Référence multimedia du sénégal
.
Google

9 infos sur le plaisir au féminin

Article Lu 15347 fois


9 infos sur le plaisir au féminin
1. On peut augmenter l'intensité des orgasmes
"C'est l'une des grandes leçons de la sexologie, les femmes parlent et nous ont informés que leur plaisir augmente tout au long de leur vie sexuelle", annonce Élisa Brune. précise Alain Héril.

Ahhh l'orgasme ! Ce Grââl hissé en but à atteindre lors d'un rapport sexuel... Et si notre vision de cette réaction physique n'était pas un peu biaisée voire carrément normée ? Pour remettre les choses en place, nous vous avons déniché 10 infos capitales sur l'orgasme afin de le désacraliser et surtout de mieux l'appréhender.

L'orgasme : un modèle hétéro-normé ?
Si dans l'image que l'on en a, une relation sexuelle doit forcément se terminer par un orgasme (surtout masculin la plupart du temps), c'est parce que notre esprit répond à un schéma sexuel hétéro-normé. Si bien évidemment on adore avoir des orgasmes, il faut cesser de s'imposer à soi-même et à son ou sa partenaire ce code qui n'est pas lié à notre réel besoin. Clairement, un rapport sexuel ne peut pas se juger par l'atteinte d'un orgasme ou non. Toutes les pratiques sont en réalité envisageable : ne pas avoir d'orgasme, en avoir un, ou deux ou plus. Et si l'un des deux partenaires l'atteint mais pas l'autre, ce n'est pas forcément le peine d'assister à tout prix et d'infliger à l'autre une pression supplémentaire.

L'orgasme, source de bien des fantasmes
Avec l'imagerie liée au porno, l'orgasme est devenu une sorte d'alarme qui devait sonner la fin d'un rapport sexuel. Il devient alors un impératif que lequel on impose une pression. Et si on devenait plus souple avec l'orgasme ? Si l'on prend en compte que l'orgasme peut-être une éventualité plutôt qu'une obligation absolue peut-être sera-t-il plus simple de l'atteindre... Car l'une des règles pour avoir un orgasme, c'est aussi de lâcher prise...

9 infos sur le plaisir au féminin
2. On peut avoir des orgasmes en dormant
"Pour peu que les rêves soient d'origine sexuelle, le cerveau va enregistrer les images oniriques fictives comme une réalité et réagir en fonction", analyse Alain Héril. En effet, ces rêves s'accompagnent d'une excitation autonome du corps. "C'est physiologique", note Élisa Brune. Et difficile de ne pas s'en rendre compte, car un orgasme, ça réveille. Pour être sûre qu'il s'agit bien de ce phénomène, il suffit de toucher son vagin. "Si les parties sont gonflées, c'est le cas !", indique-t-elle.

9 infos sur le plaisir au féminin
3. Clitoridienne ou vaginale ? En fait, cela n'a plus vraiment de sens
Les récentes découvertes sur le plaisir féminin et son origine ont bouleversé ces vieilles représentations. Notamment, "on sait, depuis les travaux de l'urologue australienne Helen O'Connell (dont les premiers datent de 1997, ndlr), que le clitoris a des ramifications le long des parois internes du vagin et que c'est l'excitation de ces "bulbes" internes qui entraînent le plaisir intense et l'orgasme", explique Alain Héril*. Parler de clitoridienne, c'est utiliser un schéma trop simpliste.

4. On peut avoir plusieurs orgasmes à la suite, mais ce n'est pas toujours aisé
"Souvent, après un premier orgasme, les femmes sont rassasiées. Elles ne cherchent pas à multiplier le plaisir, regrette Élisa Brune. Pourtant, si elles continuent la stimulation, il y a des surprises à la clé" : un, voire plusieurs orgasmes. "Les femmes doivent être curieuses et se demander jusqu'où le corps peut aller", conclut-elle. Car, comme toute bonne chose, ça s'apprend ! "Il y a nécessairement l'apprentissage d'un grand lâcher-prise, d'une mise de côté de l'inhibition et des tabous, assure Alain Héril. Et surtout ne pas faire de sa sexualité un enjeu trop important. La dimension ludique et relâchée (sans recherche de performance) est essentielle à la multi-orgasmie". D'acc, on va essayer...

