Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

APRES SA LIBERATION SOUS CONTROLE JUDICIAIRE Sonko renfile sa tunique d’opposant

Article Lu 11075 fois

Le leader de Pastef, Ousmane Sonko a renfilé hier, lundi 8 mars, sa tunique d’opposant. Dans une déclaration de presse faite à la suite de sa libération sous contrôle judiciaire, l’ancien candidat arrivé troisième lors de l’élection présidentielle de 2019 a posé ses exigences et sonné la grande mobilisation pour la sauvegarde de l’Etat de droit et de la démocratie.



APRES SA LIBERATION SOUS CONTROLE JUDICIAIRE Sonko renfile sa tunique d’opposant
A peine libéré après son placement sous contrôle, Ousmane Sonko s’est adressé hier, lundi 8 mars aux Sénégalais dans un discours très engagé. Entourés de plusieurs responsables de l’opposition, le leader de Pastef a commencé par s’incliner devant la mémoire des 10 manifestants tués lors de cette série de manifestations et a souhaité un prompt rétablissement aux nombreux blessés. Poursuivant son propos, Ousmane Sonko qui a également tenu à saluer les guides religieux pour leur implication dans la régulation de la société sénégalaise, a invité les jeunes à maintenir l’élan de la mobilisation. « Ils ont l’habitude de dire que force restera à la loi, mais la loi appartient au peuple. Vous avez risqué votre vie pas pour moi ou pour nous mais pour votre avenir. Sachez qu’à partir d’aujourd’hui, le pays est le vôtre. Vous engagement est remarquable », a-t-il lancé en précisant que «la révolution est enclenchée, et personne ne pourra l’arrêter ». « En 2024, nous allons l’achever. Mais ne tombons pas dans le piège, et que l’armée ne s’empare pas de la révolution. Encadrons-la et travaillons avec stratégie», a-t-il ajouté avant de tempérer. « Mais soyons attentifs, que personne n’aille au Palais pour le déloger, cela peut entraîner la chute du régime. S’il démissionne, qu’on applaudisse et que l’on se prépare pour des élections anticipées, le cas échéant que l’on l’accompagne jusqu’à la fin de son mandat ».

Par ailleurs, revenant sur cette affaire d’accusation de viol à l’origine de ses déboires judiciaires, Ousmane Sonko jurant devant Dieu qu’il n’a rien à se reprocher a dit être pressé de la tenue de son procès qui va faire tomber les masques. Poursuivant son propos, le leader de Pastef a également profité pour rendre témoignage à la gendarmerie notamment l’agent qui a été blessé de la main lors des manifestations du vendredi dernier. « Je remercie la gendarmerie pour leur sens de responsabilité. Depuis mon arrestation jusqu’à ma liberté, j’ai été bien traité. Les gendarmes ont fait preuve d’une grande responsabilité. Ils m’ont traité sans brutalité, ni égratignure », a-t-il révélé avant de mettre en garde le Doyen des juges qui l’a interdit de parler de cette affaire. « Avec mon contrôle judiciaire, on me dit que je ne dois pas parler du dossier. Je leur ai répondu que chaque jour que vous donnez les minutes d’auditions à vos médias, je parlerais. Pour finir, ils parlent de contrôle judiciaire, mais qu’ils se le tiennent pour dit, je suis un acteur politique et personne ne me privera de mon indépendance politique».

LES EXIGENCES DE SONKO POUR UN APAISEMENT DE LA TENSION ACTUELLE

Loin de s’en tenir, le leader de Pastef a invité les jeunes à maintenir la mobilisation qui doit être pacifique jusqu’à la satisfaction totale de certaines revendications. Il s’agit entre autres, du versement d’une réparation aux familles des victimes, l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités sur toutes les victimes des manifestations, la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers politiques et l’indemnisation de tous les blessés civils et militaires et la prise des mesure contre la persécution des civiles et militaires qui ont des opinions contraires à la marche de pays. A cela, il faut également ajouter l’exigence visant l’arrestation des milices déployées sur le terrain du maintien de l’ordre aux côtés des forces de défense et de sécurité et leur traduction devant la justice et leur commanditaire. Mais aussi l’organisation dans les meilleurs délais des élections locales et les autres échéances électorales a date échue sans l’actuel ministre de l’intérieur qui, selon lui, n’est qu’un pion à la solde du chef de l’Etat ainsi que la restitution des doits civiques « illégalement et inconstitutionnellement » retirés par Macky Sall à Khalifa Sall et Karim Meissa Wade. Pour finir, Ousmane Sonko a également invité le chef de l’Etat à faire une déclaration publique et sans ambigüité en disant qu’en 2024, il va quitter ses fonctions et laisser en paix le pays.

