Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

AFFAIRE OUSMANE SONKO Le M2D livre sa part de vérité

Article Lu 1362 fois

Après avoir lancé le Pacte pour l’unité nationale et pour la paix dans l’espace politique, le Mouvement pour la Défense de la Démocratie (M2D) a présenté hier, mercredi 26 mai, un mémorandum sur les évènements de février-mars 2021. Le mouvement, qui accuse le président de la République, Macky Sall, d’être le responsable de la violence qui s’en est suivie, compte poursuivre l’Etat du Sénégal devant les juridictions internationales. Il exige également un «traitement judiciaire, rapide, diligente, impartial et honnête» de l’affaire Ousmane Sonko. Pour cause, le M2D estime «qu’il est inacceptable que ce contrepôle judiciaire soit une épée de Damoclès sur la tête d’un opposant politique».



AFFAIRE OUSMANE SONKO Le M2D livre sa part de vérité
Le M2D (Mouvement pour la Défense de la Démocratie) entend aller jusqu’au bout sur les dernières manifestations au Sénégal relatives à l’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr qu’il qualifie de «complot d’Etat».

Présentant hier, mercredi 26 mai, son mémorandum de 55 pages sur ces événements de février-mars dernier, qui ont fait 13 morts et plusieurs blessés, le M2D qui met toute la violence sur le dos du pouvoir en place, compte saisir les juridictions internationales. «Ces crimes ne doivent pas rester impunis et relèvent de la responsabilité pleine et entière du président Macky Sall et des ministres concernés de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, ainsi que des structures étatiques chargées du maintien de l’ordre, particulièrement dans les périodes de manifestations populaires dans la rue. La responsabilité directe du Chef de l’État est en jeu dans tout ce qui s’est passé dans le pays, puisqu’il est le Chef suprême des Forces Armées et qu’il a tenu un double langage au sujet de la violence observée dans les rues de la capitale et des villes secondaires», a déclaré le coordonnateur du M2D, Cheikh Tidiane Dièye.

Le M2D a ainsi décidé de «poursuivre les auteurs et les commanditaires, l’État du Sénégal, devant les juridictions nationales, régionales et internationales». «Des plaintes sont en préparation à cet effet. Le M2D se félicite d’ores et déjà de la saisine de la Cour Pénale Internationale (CPI) par un collectif de Sénégalais de l’intérieur et de la diaspora et de l’envoi à cette Cour de nombreuses preuves matérielles des exactions commises (photos, vidéos, audios, etc.) par de nombreux Sénégalais. Le M2D apportera tout son concours à ces initiatives hautement patriotiques qui rentrent en droite ligne de la volonté du mouvement d’amener le maximum de Sénégalais à s’impliquer dans la défense de la démocratie et de l’Etat de droit», lit-on dans un document remis à la presse. Le mouvement «exige également de l’Etat l’indemnisation des familles des victimes assassinées et des personnes ayant subi des dommages corporels».

«IL EST INACCEPTABLE QUE LE CONTROLE JUDICIAIRE SOIT UNE EPEE DE DAMOCLES SUR LA TETE D’UN OPPOSANT POLITIQUE»

Le mouvement composé de partis politiques, de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile, d’activistes et de personnalités indépendantes n’a pas non plus manquer d’exiger un «traitement judiciaire diligent et impartial de ce dossier d’accusation qui, en aucun cas, ne saurait être une entrave aux activités politiques, professionnelles et privées de Ousmane Sonko ou une épée de Damoclès judiciaire, encore moins un instrument de liquidation d’un adversaire politique». Le M2D d’insister qu’«il est inacceptable que ce contrepôle judiciaire soit une épée de Damoclès sur la tête d’un opposant politique. Il vient d’être empêché de se rendre à Lomé pour tenir une conférence internationale ; ça ne repose sur rien du tout. C’est totalement arbitraire», a fustigé le coordonnateur du M2D.

Et d’ajouter : «il faut qu’ils comprennent et qu’ils sachent raison garder et s’arrêter. Un acteur politique a vocation à faire ses tournées à l’intérieur et dans la diaspora. Nous allons vers des élections et nous n’accepterons pas qu’ils usent de subterfuges et de ficelles ou de stratégies pour le clouer au sol ou clouer n’importe quel acteur au sol. Nous avons vu ce qu’ils ont fait avec Karim Wade et Khalifa Sall». Le M2D invite le pouvoir en place à éviter «des erreurs qui pourraient déstabiliser encore ce pays. Nous les invitons à lever leur pied et à laisser tomber tout ce qu’ils essaient de manigancer». Le mémorandum qui sera traduit dans plusieurs langues nationales et étrangères sera remis aux citoyens, à toutes les missions diplomatiques, à toutes les institutions de défense de droits de l’homme à l’international etc.

SUDONLINE M. DJIGO

Article Lu 1362 fois

Jeudi 27 Mai 2021




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State