Référence multimedia du sénégal
.
Google

COLONEL ABDOURAHIM KEBE, NOUVEAU PATRON DE LA DIRPA : «Je ne veux pas avoir d’incompréhensions avec la presse»

Article Lu 12428 fois

Officier de l’Armée de terre. Tour à tour chef de section, commandant de compagnie, chef de corp s et récemment chef de la Division gestion de l’état-major général des Armées, le colonel Abdourahim Kébé est, depuis le 1er octobre 2010, chef de la Direction de l’information et des relations publiques des Armée (Dirpa). Il nous a rendu visite à la Rédaction. Il veut imprimer sa touche dans ce service stratégique des Armées tout en préservant les acquis de ses prédécesseurs et souhaite avoir des relations huilées avec la presse.



COLONEL ABDOURAHIM KEBE, NOUVEAU PATRON DE LA DIRPA : «Je ne veux pas avoir d’incompréhensions avec la presse»
Quelle touche comptez-vous imprimer à la Dirpa ?

Je maintiendrai les acquis de mes prédécesseurs qui ont essayé, chacun en ce qui le concerne, de faire évoluer l’institution. Je veux surtout moderniser la Direction de l’information et des relations publiques des Armées (Dirpa) qui, dans sa forme actuelle, doit connaître une cure de jouvence pour être plus moderne. Par conséquent, nous allons nous y atteler pour qu’elle puisse effectuer convenablement sa mission, mais aussi qu’elle puisse être en phase avec les autres organes de presse. Nous allons aussi innover dans le cadre des actions. Il y a l’émission «Armée-Nation», que les gens connaissent à la radio, que l’on veut amener à la télévision. Cela permettra à la population de mieux connaître son Armée. Les productions au niveau de la Dirpa seront aussi augmentées. Actuellement, nous avons trois publications : «Armée-Nation» qui est une revue trimestrielle de réflexion, «Jambars» qui est un mensuel et le «Panorama des Armées» qui paraît sous forme de tabloïde avec des photos qui illustrent l’activité militaire. Nous comptons maintenant avoir une quatrième publication.

Est-ce que vous pourrez faire tout cela, surtout que l’Armée est considérée comme une grande muette, réfractaire, quelque part, à la communication ?

Depuis 1993, l’Armée sénégalaise a décidé de s’ouvrir. Elle s’est inscrite résolument dans la dynamique de la communication. C’est d’ailleurs l’objet de la création de la Dirpa. Compte tenu de l’évolution des mentalités et de nos sociétés, le Commandement a décidé de faire connaître davantage l’institution militaire pour qu’elle devienne une maison de verre. Le public a le droit de connaître ce qui se passe dans les Forces armées. C’est le lieu de préciser que la Dirpa ne concerne pas seulement l’Armée, mais aussi la Gendarmerie.

Par rapport à la Casamance, pourquoi il y a tant de pesanteurs ? Qu’est-ce qui explique que les journalistes ne peuvent pas traiter de ces questions sous peine d’être convoqués à la Division des investigations criminelles (Dic) ?

Je pense qu’il n’y aura pas de problème si le journaliste sait faire preuve de responsabilité dans le cadre de la gestion de l’information sensible. Savoir juger opportunément de la nécessité de sortir une information ou pas. Quand on sait que telle information peut embraser le pays ou peut créer des difficultés avec les voisins et déboucher enfin sur un conflit, il faut savoir comment la traiter. Sinon la Dirpa est là pour donner toutes les informations qui concernent les Forces armées.

Pourtant, souvent la Dirpa fournit de façon fragmentaire les infos, surtout quand il s’agit de morts en Casamance.

Concernant les morts, c’est complexe. Souvenez-vous du Vietnam. Les journalistes américains ont été accusés d’avoir fait perdre la guerre à leur pays, parce qu’ils faisaient un décompte macabre qui a fini par retourner les populations et démoraliser les militaires. Ce qui fait qu’il y a certaines informations, par rapport à la mission qui doit être accomplie, si les livrer peut porter préjudice au pays, on doit les gérer avec tact.

On sait que la Dirpa est la courroie de transmission entre l’Armée et la pesse. Quels seront vos rapports avec les journalistes ?

Je ne veux pas avoir d’incompréhensions avec les journalistes. Pour éviter cela, il convient d’asseoir des relations de confiance, de coopération et surtout de multiplier les échanges et les rencontres pour clarifier certaines situations et pour faire des actions de formations sur les questions d’informations sensibles afin qu’ils en cernent les contours. Nous allons nous y atteler.


