Référence multimedia du sénégal
.
Google

Youssou Ndour et la publicité sur les migrations clandestines : Une contradiction

Article Lu 1986 fois

L’art, depuis ses origines les plus lointaines, ne devait avoir une finalité autre que lui-même. C’est du moins ce que défendaient les classiques, avec le concept très répandu appelé ’l’art pour l’art’. Mais la postérité, sans être tout à fait contre ce point de vue, soutient que ‘l’art pour le progrès est encore mieux’. Ce dernier point de vue, plutôt progressiste, notre honorable poète chanteur national, Youssou Ndour, semble l’avoir très tôt partagé et appliqué. Car, à l’aune de sa carrière, devenue du reste très brillante, cet éminent chanteur nous a habitués à des chansons au contenu moral on ne peut plus saisissant, avec en arrière plan, une dimension pratique avérée. On citera en exemple les morceaux comme Gorgui néna, Alalu mbolo et Dém.



Youssou Ndour et la publicité sur les migrations clandestines : Une contradiction
Mais si Youssou Ndour ne s’est jamais contredit en revenant sur certaines de ses idées et de ses enseignements à travers ses chansons, là, il vient de le faire avec ce spot publicitaire sur les migrations, contre son fameux morceau, le dernier en exemple, Boul bayékou, morceau qui ouvre son dernier et prestigieux album intitulé Alsaama day. Ce morceau intitulé Boul bayékou, titre qui signifie en wolof, ’ne sois pas nonchalant’ ou ’ne sois pas paresseux’ ou encore, ’ne cède pas face à l’épreuve’, est plein d’enseignements pour les jeunes désespérés, les sans-emplois, les chômeurs désemparés. En ce sens qu’il enseigne l’attitude et l’état d’esprit qu’il faut avoir devant l’adversité pour réussir et échapper par dignité, à la risée de ses ennemis. Et cela, surtout dans le contexte social sénégalais où le malheur des uns fait sournoisement rire les autres qui s’estiment toujours heureux de triompher des épreuves de la vie.

En effet, pour ceux qui n’ont pas encore écouté ce morceau en question, Youssou Ndour y dénonce la nonchalance, la paresse, l’absence de courage et de détermination devant l’épreuve ; à l’inverse, il y exalte la persévérance, la détermination optimiste, la ténacité et la volonté implacable, comme attitudes à adopter devant les difficultés de la vie pour réussir. Ainsi dit-il : ’Bu diafé diafé yégsendo’ comprenez : si les difficultés arrivent en même temps, simultanément, ’bumu takh nga nélaw bay yandoor’, ce n’est pas une raison pour démissionner, croiser les bras et dormir à ronfler, ‘bé khamétoulo lu baakh ak li bonn’, au point que tu n’arrives plus à distinguer le bien du mal, ’nga wara daw bé manato takhaw’, tu dois courir, te battre, au point que t’arrêter même te devient impossible, ‘nga jogg anda ak sa jom bu ken khamul’, te lever avec une volonté, une détermination jusque-là insoupçonnée par personne, ’geumni Yalla buur bi moy ken ki dogal’, et croire, avoir la ferme conviction que, seul Dieu, l’unique a le pouvoir de décider des choses.

Insistant ainsi sur le caractère tenace et implacable dont doit faire preuve la personne pour sortir indemne des obstacles de la vie, notre valeureux poète poursuit en soutenant que cette volonté de réussir, cette détermination devant l’épreuve doit être à l’image de l’ardeur, de la rage implacable d’un lion affamé, elle doit être comme le ciel qu’on ne peut jamais suffisamment couvrir pour l’empêcher d’apparaître, comme la fumée de l’encens dont rien ne peut empêcher la senteur d’être perçue. Une série de métaphores très évocatrices dont l’illustration parfaite est l’immigration clandestine au Sénégal avec ces vagues de jeunes qui, devant le chômage et la cherté croissante de la vie, motivés de plus qu’ils sont à refuser de tomber dans le pessimisme, de céder à l’oisiveté, à la paresse et à la nonchalance, s’engagent avec courage et frénésie dans la mer à l’aide de pirogues en direction de l’Occident, et ce, dans le but exclusif de réussir, et de gagner dignement leur vie.

