Référence multimedia du sénégal
.
Google

ZIMBABWE: Mugabe fustige la Grande-Bretagne et l’opposition

Article Lu 1635 fois

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, s’exprimant pour la première fois en public depuis la tenue des élections contestées du mois dernier, a durement fustigé l’ex- puissance coloniale britannique pour « sa tentative » d’imposer un régime néocolonial dans son pays, via l’opposition.



ZIMBABWE: Mugabe fustige la Grande-Bretagne et l’opposition
Dans un long discours prononcé hier, à l’occasion du Uhuru Day, l’anniversaire de l’indépendance du Zimbabwe, le leader vétéran a accusé la Grande-Bretagne, irritée par la confiscation par son gouvernement des fermes blanches pour y installer des paysans noirs, de financer les partis d’opposition au Zimbabwe pour le renverser. M. Mugabe, 84 ans, a promis que « jamais au grand jamais », il ne permettra à ceux qu’il qualifie de partis parrainés par l’étranger, d’accéder au pouvoir dans ce pays d’Afrique australe. M. Mugabe fait face à une opposition et à des accusations internationales croissantes de manipulation de l’élection présidentielle du 29 mars, dont les résultats n’ont pas encore été publiés.

L’opposition se dit vainqueur de l’élection, et affirme que le gouvernement conservait les résultats pour tenter de les truquer en faveur de M. Mugabe.

Toutefois, les responsables des élections expliquent le retard dans l’annonce des résultats du scrutin par la nécessité de recompter et vérifier minutieusement les bulletins de vote suite à des allégations faisant état d’irrégularités.

Dans son discour, M. Mugabe a fait appel à l’histoire, en retraçant les différentes étapes de la lutte contre le régime colonial britannique au Zimbabwe, qui a pris fin en 1980 après la forte guérilla qu’il a menée.

La Grande-Bretagne, qui accuse le gouvernement du Zimbabwe d’atteintes aux droits de l’homme et à la démocratie, dirige les attaques menées par les puissances occidentales contre le régime de M. Mugabe. Dans le courant de cette semaine, Londres, appuyée par les Etats- Unis, a insisté pour que l’impasse électorale au Zimbabwe soit discutée par le Conseil de sécurité des Nations unies. Mais M. Mugabe a affirmé que c’est lui, grâce à une guérilla menée dans les années 1970, et non la Grande-Bretagne, qui avait instauré la démocratie et les droits de l’homme au Zimbabwe, dont Londres se fait l’ardent défenseur maintenant.

« C’est nous et non la Grande-Gretagne, qui avons instauré la démocratie sur la base d’un homme, une voix, et implanté les droits de l’homme dans ce pays »a-t-il martelé. « Il n’y avait pas cette démocratie (avant l’indépendance) dont Londres parle maintenant. Nous l’avons instaurée par les armes », a dit M. Mugabe dans un discours fougueux prononcé au stade Gwanzura à Hararé, la capitale. Il a accusé Londres de financer les partis d’opposition au Zimbabwe pour le renverser, mais a promis que « cela n’arrivera jamais dans ce pays ».

Pour lui, c’est une honte que, compte tenu de la violente lutte contre le régime colonial, certains politiciens sont prêts à se laisser « acheter » et « utiliser » par la Grande-Bretagne qui souhaite annuler les confiscations de fermes. « Les choses ne changeront jamais, jamais, pour qu’ils (les fermiers blancs) rentrent et réclament nos terres. Jamais au grand jamais nous n’annulerons cela », a-t-il dit.

M. Mugabe a rendu hommage aux pays de la région pour le soutien apporté à son gouvernement face aux critiques occidentales, la Grande-Bretagne en tête, en distinguant particulièrement le président sud-africain, Thabo Mbeki.

Le chef de l’Etat sud-africain joue un rôle de médiation entre le gouvernement et l’opposition au Zimbabwe, et cette semaine a fermement résisté aux efforts de la Grande-Bretagne au niveau de l’ONU pour faire figurer Hararé dans l’agenda du Conseil de sécurité. M. Mugabe n’a pas mentionné l’impasse électorale, qui, cette semaine, a poussé l’opposition à appeler à une grève générale à durée indéterminée pour exiger la publication des résultats du scrutin. La tension politique est forte dans le pays suite à la non publication des résultats, alors que l’opposition juge « illégitime » le maintien de M. Mugabe au pouvoir. D’autre part, le gouvernement accuse le principal parti d’opposition de solliciter une intervention militaire occidentale, ce qu’il qualifie de trahison.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1635 fois

Samedi 19 Avril 2008





1.Posté par Beugue Baye Niasse 2puis Nktt le 19/04/2008 19:23
Mugabe vous etes 1 Imbeciles c tout l'afrique ne peut pas compter sur vous pour aller à l'avant

2.Posté par ABDOULAYE NDAO le 20/04/2008 12:31
pauvre con, tu n'as rien compris. c'est toi le vrai imbécile.
car il n'y a pas de pire imbécile que quelqu'un qui croit tout ce qu'on lui raconte.

Mugabe est un héros national, quelqu'un qui à commencé à se battre pour la liberté de son pays depuis 7 ans contre ses oppresseurs blancs à la cons (les britanniques), on ne peut pas l'accuser de na pas aimer son pays ou de le massacrer.

Arrêtons ces accusations fausses, de pire mensonge. Au moins il a osé faire face et affronter les putains de blancs. Vous me faites honte, tous se qui se rangent du coté des britanniques, vous resterez toujours complexé et de vrai abroutis. Osé comme lui pour une fois dans vos vies de merde dire non à ceux qui cherche jour et nuit qu'a vous baiser. Il ne viennent jamais ici sans intérêt, si ils se battent sur une chose c'est parce qu'ils ont vus leur avantages mais pas celle de la populations africaine. Putain réfléchissez un peu A quoi vous serre vos tête. Vous n'avez toujours pas compris que les blancs et autres ne font que nous tromper: l'esclavage, la colonisation, les guerres, les pillages, les conflits armés, les rebelles, les ONG s. vous n'avez pas toujours compris, quelle exemple voulez vous encore. cela ne vous suffit pas. vous avez déjà oublié tous ces massacres. vous avez déjà oublié, hum ou voir même vous avez pardonné. c'est triste frère africain, quand t'est ce que vous allez refuser qu'ils continuent de nous tromper. Mes frères Africains, Mes frères Africains, Mes frères Africains il faut encore réfléchir la dessus. d'abandonné pas maintenant, ils nous reste une petite chance à saisir dans les secondes qui suivent.

Cordialement,

ABDOULAYE NDAO

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State