Article Lu 12428 fois

Jeudi 14 Octobre 2010





1.Posté par fred le 15/10/2010 09:09
J'en suis tres ravi car l'armee est considere au senegal comme une tres mistique.On dot le demistifierr et montrr aux senegalais que le militaire est un metier comme les autres meme s'il existe quelques specificites .Donc vive la DIRPA

2.Posté par LINX le 15/10/2010 10:30
ILS NE SERVENT A RIEN CES MULTIPLES COLONELS ET GENERAUX DANS L'ARMEE SENEGALAISE ILS EN SONT MEME PAS CAPABLE DE VENIR A BOUT D'UNE BANDE ARMEE NON STRUCTUREE ET MAL EQUIPEE COMME LE MFDC
IL EXISTE AU SENEGAL DES CENTAINES DE COLONELS ET GENERAUX QUI ONT FAIT TOUTES LEUR CARRIERE DANS LES BUREAUX ILS NE SAVENT MEME PAS COMMENT UTILISER UNE ARME CES MESSEIURS QUI SONT BONS QUE ENTRE SANDAGA ET LE CAMP DIAL DIOP ONT DES SALAIRES FRAMINEUX ET D'AUTRES PRIVILLEGES ILS N'ONT RIEN DE MILITAIRE
DANS LEUR CURSUS VOUS TROUVEREZ DEUX OU TROIS MISSIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX RIEN D'AUTRE
JE SUIS POUR LA RESTRUCTURATION DE NOTRE ARMEE NATIONALE LES GALONS SE MERITENT IL EXISTE DANS LA GENDARMERIE ET DANS L'ARMEE BEAUCOUP D'OFFICIERS SUPERIEURS QUI SONT PLUS POLITIQUES QUE LES POLITICIENS ET IL PARLE D'ARMEE REPUBLICAINE MON OEIL ! SI ARMEE D'OFFICIERS DE SALON OUI INCAPABLE DE SECOURIR SON PEUPLE DANS DES MOMENTS DIFFICILES QUE NOUS TRAVERSONS
LES GENERAUX ET LES COLONELS ONT ETE TOUS CORROMPUS PAR WADE IL EST TANT POUR LES SOUS-OFFICIERS ET LES HOMMES DE TROUPE DE PRENDRE EN MAIN LES DESTINES DE NOTRE ARMEE NATIONALE
METTEZ AU POTEAU TOUS CES GENERAUX ET COLONELS A LA GOMME

3.Posté par le civil le 15/10/2010 22:40
toit LINX ,en te lisant seulement quelqu'un peut deviner que tu dois etre ou a ete un homme de troupe ! je respect ton point de vue.mais il faut pas generaliser:les officiers senegalais sont respectes par toutes les armees du monde entier,usa france...du fait de leur assidute,du serieux en ce qui concerne leur travail.
notre armee nationale a toujours sauve l'image que l'on donne aux armees africaines,car c l'une des rares armees a ne pas avoir tente de putsh etc. ses stagaires a l'etranger sortent toujours parmis les majors de promotions.
notre armee est structuree ce n'est pas le des autres ou le sergent desobeillit au capitaine pour semer le bordel... il est tant que les africains sachent que avec la technologie qui avance, l'armee a plus besoin de tetes bien faites((officiers et sous officiers ) que de cancres super muscules,la guerre dans la foret et la brousse est revolue ...

4.Posté par tarantak le 16/10/2010 02:25
Dia dieuf,

Lynx n'a pas tort en affirmant que bien de nos officiers supérieurs et généraux sont des militaires d'opérettes.

On assiste à une politisation des armées avec des officiers qui ne sont guidés que par leur ambition personnelle, à savoir une nomination à un poste avec des retombées financières personnelles énormes pour un pays comme le Sénégal. C'est le népotisme favorisé par Senghor, Diouf et amplifié par Wade qui explique cela.

D'une part, pour avoir côtoyé des officiers supérieurs et généraux sénégalais, je peux affirmer que certains ne se gênent même plus de revendiquer une orientation politique . Cela pour bénéficier des grâces du chef des armées en l’occurrence le PR, qui au passage les achète littéralement (n’a-t-il pas octroyé une prime exceptionnelle de l’ordre d’un million de FCFA à une certaine catégorie d’officiers ? Ou n’élève-t- il pas un nombre déraisonnable de colonels au grade de général). Ils passent leur temps à dire que j'ai fait Saint-Cyr, EA, Ecole Navale, Meknès, IHEDN ou autres ; ou se battre pour être nommé attaché défense dans une grande ambassade. Le PR les a muselé à coup de millions.

On assiste à l’émergence d’une armée mexicaine. La masse salariale consacrée aux officiers supérieurs et généraux est proprement scandaleux. Comment une armée (terre, mer et air) d'environ 14 000 hommes (gendarmerie : 6000 hommes, pompiers : environ 3500 hommes), peut se permettre d'avoir plus de 200 colonels d'actif dont certains sans affectations militaires? Laissez moi vous rappeler qu'une division américaine ou française de 20 000 hommes ne peut comporter plus d'une quarantaine de colonel. Comment peut-on avoir des généraux de corps d’armées d’actif pour une armée de moins de 20 000 hommes ? Cherchez l'erreur!

On passe notre temps à faire les éloges de l’armée sénégalaise (c’est certes honorable car son aura à l’international et sa discipline est bonne) sans savoir ce qui s’y passe vraiment. La troupe est en bonne partie démotivée devant des injustices criardes.