Après avoir soutenu et défendu une telle philosophie de l’action, un tel volontarisme sans faille, grand-You, par le détour d’une publicité et contre cette belle illustration de sa pensée par l’immigration clandestine sénégalaise, revient pour soutenir le contraire en disant : ’Bouléne diaay sén bakane thi dara’, ‘Ne risquez pas votre vie pour rien’. Nous disons : quelle contradiction !!! Car, si on vous prend aux mots cher You, ces jeunes candidats à l’immigration clandestine, devant les diafé diafé yu yégsendo, nélaw gnu bay yandoor té, diawaléw gnu lou baakh ak lu bonn. Au contraire, dagno diogg ak sen jom bu ken khamoul, di daw bé manatugnu takhaw pour tékki. Ces jeunes n’ont-ils pas compris que ’c’est l’homme qui a peur mais sinon il n’y a rien’ et qu’en définitive, devant les risques, quels qu’ils soient, ’Yalla buur bi moy ken ki doggal’ ? Sans doute oui !

Qu’est-ce qui a donc pris notre éminent chanteur pour revenir soutenir tout le contraire de ce qu’il a enseigné dans ‘Boul bayékou’ avec ce propos publicitaire ’bouléne diaay sén bakane thi dara’ ? C’est parce que, dit-il, c’est vous (les jeunes) l’avenir de l’Afrique, ‘ndakh yénay euleugou Afrique’.

Etre l’avenir de l’Afrique, est-ce une raison pour baisser les bras, céder devant l’épreuve, rester nonchalant, paresseux devant les difficultés pour réussir ? Sans doute non ! Donc, cet argument avancé par l’artiste est très faible pour se justifier devant l’honorable et admirable volonté des jeunes de réussir pour eux et pour leurs parents. Et (de grâce !) qu’on ne vienne surtout pas nous faire entendre des sottises rabâchées comme des chansons sur les risques de mort que comporte ce voyage pour justifier cette publicité de Youssou Ndour. Car quelle est dans ce monde cette entreprise sérieuse, digne de ce nom qui ne comporte pas un pourcentage de risques ? Mieux, comment peut-on ne pas prendre de tels risques devant des horizons aussi sombres et inquiétants pour les jeunes au Sénégal ? D’ailleurs, cette immigration clandestine, parlons-en un peu.

En effet, une immigration est dite clandestine quand elle n’est pas organisée et effectuée selon les réglementations en vigueur. Mais que vaut le mot ’clandestine’ devant les diafé diafé yu yégsendo avec ce régime de l’Alternance ; devant un gouvernement pour lequel l’emploi et l’avenir des jeunes est le cadet de ses soucis ; dans un pays où une coterie d’individus s’empare et s’accapare, sans scrupule, de tous les biens et avantages de l’Etat ; dans un pays où le népotisme, la discrimination politique, le copinage, et le favoritisme, pour ne citer que ceux-là, président aux réussites sociales ?

L’expression : ‘immigration clandestine’ peut-elle encore garder son contenu négatif quand les motifs et les mobiles qui la sous-tendent sont la volonté de réussir dignement, d’assurer son avenir, d’aider ses parents et de les protéger contre l’ignominie sociale ? D’ailleurs, ces parents qui pleurent dans les publicités en question, qui les a affamés au point de voir leur progéniture prendre le large à la recherche de quoi les nourrir ? N’est-ce pas ce régime de l’Alternance qui ignore le monde rural, qui brade les terres, augmente les denrées de première nécessité, et défavorise même les plus méritants d’entre nous dès l’instant qu’ils sont identifiés comme positionnés hors des périmètres du Pds.

Ce qu’il faut plutôt dire pour le cas des jeunes sénégalais, s’agissant bien entendu de l’immigration clandestine, c’est qu’à l’impossible, nul n’est tenu ; et que ce voyage est un voyage d’honneur, de jom, de fiit et de Ngor et, cette clandestinité est dictée par la raison, la dignité et la détermination face à un régime d’infortune et à un gouvernement qui a fini de donner les preuves accablantes de son incompétence tragiquement inqualifiable. Par ailleurs, nous devons à la vérité, reconnaître que les jeunes qui triomphent du périple et des périls qui lui sont inhérents, comptent dans leurs rangs beaucoup d’entre eux qui ont réussi que le nombre de ceux qui ont échoué est considérablement insignifiant. C’est donc cacher volontairement l’aspect positif de ce voyage du salut que de nous montrer uniquement des parents qui pleurent. Une fois de plus, qu’on nous épargne ces images mensongères de parents qui pleurent et qu’on nous montre, à la place, celles majoritaires de parents d’immigrés qui, aujourd’hui, ont le sourire jusqu’aux coins de la mâchoire, parce que bien entretenus à coup d’euros par leurs fils qui ont osé effectuer ce voyage au bout du désespoir.

