Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal


Référence multimedia du sénégal
.
Google

A COEUR OUVERT AVEC SUZANNE KAMARA: ''...je ne voulais pas qu'on me pose des ques­tions sur mon handicap''

Article Lu 13603 fois

Artiste chanteuse, elle voulait être peintre. Sa deuxième passion après la musique. Née le 02 novembre 1967, la native de Khombole a démarré la musique à bas âge. Suz' pour les proches chante depuis qu'elle a 14 ans. Cela aura de l'influence sur son cursus scolaire. Pour elle, l'école, c'est juste savoir lire, écrire, communi­quer et dialoguer. La seule musul­mane de l'Afrique de l'Ouest à avoir chanté pour le Pape Jean ­Paul II est revenue au devant de la scène en 2007 avec l'album « Baneex » après une interruption de carrière de quelques années. Elle n'oublie pas de faire un plaidoyer pour les personnes à mobilité réduite, surtout qu'elles ont été oubliées lors des grands chantiers de l'Etat. Elle parle aussi de sa fon­dation « Suzanne Camara, une voix pour les enfants ». Entretien.



A COEUR OUVERT AVEC SUZANNE KAMARA: ''...je ne voulais pas qu'on me pose des ques­tions sur mon handicap''
Suzanne, vous en êtes à combien d'albums ? Au quatrième avec un break fait déli­bérément. Entre le deuxième et le troi­sième, je suis restée pendant de longues années sans enregistrer. Et ceci pour m'occuper de ma famille et de moi-­même. Vous savez, la femme artiste a besoin à un moment donné de s'arrêter. Ce n'est pas comme les hommes, on n'a, pas les mêmes prérogatives. Il faut avoir le temps de faire des enfants, de s'occuper en quelque sorte de son foyer. Car, la femme est au début et à la fin de tout. J’en profite pour rendre hommage à toutes les femmes du monde et plus particulièrement à la femme sénégalaise. Car le mois de mars est dédié à la femme. Je leur dis bravo pour tout ce qu'elles font quelque soit le domaine où elles évoluent, elles sont conscientes du rôle qu'elles jouent dans la société.

Ce décalage vous aura sans doute permis de mûrir le contenu de vos albums, n'est-ce-pas ?

A chaque parution de mes albums, je constate un progrès incroyable et posi­tif. Cela fait partie naturellement du parcours de chaque artiste. Je ne dis pas que je suis totalement satisfaite, mais il y a une modeste évolution. Tant sur le plan vocal qu'au niveau des textes. Je pense que l'artiste retient beaucoup de choses de son parcours. Il s'inspire de tout ce qu'il a eu à vivre (bonheur ou malheur), ce qu'il a partagé avec les autres. Et cela déteint sur sa production. Quand on écoute l'album, il y a une par­ticularité pour chaque morceau.

Votre nouvel album est marqué par l'histoire de votre vie. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour en faire part au sénégalais ?

Oui j'ai attendu longtemps ! Mais, cela s'est fait délibérément. Lorsque j'ai commencé la musique, je n'ai pas voulu confondre les choses, je n'ai pas voulu prendre de la compassion chez les gens. Je déteste cela « bougouma kouma yeureum ». Même si cette compassion ne me dérange pas. Ce qui me rebute­rait, c'est que les gens s'éternisent sur mon handicap. Alors, j'ai voulu faire la part des choses. Au début, je ne voulais même pas que l'on me pose des ques­tions sur mon handicap. L'handicap ne veut pas dire ignorance ou tout ce qui est négatif. Et comme j'ai réussi cela, mainte­nant les gens ne voient pas en premier lieu mon handicap mais autre chose. Même si l'handicap vient après. Là, je me suis dit que c'était le moment de faire partager mon his­toire au monde entier.

Qu'est-ce que la région de Kolda vous rappelle ?