En effet, les conditions de vie des hommes de troupe et du rang sont très mauvaises. Un deuxième classe est à 11 900 CFA. L’armée sénégalaise est très mal équipée, pour exemple, elle est dotée d’une aviation embryonnaire avec quelques coucous qui ne font même pas l’affaire en Casamance quant aux vols de reconnaissance ou d’appui-feu, de plus, aucun avion de chasse à réaction n’est à notre actif (hontes aux grandes gueules). La composante de la force tactique héliportée de troupes (commandos, forces spéciales…) est tout bonnement inexistante, l’armée de l’air ne disposant d’aucun hélicoptère de transport de troupe (sauf 1 ou 2 MI 17 qui ne font pas partie de cette ligne doctrinale). Ce qui explique qu’en Casamance, l’armée ne s’aventure jamais dans la forêt profonde qui est le territoire de la rébellion (qui au passage n’a toujours pas été matée du fait des M. Casamance). Cette armée se contente de pilonner aux mortiers des zones soupçonnées d’abriter des rebelles, ce avec des résultats très aléatoires.
Pauvre enfants de la Casamance !

Ne parlons même pas de la marine dotée d’antiques PHM, VCR et EDIC, qui faute d’être en nombre suffisant, n’assurent même pas une couverture fluviale en Casamance, pas étonnant que « yambi di » alimenter Dakar. Sodio yi tamit, gno dak toukh bone, ta dak biral khaleyi.

L’armée de terre (composante majeure), « wakh nopi », elle est doté de vieux véhicules blindés AML 90 et 60, très vulnérables au RPG 7 (pas mal ont été détruit en Casamance et en Guinée). A cela s’ajoute, le nombre de chargeurs limités en dotation, l’absence de gilets de pare-balles, des camps militaires non clôturés et totalement en friche, des bâtiments militaires datant des années 40.

C’est triste à dire, mais l’armée sénégalaise est spécialiste du « gnelowane », et compte sur des dons par ci et par là pour boucler son budget.
Quant un certain Abdoulaye BALDE se permet de vanter le budget de la défense, de qui se moque-t-on ? Je me demande s’il est doté d’un quelconque esprit de « yeureumandé », une bonne partie (plus de 70%) de ce budget ne sert qu’au traitement des officiers supérieurs et généraux, à des frais de fonctionnement et de représentation au détriment des hommes de troupe et du rang qui vivent dans des conditions misérables. Comment peut avoir un parc automobile composé de véhicules pour officiers généraux dont certains ont une valeur de plus de 80 millions de FCFA?

A cela s’ajoute, l’injustice selon laquelle, en plus du départ à la retraite à 60 ans (55 pour les hauts fonctionnaires du même rang), un général à la retraite peut se retrouver propulsé à un poste d’ambassadeur.

Toujours sur le registre des injustices, que dire des soldats morts ou invalides de guerre (avec des pensions dérisoires de l’ordre de 30 000 FCFA) dont les familles ou titulaires de pensions d’invalidité, n’ont pas vu ces derniers réactualisées depuis 1960. Pour ce qui est de réactualiser le traitement des officiers généraux et supérieurs, la présidence, le ministère de la défense et l’état-major des armées, se montrent très experts.

Quid des officiers impliqués dans des détournements ? Je vais vous dire, de nouvelles affectations pures et simples pour taire les affaires. Ce ne n’est que la déclinaison au niveau supérieur des armées, de la corruption qui règne au sommet de l’Etat. Par contre un soldat pris entrain de fumer un joint, prend au minimum 3 mois de prison avec radiation de l’armée.

Respect aux officiers, sous-officiers, homme du rang et homme de troupe encore intègres et dignes. Continuez à être gorré akh am diome.

GAÏNDE,
LEGUI LEGUI,
BOU DEE DJOTE,
NINKI NANKA,
KHEL JOOM FIIT,
GOOR FIIT….

Kou beugue rewam

5.Posté par gossi le 19/10/2010 19:19
en tout cas ils doivent arreter de nommer des gens à des postes qu'ils ne maitrisent pas. Il y a dans l'armée sénégalaise des officiers plus aptes à diriger cette structure. le yama neex et le lobbying ont pourri cette armée

6.Posté par ous le 30/11/2010 17:27
SALUT TOUT LE MONDE
LE COLONEL KEBE EST UN HOMME TRES COURTOIS, TRAVAILLEUR
IL FAUT L'ENCOURAGER A CONTINUER DANS CE SENS
CE N'EST PAS BIEN DE CULPABILISER DES PERSONNES COMME LUI
MERCI A TOUS

7.Posté par kane le 11/09/2011 19:39 (depuis mobile)
Bon courage mon colonel depuis les usa good job we love u...

8.Posté par NFALLY le 22/09/2011 02:20
Ce qui est sur et indéniable c'est que 90% de ses officiers supérieurs n'ont aucun mérite sur le plan militaire .
Peut être parfois sont ils de bons théoriciens d'où leur aura à l'extérieur mais je doute que sur le terrain ce soit de bons stratéges .

9.Posté par agdourahim diouf le 31/12/2011 21:07
C'est mon oncle le beau je lui souhaite longue vie et prosperite

10.Posté par agdourahim diouf le 31/12/2011 21:09
C'est mon oncle le beau je lui souhaite bonne annee 2012

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State