Il est dit que cette publicité en question est l’initiative de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim). Mais, nous savons aussi que c’est l’une des initiatives du régime de l’Alternance de lutter contre les migrations clandestines. Donc directement ou indirectement, Youssou Ndour, par cette publicité, soutient la politique du régime de l’Alternance de lutter contre l’immigration clandestine. Cette compréhension est d’autant plus répandue qu’on entend souvent vos fan’s vous dire, à chaque passage de la séquence publicitaire en question : ‘Eloigne-toi de la politique du régime de l’Alternance, si tu ne veux pas compromettre ta réputation et ton image’. Et cela à juste raison, car les initiatives du gouvernement de l’Alternance sont des terrains minés, des impopularités, des entreprises iconoclastes, des malheurs pour des personnes de bonne réputation comme vous.

Et ne me demandez surtout pas, vous, Youssou Ndour, de vous en fournir les preuves car vous en avez déjà deux à votre actif ; l’une avec la remise du prix de la paix au chef de l’Etat aux Etats-Unis et, l’autre avec la construction de la corniche ouest :

- Votre participation à la célébration des prétendus honneurs et grandeurs du plus grand jouisseur de l’Alternance par le prétexte fallacieux d’une remise de prix aux Etats-Unis n’avait pas manqué d’entamer votre image pendant un certain temps. Tout aussi, sont à indiquer les éléments suivants :

- La construction de la corniche ouest, une autre initiative du gouvernement de l’Alternance, un projet absurde, non avenu et trop mal réalisé vous a coûté, ou, va vous coûter votre magnifique immeuble qui, certainement, est très symbolique pour vous du point de vue social ;

- Votre querelle avec le fils de notre buur des temps modernes vous a attiré beaucoup de diffamations savamment orchestrées par les autres tenants du régime de l’Alternance, la génération des cons-créés, pour vous jeter le discrédit.

Cela ne vous suffirait pas comme preuve du vent satanique qui accompagne ce gouvernement de l’Alternance pour vous mettre à défendre encore une de leurs initiatives au point de vous contredire ? Le gouvernement de l’Alternance, il faut le savoir, est l’incarnation de l’absurde et de l’illogisme, il faut s’en éloigner. Car, celui qui s’en approche pique le virus de l’incohérence, se confond dans ses idées et ses actions et perd son bon sens.

C’est pourquoi je m’en vais vous dire, vous Youssou Ndour, de quitter cette pub impertinente et insidieuse pour vous, pour votre position jusque-là neutre vis-à-vis de la politique et, de retourner vous accrocher à la vérité de votre chanson si belle : Boule Bayékou et de nous laisser, comme vous le souhaitez d’ailleurs, nous l’approprier : ’Gnu défko mouy sougnou wooy’. Car cette lutte politique contre l’immigration clandestine est la dernière preuve de l’incapacité du régime de l’Alternance à apporter une réponse aux problèmes de l’emploi des jeunes au Sénégal. Et pour cacher sa carence, il n’a trouvé mieux que de transformer ce voyage de fiit, de jom et de Ngor en une catastrophe. La véritable catastrophe, on le sait, c’est l’indifférence royale du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, vis-à-vis des problèmes du bateau Le Joola jusqu’à ce que la mort de plus de deux mille cinq cents personnes en ait été la plus sinistre des conséquences historiquement inoubliables. Quelles mesures ont été prises pour lutter contre cette mal gouvernance, nulle part égalée au monde ? Donc, cher You, sachez désormais où mettre votre image et quelle initiative soutenir si, bien entendu, vous n’êtes pas déjà piqué par ce virus de l’incohérence, de la confusion malheureuse que porte ce régime de l’Alternance ; confusion et malheur qui caractérisent tous ses projets.

