Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cheikh Hadjibou SOUMARE À Macky : « Restez À L’écart, Laissez La Classe Politique Et La Société Civile Discuter »

Article Lu 1428 fois

S’il est partant pour un dialogue politique autour des questions d’intérêt national, Hadjibou Soumaré n’en pense pas moins que Macky Sall, qui a juré de devenir le Président de tous les Sénégalais, ne doit pas participer ni diriger cette rencontre. «En me référant à votre engagement que ce mandat est votre dernier, en réponse à ceux qui vous prêtent l’intention de vouloir vous représenter à un troisième, je ne vois pas l’intérêt pour le pays et pour vous même, de participer directement à ce dialogue politique, d’autant plus que votre présence risque de biaiser et de vicier celui-ci», écrit l’ancien candidat recalé à la présidentielle dans une lettre ouverte adressée à Macky Sall que nous reproduisons in extenso.



Cheikh Hadjibou SOUMARE À Macky : « Restez À L’écart, Laissez La Classe Politique Et La Société Civile Discuter »
À Monsieur le Président de la République,

Je vous adresse cette lettre, à la veille du lancement de VOTRE concertation nationale, autour de questions que VOUS jugez majeures, avec pour objectif de renforcer notre démocratie. Laissez-moi vous dire que sur ce dernier point, nous sommes d’accord, notre démocratie a besoin d’être secourue, après toute une période de démolition pour garantir votre réélection à la présidentielle de 2019.

Monsieur le Président, durant la période électorale et lors de votre prestation de serment, vous avez fait plusieurs déclarations dont je retiendrai seulement deux points qui me paraissent importants à l’heure où, il me semble, nous devons mettre la République en avant. Ces deux points sont des engagements, et malgré l’assertion tant connue des citoyens «les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient», j’ose espérer qu’ils seront tenus. Car je pense sincèrement que l’honneur de celui qui a dirigé, depuis 2012, ce grand et digne pays qu’est le Sénégal, vaut plus que cela.

Ces deux engagements sont les suivants: – je serai le Président de tous les Sénégalais, – je ne ferai que deux mandats.

Monsieur le Président, si vous maintenez ces deux engagements, je pense humblement que votre station ne devrait pas vous amener à organiser cette concertation nationale, mais vous impose au contraire de rester à l’écart, de laisser la classe politique (y compris l’opposition et votre camp) et la société civile discuter d’égale dignité, de l’avenir du pays. Cela vous permettra, par la posture de Président de tous les Sénégalais que vous avez promise à tous nos concitoyens d’adopter, de faire droit au consensus national qui se dégagerait de ces «assises de la démocratie ». En me référant à votre engagement que ce mandat est votre dernier, en réponse à ceux qui vous prêtent l’intention de vouloir vous représenter à un troisième, je ne vois pas l’intérêt pour le pays et pour vous même, de participer directement à ce dialogue politique, d’autant plus que votre présence risque de biaiser et de vicier celui-ci. La seule satisfaction à rechercher de votre part serait que ce dialogue se fasse sous votre magistère, comme en 1992 sous le Président Abdou Diouf, et soit un témoignage pour les générations futures. C’est pourquoi, une haute personnalité de la société civile au dessus de tout soupçon de partialité (parce qu’il en existe encore), que cette instance aurait choisie, pourrait diriger cette concertation, et aider à apaiser le débats pour des travaux constructifs pour l’avenir du pays.

Monsieur le Président, votre engagement au premier plan dans cette concertation serait une autre faute politique impardonnable et c’est pourquoi je vous demande de choisir la voie de la sagesse, de prendre de la hauteur présidentielle et de préparer votre retraite politique, même temporaire par le haut. Car au delà du respect que les Sénégalais ont pour la fonction de président de la République, votre seule personne, du fait de la rupture unilatérale du dialogue sur tout ce qui touche à la chose politique, ne rassure plus vos partenaires dans la sphère politique sénégalaise et cela, vous ne l’ignorez pas. Vous ne pouvez plus continuer à entretenir ce flou dans la démarcation entre la fonction de président de la République et celle de l’homme politique, chef de parti dont la posture partisane empêche l’expression de votre dimension d’arbitre du jeu politique. Vous ne pouvez pas diriger ce dialogue politique, d’emblée en fixer les termes de référence et vous attendre à ce que les travaux se déroulent dans un climat de confiance. La manière dont, une fois de plus, cet épisode de votre vie politique se prépare, fait qu’on vous prête d’autres ambitions cachées, non conformes à l’éthique républicaine de respect de notre charte fondamentale. Si c’était le cas ce serait aux Sénégalais de barrer la route à la «dictature».

Alors, Monsieur le Président de la République, Président de tous les Sénégalais si c’est bien votre conviction, je vous exhorte à respecter la parole donnée.

Vive le Sénégal dans une Afrique unie et debout autour de sa jeunesse et de ses braves femmes.

WALFNET Cheikhe Hadjibou SOUMARE

Ancien Premier ministre du Sénégal

Président de Démocratie et République

Article Lu 1428 fois

Vendredi 10 Mai 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State