Référence multimedia du sénégal
.
Google

ADOPTION DU BULLETIN UNIQUE DANS LE PROCESSUS ÉLECTORAL

Article Lu 1623 fois

LA MAJORITE REFUSE LE JEU



ADOPTION DU BULLETIN UNIQUE DANS LE PROCESSUS ÉLECTORAL
Portée ou disqualifiée d’un contexte à un autre par tous les acteurs politiques, en fonction de leur situation dans l’opposition ou au pouvoir, la problématique du bulletin unique ne cesse encore de cristalliser les positions à chaque concertation pré-électorale entre partis ou coalitions de partis. Le dialogue politique enclenché par Macky Sall à l’issue d’une présidentielle contestée ne fait pas exception. Face à la requête de l’opposition de recourir au bulletin unique, la majorité refuse de jouer le jeu.

Pourtant, de l’avis de beaucoup d’acteurs, le camp de Macky avait fait de ce mode de consultation électorale aujourd’hui en vigueur dans presque toute la sous-région (Voir par ailleurs) une doléance de base. Raison suffisante pour Adiouma Sow, chargé des élections de Pastef/ Les Patriotes, comme pour certains membres de la société civile dont Alioune Tine, ancien secrétaire général de la Raddho, aujourd’hui patron d’Africajom et autre Sadikh Niasse, secrétaire général de la Raddho, de se demander à quoi joue la majorité. Quand cette dernière, par la voix de son plénipotentiaire Yoro Bâ, dit attendre des arguments crédibles pour faire pencher la balance pour l’adoption du bulletin unique.

ADIOUMA SOW, CHARGÉ DES ÉLECTIONS DE PASTEF/ LES PATRIOTES : «Ce qui nous révolte, c’est que la majorité n’a pas argumenté son refus du bulletin unique»

Nous avons été très surpris par cette position d’autant plus que ceux qu’on appelle majorité au Sénégal, c’est ceux qui étaient dans l’opposition, il n’y a même pas dix ans. En plus, la plupart parmi cette majorité qui nous gouverne était les initiateurs des Assises nationales qui avaient décidé que l’adoption du bulletin unique est de ses recommandations-phares dans le but de l’amélioration du système de vote sénégalais. Aujourd’hui, que ces gens reviennent pour nous dire qu’ils ne sont pas pour l’adoption du bulletin unique, on ne peut que s’en désoler. En plus, ce qui nous révolte, c’est qu’ils n’ont pas argumenté leur refus du bulletin unique. Ils n’ont mis aucun argument sur la table pour étayer leur refus. Alors qu’en face, nous avons fourni pas mal de justificatifs dont la rationalisation des dépenses liées à l’organisation des élections, Aujourd’hui, la plupart des experts électoraux sont unanimes à dire que le bulletin unique peut permettre à l’Etat du Sénégal d’économiser beaucoup de milliards dans l’organisation des élections. D’autres vont même plus loin pour dire que le bulletin unique a des vertus écologiques. Maintenant, que nos camarades d’en face reviennent, après avoir crié sous tous les toits pour demander l’adoption du bulletin unique, pour dire qu’ils ne sont pour ce bulletin, cela ressemble à du dilatoire. Et cela est inquiétant d’autant plus que ce sont ces mêmes gens qui, après la présidentielle de 2019, ont appelé la classe politique à la concertation dans le but d’améliorer notre processus électoral».

ALIOUNE TINE, ANCIEN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RADDHO : «Il est temps que les acteurs politiques cessent de changer leur avis au gré de leur station»

«C’est depuis les années 96- 98 que nous, en tant que Raddho, menons le combat pour l’adoption du bulletin unique au Sénégal. Car, à l’époque, toutes les élections organisées dans les différents pays africains ont inauguré l’introduction du bulletin unique. Qui permet d’économiser beaucoup d’argent mais aussi garantit la transparence du vote en ce sens qu’il contribue à lutter contre la corruption électorale des électeurs le jour du vote par l’achat des bulletins des candidats adversaires. Je me rappelle dans les années 98, tous les acteurs politiques de l’opposition d’alors avaient demandé le bulletin unique. Il est temps que les acteurs politiques cessent de changer leur avis au gré de leur station de responsabilité. Car, on a constaté que chaque fois qu’ils sont dans l’opposition, ils réclament le bulletin mais arrivés au pouvoir, ils sont contre ce bulletin unique et optent pour le bulletin multiple qui, à mon avis, cache beaucoup de non-dits. C’est un grand marché avec beaucoup d’argent qui ouvre la voie à des possibilités de corruption pour l’administration. Aujourd’hui, tous les pays africains adoptent le bulletin unique. Le Sénégal ne doit pas donc donner l’impression qu’il est impossible de réduire les dépenses liées à l’organisation des élections et la corruption avec le bulletin unique».

SADIKH NIASSE,SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RADDHO : «Nous ne trouvons pas les raisons pour lesquelles la majorité réfute le bulletin unique»

«Nous ne trouvons pas les raisons pour lesquelles à chaque fois que les gens arrivent au pouvoir, ils réfutent le bulletin unique. La preuve quand ils étaient dans l’opposition, ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui l’avaient aussi réclamé. Nous leur (gens de la majorité-ndlr) demandons donc de revenir sur leur position par rapport à ce bulletin unique qui est une demande qui revient à chaque fin de processus électoral. Aujourd’hui, il est clair que le bulletin unique pourrait être avantageux pour plusieurs raisons. Il peut aider à faire l’économie du papier, les charges liées à l’organisation des élections mais aussi en termes de transparence du processus électoral. Nous recommandons à la majorité d’accéder à cette demande de l’opposition afin que le bulletin unique soit adopté. Notre souhait, nous de la société civile, c’est que le Sénégal se mette au même niveau que les autres pays de la sous-région qui ont adopté ce bulletin. Nous gardons notre espoir de voir le pouvoir revenir sur cette position et d’adopter effectivement dans le cadre de cette concertation avec l’ensemble des partis engagés le bulletin unique. Ceci, dans le but d’accélérer le processus de renforcement de la transparence dans notre processus électoral»

YORO BA, PLÉNIPOTENTIAIRE DE LA MAJORITÉ : «La majorité ne craint pas le bulletin unique»

«La majorité ne craint pas le bulletin unique. La majorité est simplement en train de se demander pourquoi devrait-on changer un système (vote avec bulletin multiple) qui marche, avec lequel on a pu avoir deux alternances politiques dans la paix et qui a jusqu’ici fait ses preuves. La majorité demande donc juste à être convaincu que le bulletin unique est meilleur que le bulletin multiple. Au moment où nous parlons, les discussions sont toujours en cours, les portes ne sont pas encore fermées. C’est un sujet sur lequel nous continuons à échanger. Mais, une fois de plus, la majorité ne craint pas le bulletin unique. Elle demande simplement à être convaincue de la nécessité de changer ce bulletin qui nous a permis deux alternances dans la paix et la stabilité».

Sud online

Article Lu 1623 fois

Vendredi 4 Octobre 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State