CONTRIBUTION

Mbemba Souleymane DIAWARA
Source: Walfadjri

Article Lu 1986 fois

Jeudi 4 Octobre 2007





1.Posté par gh le 04/10/2007 04:26
N'importe quoi. Mais vraiment n'importe quoi. Je me demande comment on peut pperdre son temps a dvper des arguments aussi legers pour un sujet aussi leger. En voici un qui ne sait meme pas pourquoi il est alle a l'ecole.
Triete et desole pour toi

2.Posté par ZAL le 04/10/2007 04:45
AU MOIS YOUSSOU NDOUR A CREER DES EMPLOIS CHEZ LUI AU SENEGAL, TOI DEJA TU ES PAS UN SENEGALAIS D'ORIGINE ET TU OSE DE CRITIQUER NOTRE YOU NATIOINAL , QUI TOUTE SA VIE LUTTE POUR SON PAYS ET TOUTE LAFRIQUE , YOUSSOU POUVAIS BIEN VIVRE A LETRANGER COMME TOUS LES STAR, MAIS IL A PREFERER RESTE AU SENEGAL ET DE CREER DES EMPLOIS TOI TA RIEN ENCORE CREER, JE TE CONSEIL DE RENTRER AU MALI ET DE SAVOURER LA COUPE D'AFRIQUE DE BASKET QUE TES SOEUR MALIENNE ONT REMPORTEES , FELICITATIONS POUR LA VICTOIRE , SOIT TU TRAVAIL AU SENEGAL TRANKIL , SOIT TU RENTRE A BAMAKO ,WASSALAM, BALMA AK

3.Posté par achtar le 04/10/2007 07:04
you dou dara khalliss rec moka taha diok

4.Posté par sokhna le 04/10/2007 09:30
Il défend l'idée selon laquelle il faut se battre trés fort dans la vie mais pas se tuer quand meme, you sait bien ce qu'il dit
Goss ta remarque n'est pas pertinente

5.Posté par sokhna le 04/10/2007 09:32
Cher journaliste ta remarque n'est pas pertinente, you maitrise bien ce qu'il avance, il conseille de beaucoup se battre dans la vie mais pas se tuer quand meme

6.Posté par Karim wade le 04/10/2007 09:58
SOKHNA CET PERSONNE N;EST PAS UN JOURNALISTE, CECI EST 1 SIMPLE CONTRIBUTION D'UNE PERSONNE

7.Posté par pfffffffff le 04/10/2007 10:24
Salam,
un seul commentaire : pffffffffffffffffffffff
chercher á vous battre dans votre pays et n'allez pas prendre des pirogues oú vous risquez de rendre l'ame á75% ... oú est la contradiction? Comment une personne qui réflechi peut nous sortir un raisonnement aussi taré? ame ne chance ba dama wor sakh
pfffffffffff

8.Posté par sokhna le 04/10/2007 10:32
C'est un journaliste pourtant! seulmen ayoul ba paré il veut se montrer intéressant c'est pour cela qu'il apporte ce théoreme de Pithagore ou ce discours de Descartes

9.Posté par wakh deug le 04/10/2007 10:41
trop long
pas envie de lire

10.Posté par nagoumé le 04/10/2007 11:39
Trop long en effet, je ne comprend pas qu'un journaliste puisse faire un sujet sur une chanson pareille, tous le monde à compri le sens de boulbayekou sauf Mr le journaliste domaaaaaaaaageeeeeeeee .

11.Posté par wi le 04/10/2007 11:46
merci ZAL

12.Posté par Mec le 04/10/2007 17:58
Ca c est la preuve de la mediocrite journalistique. cest nul

13.Posté par dabakh le 04/10/2007 17:57
N'importe Quoi!
je me pose la question de savoir dans quel pays sommes-nous. Ou certaines personnes du fait de leurs belles plumes se permettent de raconter leur vie ou juste essayer de nous faire croire au père noêl. Ayant lu cette contribution j'ai comme l'impression que cette personne n'a rien compris. Pour qui connait Youssou Ndour, ce n'est pas un partisan du moindre effort et son dernier tube alsamaday en est une parfaite illustration avec le morceau bul bayeeku. D'accord l'homme ne doit pas rester les bras croisés. Est à dire que l'on doit risquer nos vies en bravant la mer. Si tel est le, je ne sais pas si tu as des enfants, mais laisserais tu ceux prendre la mer à leur risque et péril. Que non! Donc si l'on se fie à ta contribution tu cautionnes l'émigration clandestine. Mon cher, de grâce arrêtez d'enfoncer le clou dans une palie béante que nous avons encore du mal à soigner. Soit tu livres un commentaire allant dans le sens de dissuader ces jeunes qui s'empétrent dans ce bourbier. Si tu ne peux pas le faire, je prie vraiment d'aller voir ailleurs. Dans ma contribution, je n'essaie pas de prêcher pour la paroisse de Youssou Ndour mais sache que cette campagne qu'il mène est noble, il faut le soutenir sinon, je préfère la boucler, faire preuve de bouche cousue.

