Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

Birmanie : condamnation internationale après un coup d'Etat et l'arrestation de Aung San Suu Kyi

Article Lu 11767 fois

La Birmanie a été secouée par un coup d'Etat ce lundi. La puissante armée du pays d'Asie du sud-est a également arrêté Aung San Suu Kyi, la cheffe du gouvernement. Le putsch a été immédiatement condamné par de nombreux pays.



Un coup d'Etat a été perpétré ce lundi en Birmanie. L'armée a pris le pouvoir et a arrêté Aung San Suu Kyi, la cheffe du gouvernement. Ce putsch, immédiatement condamné par plusieurs capitales étrangères, est nécessaire pour préserver la "stabilité" de l'État, ont fait savoir les militaires qui ont promis dans un communiqué publié sur Facebook de nouvelles élections "libres et équitables", une fois que l'état d'urgence d'un an sera levé.

Au pouvoir depuis 2015, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, est dans le viseur de l'armée qui l'accuse d'avoir truqué les élections. En plus de la prix Nobel de la paix, le président de la République et d'autres responsables politiques ont été arrêtés.

Ce coup d'Etat intervient alors que le Parlement issu des dernières législatives devait entamer sa première session ce lundi. Le parti d'Aung San Suu Kyi, très critiquée à l'international pour sa gestion de la crise des musulmans rohingyas (des centaines de milliers d'entre eux ont ont fui en 2017 les exactions de l'armée et se sont réfugiés au Bangladesh voisin) mais toujours adulée par une majorité de la population, avait remporté une victoire écrasante en novembre.

Longtemps exilée en Angleterre, Aung San Suu Kyi, aujourd'hui âgée de 75 ans, est rentrée en Birmanie en 1988, devenant la figure de l'opposition face à la dictature militaire. Elle a passé 15 ans en résidence surveillée avant d'être libérée par l'armée en 2010.

Condamnation internationale
Immédiatement après l'annonce du coup d'Etat, de nombreux pays ont condamné le putsch militaire. La France a appelé à ce que le "résultat du vote des Birmans soit respecté" et "discute avec ses partenaires dans le cadre des instances internationales", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

L'Union européenne, par la voix du président du Conseil européen, a condamné "fermement" le coup d'état et a réclamé la "libération immédiate" des personnes arrêtées. Les Etats-Unis ont annoncé vouloir "agir contre les responsables" si les arrestations ne "sont pas abandonnées".

De son côté, le voisin Chinois appelle les acteurs politiques birmans à "régler leurs différends dans le cadre de la Constitution et des lois afin de maintenir la stabilité politique et sociale".

francebleu.fr

Article Lu 11767 fois

Lundi 1 Février 2021




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State