Cette région me rappelle tout simplement mon enfance. La poliomyélite, c'est là-bas que je l'ai attrapée. Mes parents m'ont expliqué comment j'en suis devenue victi­me: Mais, attention je n'ai rien contre cette région. Je pense que c'est ce qui devait arri­ver voila quoi !

Quels sont les morceaux qui composent l'album « Baneex »?

II y a « Moi » qui narre un peu la façon dont j'ai attrapé la maladie, mon enfance, ma carrière pour encourager les mamans handicapées ou qui ont des enfants et qui vivent avec un quelconque handicap. Je parle de ma situation pour les encourager et leur dire que l'handicap n'est pas seulement physique: Il faut savoir le sublimer. Il y a aussi « Baneex» que j'ai composé parce que j'étais nostalgique. J'ai passé de bon moment avec, des amis, et avec le temps,

cette ambiance s'est brisée. Je ne voyais plus personne. C'est comme cela que l'inspiration m'est venue pour ce morceau. Et je dis « Lou nekh daye dièkhe, dara sakhoul si adouna ». En somme, les bonnes choses de la vie ne sont pas éternelles. Dans l'album; j'ai aussi chanté, « Djiguène Yi », « Bamba », « Malaïka », « Xaleyi » qui" parle des enfants victimes de la guerre.

Suzanne, comment appréciez-vous le paysage musical sénégalais ?

A COEUR OUVERT AVEC SUZANNE KAMARA: ''...je ne voulais pas qu'on me pose des ques­tions sur mon handicap''
Je pense qu'il y a de plus en plus moins de recherche. D'abord les textes laissent à dési­rer. Au lieu de chants, c'est plutôt les louan­ges d'un tel ou tel... On ne parle plus de chose éducative. La musique ne reflète plus cet art d'antan. Il y a beaucoup de manque­ment.

Et vos textes, qui les écrit ?

Mon mari est en même temps mon manager. Cela va faire 6 ans que je suis mariée. Waw ! Les années filent (rire). J'ai 2 filles qui se nomment Néné et Coumba.

Et comment vous vous organisez au niveau familial en tant que femme artiste ?

Je m'en sors pas mal. Ce que je fais, j'évite de trop bosser le matin. Je m'occupe de la maison, des enfants. D'ailleurs, depuis que je me suis mariée, je suis devenue matinale (rire). Ce qui n'était pas le cas auparavant. Je prépare les enfants pour l'école. A midi elles rentrent, je leur fais à manger après elles font la sieste. Je reste avec elles de 17 heures à 21 heures parce que je les mets au lit au plus tard à 2lheures. Quand j'ai des choses à faire, c'est tardivement dans la soi­rée au moment où les enfants dorment.

Au cours de votre carrière musicale qu'est ce qui vous a marqué le plus ?

C'est quand Myriam Makéba a fait les choeurs pour moi avec sa propre chanson « Malaïka ». J'étais émue parce que c'est avec cette chanson que j'ai appris à chanter. Il y’a aussi la chanson de Youssou Ndour « Bamba ». Petit, je rêvais de pouvoir le reprendre un jour car c'est très bien fait.

Suzanne entretient-elle toujours des rela­tions avec Madame Elisabeth Diouf ?

Oui ! On a gardé de très bons rapports. Quand je vais à Paris, si le temps me le per­met, je vais la voir. De temps en temps, je vois ses enfants ici à Dakar.

Quelles sont vos perspectives ?

C'est la fondation que je viens de créer il y a 8 mois. Elle se nomme « Suzanne Camara, une voix pour les enfants ». C'est pour mieux organiser les multiples soutiens que l'on reçoit. Le prétexte c'est surtout de pouvoir élargir notre champ d'intervention et pour être crédible devant les bailleurs. Mais avant la mise en place de cette fonda­tion, il m'arrivait d'aller dans un village pour leur donner de la nourriture, des habits etc. Cela se faisait de manière informelle. Maintenant, on sera mieux organisé et nos actions auront des traces, ce qui va encoura­ger les Ong et bailleurs.