OUSMANE SONKO A SES CAMARADES DE L’OPPOSITION : «Ce que le peuple a démontré, c’est qu’il en a marre d’une certaine manière de faire de la politique»

Je lance un appel à nous autres acteurs politiques de l’opposition, ce que le peuple a démontré c’est qu’il en a marre d’une certaine manière de faire de la politique. Nous avons tous la responsabilité quelque soit nos parcours, nos idéologiques et nos projets politiques de rassurer ce peuple sénégalais, d’être la hauteur de ce peuple et de donner à la politique ses lettres de noblesse. Mettre fin à la corruption, au bradage des ressources naturelles, mettre fin à l’instrumentalisation de l’appareil de l’Etat pour éliminer les opposants, mettre également fin à la boulimie foncière et tout ce qui est dénoncé aujourd’hui parce que ce peuple mérite mieux et nous devons tout faire pour lui donner mieux».

OUSMANE SONKOAUX COMBATTANTSDU MFDC : «Jamais le moment n’a été aussi opportun d’en finir avec cette crise…»

Le leader de Pastef a également lancé un appel aux maquis pour l’inviter à déposer les armes pour un retour de la paix en Casamance. « Jamais le moment n’a été aussi importun d’en finir avec cette crise qui a couté trop au Sénégal et en Afrique en termes de pertes en vies humaines, économiques, de stabilité sociale », a-t-il souligné avant d’ajouter. « Il faut qu’on en finisse et ce n’est pas avec les bombardements, avec la force parce qu’on ne résout jamais une crise comme ça. Cette mobilisation exceptionnelle des Sénégalais de toutes les localités sans distinction de région d’ethnies a fait tomber les stéréotypes et certaines croyances ». « Les Sénégalais debout comme un seul homme ont émis un message au monde entier, nous sommes un seul et un seul peuple. Quelles que soient les frustrations qui ont été à la base de votre décision de prendre les armes et quels que soient les clichées de mépris ou manque de respect ou de considération, aujourd’hui, le Sénégal tout entier vous a démontré en se battant non pas pour un fils de la Casamance mais pour un Sénégalais originaire de la Casamance en donnant leur vie pour montrer que la Casamance est une part entière et totale du Sénégal » a insisté Ousmane Sonko avant d’inviter les combattants du Mfdc à non seulement remettre leurs armes mais aussi à travailler avec l’armée nationale pour débarrasser le sol casamançais des mines anti personnelles.

SONKO ANNONCE UNE PLAINTE DEVANT LA CPI CONTRELE RÉGIME

Lors de cette déclaration de presse, le leader de Pastef/Les Patriotes n’a pas également ménagé le chef de l’Etat, le ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome, le ministre de la Justice Malick Sall et le procureur Serigne Bassirou Guèye. En effet, après avoir incliné devant la mémoire des jeunes qui ont perdu la vie lors de ces manifestations, Ousmane Sonko a pointé la responsabilité du président de la République dans ces violences. «Tout ce qui se fait actuellement est la faute du président Macky Sall avec la complicité de son ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome, son ministre de la Justice Malick Sall et son procureur Serigne Bassirou Guèye. Ils ont pris le Sénégal en otage ». Poursuivant son propos, et accusant le chef de l’Etat d’avoir commis une haute trahison, il a également exigé l’ouverture d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur toutes les victimes de ces manifestations et annoncé une plainte devant la Cour pénal internationale (Cpi) contre les responsables du régime.

SudOnLine PAR NANDO CABRAL GOMIS

Article Lu 11075 fois

Mercredi 10 Mars 2021




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State