14.Posté par badou le 04/10/2007 20:06
Sincèrement foutez nous la paix avec Youssou Ndour. Il n'est rien. Il n'est pas un exemple. Comment peut il abandonner sa femme avec qui elle a vécu plus de 20 pour une pétasse du nom de Aïda Champagne .Dou Touss

15.Posté par boy dakar le 04/10/2007 22:59
une question a cette personne qui a rédigé l'article donc tu penses qu une personne qui refuse de céder a la dure épreuve de la vie doit prendre le risque d'affronter la mort en prenant les pirogues pour l'europe .est ce le conseil que tu donnerais a un jeune africain pour qu il s'en sorte c qd meme grav et de surcroit tu ne connais pas le sens de la chanson de youssou ndour ..

16.Posté par soxnajatou@yahoo.fr le 05/10/2007 01:20
à Mbemba Souleymane

Quelle impertinance, quelle lacheté, excusez moi du terme mais j'ai tellement mal en te lisant sur ces pages qui encouragent l'immigration clandestine, qui demandent à nos frères d'aller périr au fond de l'océan, qui leurs demandent de déserter les nos maisons et de ne plus jamais revenir. Meme dans sa publicité, la chanson de Youssou trouve tout son sens car quelque soit les difficultés rencontrés ici on ne doit jamais baisser les bras au point d'aller se suicider car seuls les laches se suicident. C'est pas parce que c'est le régime de l'alternance que toute politique émanant de lui est à écarter, à banir. Ne confond surtout pas etre citoyen conserné ,digne de ce nom et vouloir faire de la politique. Youssou Ndour est tout aussi conserné que vous, que moi, que toute la population sénégalaise au sens large du terme. Avant meme que le gouvernement en décide, ce sont nous autres sénégalais qui devaient etre au devant de la scène et faire reculer les candidats en leurs disant que nous voulons d'eux vivantsà la maison et en bonne santé pour faire face à l'avenir, et non dans des pirogues de voyage sans retour. Souleymane, ne soyons pas aigris, médisant au point de nous mettre dans la tete que tout ce qui vient de l'autre est mauvais, quelque soit les manquements du régime de Me Wade, accompagnons cette campagne de lutte et faisons en notre. Certes l'Etat doit redoubler d'efforts en matière de politique d'emplois pour les jeunes, et sur tous les plans d'ailleurs mais sachons que cette campagne de pub est un cri de détresse de l'Etat, de Youssou de toi, de moi, de toute la population dans son entièreté qui demandent aux jeunes d'etre forts, d'user de toute leur dignité, d'affonter la situation ou encore d'émigrer par voie légale au lieu d'aller se ridiculiser devant l'hexagone qui ne vale pas mieux que nous et qui inévitablement les mettrons dans les touts premiers vols pour les refouler( avec le consentement de l'Etat bien sur une dérive étatique). Tu nous relate les dux milles cinq cents morts du diola que l'histoire n'a jamais connu mais sachons sans qu'on nous le disent que les pirogues pirogues de fortunes ont chaviré avec beaucoup plus que ce qu'a pu emporter le Joola. Jules, arrache ce combat des mains de Youssou et fais en tiens, sois conserné au meme titre que lui, à moins qu'il soit plus humain que toi, plus patriotique, plus sénégalais. Lis moi avec l'esprit et pas avec le coeur, pour une fois oublie ta haine et ton mépris envers le pouvoir d'en place et tu sauras que ceci est ton propre combat, un combat pour l'honneur de la race noire humiliée à chaque fois devant le monde entier à travers les chaines de télévisions qui montrent comment les notres sont capturés dans ces bateaux une fois sur les iles canaris, sont repechés des eaux, sont évacués d'urgences pour des soins médicaux et ensuite refoulés dans les minutes qui suivent. Grand lis moi attentivement et je suis sure que tu me comprendras et aidera Youssou Ndour dans cette cause noble.

17.Posté par dabakh le 05/10/2007 16:54
Pas de digression mon cher Badou. Moi personnellement, je n'ai que foutre de Youssou ndour OK. Sache que son divorce n'est pas l'objet de notre discussion. Et puis ne me dis pas que toues les personnes qui ont divercé avec leurs femmes sont des lâches ou des traitres, que non. Car tu ne maitrises pas y compris moi les raison de ce divorce donc il faut s'abstenir de s'immiscer dans des sujets qui ne nous regardentabsolument pas.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State