Référence multimedia du sénégal
.
Google

ZOOM SUR... ROUXU JINE ET GOLUMAN NANDITE: Ces coins à éviter à Thiaroye

Article Lu 1828 fois

Tous les markets comportent de fort mauvais coins risqués, fiefs exclusifs des délinquants les plus dangereux du marché. A Thiaroye, il en existe deux, même s'il y a autant de réseaux. II s'agit des secteurs appelés rouxu jiné et rouxu goluman nandité. Ce sont de petites ruelles à l'intérieur du marché où il n'y a que les chefs des réseaux spécialisés soit en vol de télé phones portables, soir de jeans, chaussures, bonbonnes de gaz et acces­soires, bijoux, etc. Chaque réseau a son territoire ou son rouxu bien marqué et ses lois spécifiques que personne n'a le «droit» d'enfreindre .



Rouxu jiné se trouve près de la boulangerie artisanale de Thiaroye plus connue sous le nom de Fourou mbouru Fagadaga. C'est le fief des toxicomanes, Et où le « teguëu wëndeelu» (vol dans le jargon des marketmen) se fait à la perfection. C'est le lieu où les pickpockets à la main experte se donnent rendez-vous. Pour voler, le scénario est simple et c'est Cheikh marketman qui nous l'explique. «Fils look goy bi, cipp ko et après c'est le teguëu wendelu mèneteng ni mess», explique-t-il. En termes moins ésotérique, ils sont parfois deux à trois à préparer le forfait. Le premier dit aux autres : regardez le porte-monnaie (goye) et vérifiez s'il est bien à sa place Après quoi, c'est le vol et la fuite qui s'en suivent.

Quant au Goluman Nandité, il se localise à proximité de la grande mosquée de Thiaroye. Là, c'est le secteur des receleurs professionnels. Selon Sanex, marketman de son état, «ils se croient plus intelligents, mais ce n'est pas le cas ». Car, poursuit-il, «ils se retrouvent toujours au poste avec entre les mains des portables volés et identifiés, mais c'est des c...» C'est aussi dans cette rue des Goluman nandité que l'on a aperçu des yonks (prostituées). Par ailleurs, il n'y a pas que ces deux secteurs, même s'il sont les plus redoutés. Thiaroye-gare, c'est également Rail bi qui couvre tout le long de la gare et Guèw bi où la place publique située à quelque mètres du poste de police.

DAHIRA TOUBA THIAROYE

Ce lieu de reconversion des délinquants du market


Une image peut en cacher une autre. Et derrière ce tableau du market de Thiaroye fait de déperdition sociale se cache un autre ignoré de tous. C'est qu'à Thiaroye-gare, le mouridisme a pignon sur rue. «Mieux vaut tard que jamais», se sont-ils dit. Les market­men ont trouvé un moyen, parallèle­ment à la volonté des agents de la sécurité des chemins de fer, de redon­ner à la gare de Thiaroye une autre image. Celle qui permet aux popula­tions de démythifier cette désormais ex-plaque tournante de la violence. Et, de pouvoir, aller et venir sans crainte de se faire agresser.

«Dahira bi baaxna fi parce que gayi ni ngi tuub bu baax» se réjouit Sidy, marketman, par ailleurs journa­lier dans une société de la place. Crée il y a juste quelques mois, le dahira Touba Thiaroye-gare permet aux marketmen, de l'avis de ce dernier, de se retrouver chaque Vendredi pour faire des récitations de xassaïdes, prendre les cotisations de chaque membre du dahira dont l'adhésion est fixée à 140 F . À en croire notre interlocuteur, le dahira a déjà versé sa caisse à Touba. Une initiative saluée par plus d'un marketman composé en majorité de talibés mourides.

À partir de 16 h, c'est déjà la ruée vers le Guèw bi. 17h, il fait le plein. Certains se tiennent debout petite calebasse à la main et prêts à encais­ser les adiya des talibés. Au morne où les autres entonnent les refrains des écrits de Serigne Touba. Et c’est une autre facette de la gare que l'on découvre. D'ailleurs, Thierno note que «Thiaroye comparé à Colobane dans ce domaine a fait de grands progrès.» À l'image des cérémonies religieuses, Guèw bi voit ses marketmen se transformer en vrais disciples mourides. C'est des fittasu (claquements de doigts) qui fusent de tout bord. Une ambiance qui ne laisse personne indifférent. Au contraire, bon nombre d'entre eux ferment boutiques au profit du dahira. Même s'il reste encore du chemin à parcourir pour retenir l'attention de tout le monde.

Source: Walf Gran Place

Article Lu 1828 fois

Jeudi 19 Juin 2008





1.Posté par barra le 19/06/2008 13:03
les gars ki deteste les mourides pourkoi vous ne dites rien la vous aimer ke tous se ki fait du tor o mourides mais sachez ke vous etes des ignanes rek wayé di na lérr hahahahahahahaha

2.Posté par DEUG DEUG le 19/06/2008 16:47
ces gens ne sont pas méchants ni mauvais mais simplement désoeuvrés. ils ont besoin d'être aidés et suivis.
Pourquoi aussi la police ne contrôle pas ces endroits connus pour assurer la sécurité des citoyens. C'est pourtant l'une des missions régalliennes de l'état;

3.Posté par ADAM le 19/06/2008 17:46
ON S'EN FICHE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State