5. La taille, ça ne compte pas !
"Sauf s'il s'agit d'un micro-pénis, soit 7 à 8 cm en érection, indique Alain Héril. Le vagin enserre le pénis quelle que soit sa taille et, parfois, un pénis trop gros peut entraîner plus de douleur que de plaisir." L'intensité du désir aurait plus d'effets sur l'orgasme que la taille du pénis ! On oublie souvent que, comme le pénis, le vagin et le clitoris sont différents pour chaque femme. Mais surtout, si la taille importe peu, c'est parce que "la pénétration provoque rarement des orgasmes, rappelle Élisa Brune. Seules 5 à 10 % des femmes sont concernées." (Hé, les gars, vous ne vous attendiez pas à ça, hein ?!)

6. Ressentir son premier orgasme après 30 ans, c'est normal !
"Les statistiques montrent que les premiers orgasmes sont surtout vécus après 40 ans !", note Alain Héril. Heureusement, il n'y a pas d'âge pour avoir son premier orgasme et continuer d'en avoir longtemps. La preuve ? "J'ai été stupéfaite d'apprendre récemment qu'une femme âgée de 80 ans avait eu récemment son premier orgasme. Elle s'était libérée de ses inhibitions, du regard de la société, de son éducation", révèle, amusée, Élisa Brune. Yep, nous, on va le tenter avant, quand même !

7. Il existe des positions qui facilitent l'orgasme
Mais ça dépend beaucoup des femmes, de leur conformation, de leur vagin. Certaines positions seront plus ou moins efficaces selon les femmes. "Il y a des positions qui mettent en relief le fond du vagin, d'autres, l'entrée du vagin ou encore le clitoris", souligne Élisa Brune. Il ne faut surtout pas négliger la force de l'excitation ! « Rien ne sert de pratiquer le Kama-sutra pour ressentir plus d'orgasmes, avertit Alain Héril. Parfois, une simple position du missionnaire suffit à provoquer des orgasmes profonds et longs. Les préliminaires sont des sources importantes d'intensité sexuelle."

8. Tout le monde a un point G et peut le trouver
Selon Élisa Brune, c'est plutôt "une zone potentielle de plaisir à explorer et surtout à rendre opérationnelle". C'est un point de sensibilité extrême qui se situe à la moitié de la profondeur du vagin. "Il correspond à une conjonction entre le vagin et le clitoris qui se retrouve au-dessus", décrit-elle. Sa surface diffère selon les femmes. "On peut le sentir avec le doigt au moment de la montée de l'excitation, mais ne pas repérer son point G n'est pas une tare, ni le signe d'une sexualité déficiente, rassure Alain Héril. Si peu de femmes l'ont trouvé, c'est parce que "culturellement", peu d'entre elles explorent leur vagin en raison de leur éducation." En fait, on s'en fout un peu de localiser notre point G !

9. L'orgasme féminin peut être mécanique
"L'orgasme est un réflexe nerveux à la suite d'une stimulation de tissus, qui s'inscrit dans un cadre psychique", définit la journaliste et essayiste Élisa Brune, auteur du Salon des confidences. Le désir des femmes et le corps de l'homme (Éd. Odile Jacob). Il faut se déconnecter, "débrancher son cerveau cognitif et passer à un fonctionnement réflexe des émotions", ajoute-t-elle. Le plaisir est parfois empêché par nos propres barrières mentales, qui viennent souvent de notre éducation. Bonne nouvelle, donc, qui nous fournit de quoi tordre le cou à certains clichés : pas besoin d'être folle amoureuse pour jouir. Même si... "Le plaisir est très lié à l'ambiance de la relation sexuelle et aux émotions qui y sont associées", explique Alain Héril, psychanalyste, sexothérapeute et auteur de Femme épanouie. Mieux dans son désir, mieux dans son plaisir (Éd. Payot). Mais ça, c'est valable pour les femmes et les hommes !

Article Lu 15347 fois

Vendredi 5 Juin 2020




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State