Votre dernier mot ?

J'ai envie de demander aux autorités plus particulièrement au président de la République Maître Abdoulaye Wade, aux entrepreneurs ou à toutes les personnes qui ont un pouvoir de décision, de penser un peu aux personnes à mobilité réduite, de rendre Dakar accessible pour ces personnes, prévoir les déplacements de ces personnes­ là dans les grands chantiers (hôtels, centres commerciaux, parkings, etc.). Ceci afin de faciliter leurs déplacements. Je ne vais pas attendre. Je ferai tout pour que l'on vote cette loi. Mais, à part cela, je compte faire une exposition de mes anciens tableaux.

Recueillis par Francesca

Source: Pic Hebdo

Article Lu 13603 fois

Mercredi 19 Mars 2008





1.Posté par korr suzette le 19/03/2008 03:54
slt cousine ca fait plaisire de te voire et de tes nouvels tu sais c ki ton cousin regarde le nom tu sauras tata r [ta maman] mappeler kome ca bizou ne baisse jamais les bras je tai konue battante donc god bless you

2.Posté par Rougui le 19/03/2008 13:32
Bon courage Suzanne.Tu es une vraie battante. On est nomberux derriere toi et tu nous manques a Washington.Reviens vite nous voir.

3.Posté par mya mya le 19/03/2008 17:47
excellente initiative et perséverence.
Mais moi je t'ai tjrs adorée, déjà petite je revais de te rencontrer et ce reve continue tjrs, tu es une personne que j'admire et un peu ma cousine car nos deux famille se connaisse bien.
j'aimerai faire parti aussi de ta fondation car je suis pour la cause des enfants et je voudrai vraiment m'engager.
si vous avez son contact mail svp donnez le moi merci d'avance.

4.Posté par lii le 19/03/2008 17:53
wish you well. vraiment, handicapeds are totally forgotten in senegal. I know that we are far behind the westers world "economicaly", but we should definitvely take them in consideration when building new infrastructures.( public or private)

5.Posté par bima le 19/03/2008 20:18
toi ke dieu te protege ,tu es differente des coumba gawlo seck,ndeye gueye ,oumou sow titi ki pensent le mariage est le dernier des choses a faire

6.Posté par musa le 19/03/2008 21:41
Ma soeur mon adresse email c;est ture.musa@yahoo.com ce sera un honneur pour moi si vous me donnez l'opportunite de participer a cet ouvrage ou tout simplement donnez moi un numero de tel sur le x.net pour vous contacter

7.Posté par musa le 19/03/2008 21:49
SUZANE nous avons serieusement besoin du numero de telephone de votre fondation depuis les ETATS UNIS nous avons certaines opportunites que nous voudrions partager de tout coeur avec vous.Merci

8.Posté par Ismaila A DIOP le 20/03/2008 00:30
TOUTES MES FELICITATIONS SUZ VIVEMENT QUE CETTE FONDATION AILLE DE L'AVANT

9.Posté par daba fall madame sow le 20/03/2008 04:12
slt cousine je vous felicite je voulais avoire ton numero de telephone salue moi tata rama et mes enfants je suis a atlanta bon courage merci

10.Posté par mimo le 20/03/2008 14:36
courage et bonne chance,je t'aime etje te soihatte le meilleur du monde

11.Posté par ben le 22/03/2008 18:53
bonjour a tous ceux ki cherche à joindre suzanne je suis son président de fans club vous pouvez joindre au 77 609 9152
site web www.suzanne-kamara .com toutes les informations sur notre artiste preferee

12.Posté par Ngoné Touré dite Diaba le 11/09/2008 17:28
Chère Suzanne, connaissant ton courage j'ai voulu que tu sois la Marraine de l'association "Diongomaé que j"ai crée avec volet femmes handicapées. Je te souhaite beaucoup de succès. Cordialement:

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Revue de presse | Blagues | Le miroir de l’entrepreneur





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State