Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

CAMPAGNE POUR PRESERVER LE « THIOF » SENEGALAIS (MEROU BLANC) Pour un moratoire sur la surexploitation

Article Lu 1874 fois

Sauver le «thiof» (mérou blanc) de sa disparition programmée, c’est à cela que Greenpeace est entrain d’œuvrer. Une nouvelle campagne a été lancée hier, vendredi à Dakar, en présence de l’«ambassadeur » du thiof au Sénégal Doudou Ndiaye Rose.



CAMPAGNE POUR PRESERVER LE « THIOF » SENEGALAIS (MEROU BLANC) Pour un moratoire sur la surexploitation
C’est en présence de l’ « ambassadeur » du thiof (mérou blanc) au Sénégal, Doudou Ndiaye Rose et de sa troupe qui a régalé le spectacle que le lancement de cette campagne dénommée «sauvons le thiof» a démarré. Occasion saisie par Ahmed Diamé, chargé de campagne Océans green peace Afrique pour faire la situation de cette espèce qui, selon lui, est en état de disparition. «L’état des stocks de thiof dans les eaux sénégalaises, nécessite urgemment une stratégie de gestion durable.

Si l’on n’y prend garde, cette espèce, icone du Sénégal, risque d’être exploitée jusqu’à son extinction et les générations futures grandiront sans la connaitre». Le chargé de campagne a toutefois imputé cette responsabilité à des navires étrangers qui obtiennent des licences de pèche dans d’autres pays et en profitent pour pécher dans les eaux sénégalaises. «Certains chalutiers sont de grands bandits, ils peuvent avoir des licences de pèche en Guinée Bissau et en profiter pour entrer dans le sud du pays et essayer de voler un peu de poisson».

Et d’ajouter que «malgré la situation critique de ses stocks, le thiof continue d’être péché et exporté à un rythme inquiétant. En 2011,1649 tonnes de thiof ont quitté le Sénégal vers les marchés d’Europe, d’Asie, du Moyen Orient, d’Amérique du Nord et d’Afrique. A elle seule, l’Union Européenne a reçu 70% de cette quantité», a-t-il renchéri.

Face à cette situation, Ahmed Diamé préconise «Nous demandons un moratoire sur une exportation et la création de réserves marines dans les Zones Economiques Exclusives(EEZ) sénégalaises. Nous appelons les pécheurs, les consommateurs et les décideurs politiques à se mobiliser et à agir pour éviter la disparition programmée du thiof». Embouchant la trompète, Doudou Ndiaye Rose appelle la population à « œuvrer pour la préservation de cette espèce. Aidez-nous à préserver cette ressource précieuse», a-t-il déclaré.

Sud Quotidien Hamadou Adama BA

Article Lu 1874 fois

Samedi 23 Février 2013





1.Posté par KOCC le 25/02/2013 11:22
LA DERNIERE QUE JE ME SUIS SOUVENU MANGER LE VRAI "THIOOF", C'ETAIT AU TEMPS DE SENGHOR.
DEPUIS ABDOU DIOUF, JE NE MANGE QUE DE PETITS "DOY" (il paraît que ce sont des bébés Thioof).
APRES L'ALTERNANCE, JE NE VOIS QUE RAREMENT LES "DOY". A PLUS FORTE RAISON LES "THIOOF".


2.Posté par mar terra le 26/02/2013 19:57
je me demande pourquoi greenpeace continue de parler des bateaux etrangers alors en ce moment pas de navires ya que les nationaux qui pillent en ce moment , qui pêchent avec des maillages mon conformes. Il
faut monsieur diamé denoncer les nationaux qui ont des licences de crevettes qui ciblent les poissons avec des maillages de 50mm au lieu 70 mm.
Geen peace senegal; la neutralité doit etre votre devise.
Le thof on le debarque au senegal mais destiné à l'exportation.
Il faut contrôler tous les navires mais pas se focaliser sur les étrangers et laisser les nationaux piller.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State