Référence multimedia du sénégal
.
Google

YOUSSOU NDOUR A BERCY : ''Thione Seck est venu pleurer dans ma loge''

Article Lu 15169 fois

Pour Youssou Ndour, s’il y a quelque chose à retenir de Bercy 2008, c’est la participation de Thione Seck. Le lead vocal du Raam Daan a foulé pour la première fois la scène de Bercy. Et Youssou Ndour a confié en conférence de presse, que Thione Seck a versé des larmes quand il l’a rejoint dans sa loge, après sa prestation. Il dit aussi avoir des projets avec le chanteur du Raam Daam qui est un musicien que le monde doit encore découvrir. Le patron du Super Etoile est revenu sur d’autres questions. Voici en résumé ses propos lors de sa conférence de presse tenue, hier, après beaucoup d’hésitations de son staff.



YOUSSOU NDOUR A BERCY : ''Thione Seck est venu pleurer dans ma loge''
Wal Fadjri : Quelles sont vos premières impressions sur le ‘Grand bal’ de Bercy de samedi ? Youssou Ndour : D’abord, en me réveillant ce matin, j’ai appris de mauvaises nouvelles venant de Dakar. Nous venons de perdre le doyen Makhourédia Guèye qui est un père pour moi. Il fréquentait mon père, donc c’est quelqu’un auquel je suis très proche. J’ai également appris le décès d’Abdou Latif Guèye qui est un homme politique. Et au-delà même de la politique, c’était quelqu’un de très engagé dans le domaine de l’humanitaire. Je prie pour que Dieu les accueille dans son paradis. Ce sont de mauvaises nouvelles, mais c’est la vie.

Wal Fadjri : Quels étaient vos rapports avec ces deux personnalités ?

Youssou Ndour : Makhourédia Guèye, c’était un père pour moi. Je l’invitais très souvent discuter à la maison, prendre du thé et rigoler. Pour moi c’était une référence, et il le restera. C’était aussi l’ami de mon père. Pour Abdou Latif Guèye, on a toujours gardé de bons rapports. Quand il a eu des problèmes de santé, je suis allé le voir à l’hôpital. On avait discuté de tout, de mon engagement. Il m’avait encouragé. La dernière fois qu’on s’est vu, nous nous étions tous les deux engagés pour la défense des enfants, sur la pédophilie notamment. D’ailleurs, Adama Sow (animateur de Télescopie à la Rts, Ndlr) était l’initiateur du projet dans ce sens. Je me rappelle que quand je le quittais, je lui disais : ‘Monsieur le Député, il faut vraiment que cette loi passe’. Deux mois après, Adama Sow m’appelle pour me dire que la loi était passée. Je me suis dit : voilà pourquoi on a besoin de ces gens-là à l’assemblée, parce que ce sont des personnalités qui ont de l’influence, qui peuvent faire bouger les choses par des raccourcis.

‘C’est le début d’une grande collaboration (avec Thione Seck) parce que j’ai toujours des idées par rapport à lui, à sa production et sa carrière internationale (…) Ce chanteur mérite que le monde le découvre’.

Wal Fadjri : Pour revenir à l’évènement de samedi, s’il y a une chose à retenir de Bercy 2008, ce serait quoi ?

Youssou Ndour : Je crois sincèrement que la chose à retenir, c’est la participation de Thione Seck, mon grand frère. Depuis quinze ans pratiquement, les gens ont toujours pensé qu’il y avait de graves problèmes entre nous. C’est vrai que, nous aussi, nous avons laissé faire. Récemment, nous avons eu, par la grâce de Dieu, à parler. Et nous avons réalisé qu’il n’y avait pas de problèmes. Thione est venu à Bercy avec une intention de se donner à fond. J’étais très ému quand, après avoir terminé sa prestation, il est venu pleurer dans ma loge, pratiquement. Donc, s’il y a une chose à retenir, c’est la participation de Thione Seck. Je tiens à le féliciter, à le remercier et à l’encourager. Je pense que c’est le début d’une grande collaboration parce que j’ai toujours des idées par rapport à lui, à sa production et sa carrière internationale. Je crois qu’on va essayer de commencer à réfléchir bientôt. Ce chanteur mérite que le monde le découvre. Nous avons quelques possibilités de mieux le présenter au monde. Je veux aussi remercier Mady Dramé qui est mon manager. C’est l’homme de Bercy. Si je le remercie particulièrement, c’est parce qu’il a eu un accident il y a un an et demi. Il est resté alité pendant 8 mois à l’hôpital. Il a commencé à travailler à l’hôpital pour ce Bercy. Il a vraiment assuré et je lui souhaite une bonne santé. Je remercie également tous les musiciens du Super Etoile qui se sont donnés, mes amis artistes français qui sont venus me soutenir, mes amis sponsors. Je tiens aussi à remercier ma famille qui a tout arrêté pour l’organisation de ce Bercy, la presse, mes équipes techniques. Les gens ont l’habitude de voir Youssou Ndour. Mais derrière lui, c’est tout un système, toute une machine. Si cette machine marche, c’est parce que tout le monde s’y est mis. (…).

