Référence multimedia du sénégal
.
Google

ABDOULAYE SARR SUR LA PUBLICATION DE LA LISTE DES LIONS «LE SELECTIONNEUR PEUT Y AVOIR TOUTE SORTE D’ETATS D’AMES MAIS… »

Article Lu 1440 fois

Aliou Cissé va procéder ce vendredi 31 mai à la publication de sa liste pour la Coupe d’Afrique des nations Egypte 2019. Ce sera l’ultime moment du choix pour le sélectionneur national après un long processus de réflexion. Mais qu’est ce qui se passe dans la tête d’un sélectionneur à l’heure du choix ? Echappe-t-il toujours à des pressions ? Pour Abdoulaye Sarr, ancien sélectionneur des Lions (CAN 2006), une liste pour une phase finale est un «exercice spécial». Et en dépit des pressions auxquelles il est soumis, l’actuel directeur technique de Génération foot fait savoir que le sélectionneur aura le dernier mot et assumera son choix.



ABDOULAYE SARR SUR LA PUBLICATION DE LA LISTE DES LIONS «LE SELECTIONNEUR PEUT Y AVOIR TOUTE SORTE D’ETATS D’AMES MAIS… »

Aliou Cissé sera attendu ce vendredi pour la publication de la liste des Lions devant disputer la Can 2019 en Egypte (21 juin au 19 juillet). Entre surprises et incertitudes sur certains joueurs qui vont figurer dans la liste, le sélectionneur des Lions est soumis à un travail qui ne sera pas de tout repos. Mais qu’est ce qui se passe dans la tête d’un sélectionneur à la veille de la veille d’une grande compétition comme la CAN ?

Entre conciliation et lobbying, il n’échappe pas à des pressions, selon l’ancien sélectionneur Abdoulaye Sarr. Sur le banc des Lions lors des Coupes d’Afrique 2000, 2002, 2004 et 2012 (comme adjoint de Peter Schniger, Bruno Metsu, Guy Stepahn et Amara Traoré) et 2006 (en cas que titulaire) l’actuel directeur technique de Génération football a confié que «l’exercice n’est pas facile» même s’il entre dans le rôle normal des entraîneurs. «Le sélectionneur peut y avoir toutes sortes d’états d’âmes mais il faut dire que pour à la confection d’une liste, l’entraîneur n’est pas un homme seul car il a un entourage, un staff, il a ses conseillers. Le médical fait partie du staff, le préparateur mental, ses assistants techniques. L’entraineur des gardiens. C’est tout un entourage. Avant de confectionner sa liste, il y aura beaucoup de conciliation. L’erreur étant humaine, il faut s’entourer de maximum de garanties. Il y a même des conseillers qui sont en dehors du staff. Il peut même être un journaliste qui le conseille au niveau de la communication. Ce n’est donc pas un exercice facile mais c’est quelque chose de normal pour un sélectionneur», soulignet-il.

Le technicien sénégalais, renseigne que cette pression entoure même la vie de l’entraîneur. «Il subit des pressions de toutes sortes et de différentes manières. Il y en aura toujours des lobbyings, des pressions mêmes politiques. Même la presse peut exercer des pressions. Un groupe de journaliste peut plaider pour un joueur ou un autre joueur. La pression peut même venir des familles. La pression est donc là. Sur le plan social, on ne peut pas occulter cette pression. Nous l’avons vécu. L’entraîneur a une prérogative. Il a un rôle particulier. Il a le dernier mot et c’est lui qui assume. Il a été choisi comme sélectionneur pour prendre des décisions», répond-t-il

Pour l’ancien coach des Lions, chaque liste a cependant une spécificité et avec les paramètres du moment. «Une liste pour une phase finale est un peu spéciale. Elle doit résumer dans sa globalité toute une philosophie. Toutes les idées de l’entraîneur qui ont précédé la phase finale, c'est-à-dire les éliminatoires, il va concocter une liste où il aura à évaluer tout ce qui a précédé. Pour les critères, il essaiera de se conformer à la forme du moment, la compétitivité du joueur. Il doit chercher, ce qui est à mon avis très important, à savoir la complémentarité. Ensuite, il faut voir la dimension humaine de l’individu parce qu’une équipe, ce n’est pas toujours le terrain mais il y a une vie à l’interne. Si l’équipe joue bien, c’est qu’il y a beaucoup de complicité dans le groupe. C’est là où l’entraîneur joue un rôle de grand manager», relève Abdoulaye Sarr, avant d’ajouter : «L’entraineur dans son approche doit faire en sorte que le groupe s’approprie de son projet.

La publication de la liste vient toutefois au terme d’un processus de réflexion entamée depuis les phases des éliminatoires. Le sélectionneur est quelqu’un qui est toujours dans la réflexion et encore plus à l’approche de la publication d’une liste. L’exercice auquel, il a pris l’habitude. Parce que pour faire chaque match ou à chaque sortie de l’équipe nationale, il est obligé à se soumettre à cet exercice : publier une liste de joueurs à la représentation nationale. Sa mission ne sera pas de tout repos», a confié Abdoulaye Sarr.

ABDOULAYE SARR « En Egypte, il ne faudra négliger aucun détail»

L’ancien sélectionneur nationale Abdoulaye Sarr (2006), pense que l’équipe du Sénégal n’ira pas en terrain inconnu à la Can en Egypte. Le pays de Pharaon a en effet été le théâtre du dernier grand exploit des Lions en Coupe d’Afrique. Sous sa conduite avec Amara Traoré comme adjoint, l’équipe du Sénégal avait failli créer l’exploit face à l’Egypte, futur vainqueur de l’épreuve. Mais pour un nouvel exploit, le technicien sénégalais soutient qu’il ne faudra négliger aucun détail. «Paul Valery disait que : «s’il faut réaliser de grandes choses, il faut penser au détail». En Egypte, il ne faudra négliger aucun détail. Sur ce plan, le Sénégal est assez outillé pour mettre l’équipe nationale dans un environnement de performance. Faire le contraire serait une faute professionnelle. Le Sénégal est très respecté en Egypte. Sur tous les plans et surtout en sport. En Egypte, on ne sera pas en terrain conquis mais pas inconnu», considère t-il, ajoutant que le Sénégal devra trouver ses repères en Egypte. «Aliou Cissé, l’actuel sélectionneur, Tony Sylva qui est dans l’encadrement ou Lamine Diatta connaissent bien ce pays pour y avoir joué en 2006. Ils sont aujourd’hui dans l’encadrement rapproché de l’équipe nationale. Il y a donc des repères. Il y a beaucoup d’avancées significatives au niveau de la réservation d’hôtels et pour mettre le Sénégal dans de très bonnes conditions de performance. Le président de la Fédération sénégalaise de football (Augustin Senghor, Ndlr) et son entourage ont l’habitude de séjourner dans ce pays», conclut-il.


SudOnLine

Article Lu 1440 fois

Jeudi 30 Mai 2019




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State