois qu’on a un premier client. On oublie souvent ce conseil, mais comme le client est la première source de financement d’une entreprise, il est possible de ne se lancer qu’avec un premier client et un contrat de signé. En leur faisant payer un acompte, ou en choisissant de recourir à l’affacturage, il est ainsi possible de récupérer de l’argent frais avant même de commencer à produire ou à fournir un service.
Avoir un BFR négatif est également une bonne solution, et se rapporte un peu au point précédent. Sauf que là, c’est de manière structurelle que l’activité de l’entreprise va générer de la trésorerie. C’est le cas par exemple des coffrets cadeaux, des cours particuliers à domicile, de certaines activités de négoce, de sites d’achats groupés…
Vendre du consulting ou de la formation. Même en ayant en tête une autre activité (qui pourra être développée dans un second temps), il est possible de commencer par une phase où l’offre commerciale ne réclame pas de capitaux. Cela permet en outre de se positionner comme expert de son domaine et de débuter la prospection commerciale.
S’associer. Oui, si on n’a pas d’argent, il est possible de trouver quelqu’un qui en a et de l’associer au capital !
Se poster en « interface ». Plutôt que de développer entièrement une solution pour ses clients, il est possible de faire travailler ensemble plusieurs autres sociétés afin de construire la réponse au problème.
Profiter de l’infrastructure d’autres acteurs. C’est surtout le cas aujourd’hui sur le web, où l’on peut ouvrir un service ou un site de e-commerce entièrement à partir de services tiers, sans même toucher une ligne de code. Mais ce peut aussi être le cas dans la « vraie » vie, pour de la sous-traitance, du recours à des forces commerciales, …
Tout variabiliser. En effet (suivez mon raisonnement), s’il faut des capitaux de départ, c’est qu’il y a un investissement et des frais fixes. Le fait de tout variabiliser (passer d’un investissement à un leasing, payer au résultat, …) supprime le besoin d’argent au départ. La variable devient la trésorerie… il ne faut pas traîner pour facturer !
Recourir au « bootstraping ». En gros, avoir moins besoin d’argent. Limiter ses coûts, ne pas se payer, faire « au moins cher » surtout si c’est gratuit, et essayer de tenir le plus longtemps comme cela… C’est de plus en plus à la mode, même d’ailleurs pour les boites qui ont de l’argent…
Lancer sa boite en gardant son boulot. En gros, la monter en parallèle, avec un revenu fixe assuré. C’est sûr, on ira moins vite, mais si vraiment il n’est pas possible de faire autrement, c’est bien mieux que rien. Et puis
Gagner un concours. Il en existe des cargaisons aujourd’hui, de quelques centaines d’euros à plusieurs dizaines de milliers. Ce serait trop bête de ne pas en profiter ! Il est même possible de faire appel à la générosité du public !
Et il en existe encore sûrement plein d’autres !

Alors s’il est possible d’entreprendre sans capitaux importants, c’est sûr que cela est plus facile… cela permet en tout cas d’aller plus vite et de débloquer les situations difficiles plus rapidement, de renforcer son équipe et de vraiment donner toutes les chances à son projet.

Et vous, vous croyez que c’est possible de réussir sans argent ?


guilhembertholet.com

Article Lu 1516 fois

Jeudi 24 Septembre 2020




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State