Wal Fadjri : On savait que Thione et vous étiez déjà réconciliés. Votre duo à Bercy était-il une façon de démontrer la véracité de cette réconciliation ?

Youssou Ndour : Vous savez, le public a besoin de ça. Il n’habite pas avec nous. Que les gens entendent simplement que Youssou et Thione se sont rencontrés et réconciliés, ne suffit pas. Ils voulaient voir. Et hier (samedi, Ndlr), ils nous ont vus ensemble. C’est émouvant et cette image est forte. Et au-delà même de nous, cela veut dire que les gens peuvent se retrouver autour de l’essentiel. Nous ne sommes pas des ennemis, nous ne sommes pas des équipes de football qui doivent gagner. Je le dis depuis 20 ans que la musique n’est pas le sport. C’est vrai que c’est très proche. Mais un match Ja - Diaraf, c’est parfois même de l’animosité sportive. Mais la musique, non. Je veux dire qu’il n’y a aucune personne dans le monde qui peut empêcher le succès de l’autre. Ce n’est pas possible. C’est pourquoi, à chaque fois que quelqu’un me dit, ‘je suis ton fan, je n’écoute que ta musique’, je lui rétorque que ce n’est pas bien. Il faut écouter tout. Ce n’est pas vrai en plus. Une personne ne peut pas écouter un seul chanteur. Parce qu’on peut entendre un autre chanteur à la radio, en passant quelque part.

Wal Fadjri : Des milliers de personnes n’ont pu assister à votre concert. Peut-on s’attendre à ce que l’année prochaine, il se déroule dans un cadre plus important, notamment le Stade de France ?

Youssou Ndour : DJ Boubs a parlé de ça hier (samedi, Ndlr). Il a essayé de faire monter la pression. Il a même dit que ce sera pour l’année prochaine, mais je l’ai rectifié en parlant de la prochaine fois. Car on ne sait pas encore si le ‘Grand bal’ aura lieu l’année prochaine. On n’en a pas encore discuté. Il est vrai que le ‘Grand bal’ est arrivé à maturité. D’ailleurs je voulais faire une déclaration : cet évènement doit maintenant profiter à toute l’Afrique. Au-delà des quatre heures de concert, on a créé l’évènement à Paris et en Europe. Ça intéresse maintenant les médias français. Avant, c’était que pour les Africains et les Sénégalais. Toute la journée (ce dimanche), j’ai refusé des interviews parce que, traditionnellement, on le fait avec les Sénégalais. (…). Il faut qu’on arrive à en faire une tribune, une vitrine de l’Afrique. Parce que je suis ambitieux, je vois grand, je crois que cet évènement peut être un évènement pour l’Afrique.

‘Au-delà des quatre heures de concert, on a créé l’évènement à Paris et en Europe. Ça intéresse maintenant les médias français. Avant, c’était que pour les Africains et les Sénégalais’.

Wal Fadjri : Lors du dernier Bercy en 2005, vous aviez dit la même chose. Qu’est-ce qui empêche donc que ce grand bal devienne une affaire africaine, voire internationale ?

Youssou Ndour : Il faudra, à un moment donné, que les autorités s’y mettent. Cette année, avec le parrainage du maire de Dakar, le ministère du Tourisme était vraiment présent. La présidence de la République s’est aussi intéressée à ce que nous faisons. Elle nous a beaucoup encouragé. Je crois qu’à mon retour à Dakar, j’essayerai d’en parler avec le président Wade pour voir comment je peux mettre cette manifestation à la disposition du ministère de la Culture et aider des artistes à y participer.

Wal Fadjri : Vous disiez tantôt que vous êtes ambitieux. Cette ambition peut-elle s’étendre au champ politique ?

Youssou Ndour : Non ! Parce que je fais des choses beaucoup plus intéressantes que la politique. J’ai toujours dit que je n’avais pas d’ambition politique. Pourquoi fait-on de la politique ? C’est pour travailler. Et moi, le travail, j’en ai. Il faut être compétent pour pouvoir aider son peuple. Moi, je ne suis pas aussi compétent. Si je suis président de la République ou Premier ministre du Sénégal, les gens mangeront des pierres. Je suis incapable. Mais je reste passionné par la musique et je suis aussi libre de dire ce que je pense. J’ai une neutralité politique légendaire. Ce n’est pas maintenant que je vais changer. Je suis bien là où je suis. Je suis plus utile là où je suis, que de chercher à avoir un poste exécutif. Sincèrement, je n’en ai pas besoin. N’insistons pas, parce que ce n’est pas possible.

Wal Fadjri : Vous ne vous intéressez pas à la politique, mais vous êtes engagé dans le domaine de l’humanitaire. Vous avez initié le projet Birima. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Youssou Ndour : Le concept Birima, c’est d’abord rendre hommage à Birima, avec toute l’histoire du Cayor. Ce concept vise à lutter contre la pauvreté, à créer des micro-crédits sans demander des garanties. Je compte mettre en avant la dignité. Parce qu’on a oublié le sens de la dignité, on est tombé dans la roue d’une économie où on n’est pas maître. La deuxième chose, c’est qu’il faut qu’on arrête de tendre la main. Même le griot qui chante vos louanges, il ne quémande pas. Ce que vous lui donnez, vous le rétribuez. Il fait son travail. Pendant que vous étiez à l’école, lui, il apprenait l’histoire. Quand il décline l’histoire devant les gens, ils ont des frissons et ils sortent de l’argent pour lui donner.. Ce n’est pas de la mendicité. C’est du Rokki mi rokka. Il faut que les gens arrêtent de tendre la main. Ce qui va les rendre plus dignes. Quand il y a des élections, ils ne vont pas dépendre d’un sac de riz ou de l’argent qu’on leur donne. Avec Birima, nous sommes envahis de partout dans le monde pour être financés. Je dis que les Etats africains se sont endettés, mais moi, j’encourage à ce que les populations s’endettent. Je suis sûr que cela va nous aider à sortir de notre pauvreté. Il y a beaucoup d’argent en Afrique et dans le monde. Pourquoi ne le prennent-ils pas ? Je ne sais pas pourquoi on n’aide pas les plus démunis à trouver du travail. Nous allons mettre la pression sur les décideurs pour qu’ils mettent les moyens en Afrique. Ce projet de micro-crédit ne concerne pas seulement Birima. Je veux qu’on verse beaucoup de milliards de dollars en Afrique, mais pas pour les banques standard.

Wal Fadjri : Et le fonds de roulement ?

Youssou Ndour : Ce n’est pas important. Nous avons mis 200 millions pour commencer. Mais ce n’est pas cela qui est l’important. Ce qui importe le plus, c’est plutôt de lancer ce projet. Aujourd’hui, nous avons des Sénégalais, des Africains qui viennent ouvrir un compte. C’est 15 000 francs pour ouvrir un compte dans Birima. Mais des Sénégalais sont venus avec des millions pour ouvrir un compte. C’est incroyable ! J’ai été halluciné quand j’ai vu cela. Je me suis dit qu’on a touché à quelque chose. (…).

Propos rassemblés par Moustapha BARRY (Correspondant permanent à Paris)

Source: Walfadjri

Article Lu 15169 fois

Lundi 7 Avril 2008





1.Posté par niit le 07/04/2008 15:44
bravo mon frere pour tes actions.

2.Posté par malakowax le 07/04/2008 16:00
T UN MIROIR LES AFRICAINS DOIVENT SE MIRER A TON IMAGE

3.Posté par FAN'S N°1 le 07/04/2008 16:59
j'avais les larmes aux yeux en lisant cet interview, je suis trés contente pour votre réconciliation avec thione, je suis fiére de vous Youssou,vous représentez dignement l'Afrique.Vous êtes ma référence.

4.Posté par ryanna le 07/04/2008 17:31
Merci You, on a besoin de gens comme vous, qui ont de l'argent et qui aident les démunis. Je vous souhaite un grand succès sur tous les plans. Mais j'aimerai bien qu'on me renseigne sur Birima : adresse, téléphone, etc. Merci beaucoup et que Dieu aide tout le monde. Amine

5.Posté par dams le 07/04/2008 18:16
ok je demande comment peut on ouvrir un compte dans birima si on vis l´exterieur du senegal .si k´elkun en sait kelke chose k´il m´en informe svp

6.Posté par laye le 07/04/2008 18:48
grand que le bon dieu te benise

7.Posté par laye le 07/04/2008 19:19
a LAYE

http://www.birima.org/

8.Posté par adja le 07/04/2008 19:38
fu may djeley djeukeur gu melni youssou

9.Posté par maty le 07/04/2008 19:46
j'ai surtout aimé les propos de youssou ndour sur la france 3! hey waay, si nos dirigeants Africains tenaient ce discours aux occidentaux, ce serait la fin des calvaires chez les africains! les occidentaux nous respecteraient plus.
merci grand, yaw mom kham nga sa place, kham sa gueud, kham sa wareef ba nopi diko def!

10.Posté par modou modou le 07/04/2008 19:59
adja kaye ma takla ma geuneu thioffer you

11.Posté par gase le 07/04/2008 20:50
je pense qu'il n'y a jamais eu de conflit entre vous.

12.Posté par ndeye le 07/04/2008 21:05
YA GNAKE KIGNANE SA KHOL RAFETTENA YALLA NA LA YALLA DOLI SOUTOURA SA YAYE ROKAYE LA MOME MO LIGUEYE LEP UNE TRES LONGUE VIE A ELLE

13.Posté par Mbagnick le 07/04/2008 22:16
Le MONSTRE du mbalax...


14.Posté par rapatiann le 07/04/2008 22:37
wa youssou amo morommmmmmmmmmmmm waaayyyyyyyyy koula bagne yallagua dééééééééééééé tasss gua bercyyyyyyyyyy année prochaine fékhéll rékk mou ammmmmmmmm guirrr yallaaaaaaaaa rékkkkkkkk je stressé mé avec bercy dama guena amm diommm sénégalé yi diapoooo andd foo rééééééééééé merciiiiiiiiiiiiiiiii wayy ndour

15.Posté par Mbagnick le 07/04/2008 23:41
J'ai eu le privilège d'entrer dans la loge de You après le concert. J'ai rampé comme une merde devant lui. Je lui ai dit combien il est doué, le roi du mbalax. Je me contorsionnais sur le sol aux pieds de sa majesté, le suppliant de me dire ce qu'il attendait de moi. Et il m'a fait l'honneur de me répondre :
"Lèches moi les bourses. Après 2 heures de spectacle, je te dis pas comment elles sont vinaigrées."


16.Posté par anita le 08/04/2008 00:06
ah oui,you tothie na bercy.Inchallah yalla na am année prochaine car vous pouvez pas savoir ce ke ça fé de voir tte une communauté ds la joie,bonheur,convivialité...............you yalla nga goud fane
nioune nga france li rék laniou ame ,mo niouye fatali lou niou bayi ganaw
j'en ai meme les larmes aux yeux si je repense à ce grand bal ké bercy
diaramaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

17.Posté par diawfara le 08/04/2008 01:55
ca a été de grands moments de musique ce Bercy 2008 ; c'etait fou comme concert, on s'est bien eclaté avec you a part quelques couacs avant le démarrage ;
Merci you

18.Posté par boulfale le 08/04/2008 02:04
you tu es un exemple pour tout senegalais mais dit a ton pere de faire comme toi,il n'a pas besoin ce pauvre de karim wade pour salir son nom ,il faut pas qu/il se mele de ces gens parceque politique c'est sale.

19.Posté par SO le 08/04/2008 10:34
ay way mala beugueu.lawla thiat.thia caw thia canam

20.Posté par eva le 08/04/2008 15:04
fellicitation à notre cher you national vraiment tu es le meilleurs ci kaw si kanam rek mahcala

21.Posté par sylla le 08/04/2008 20:28
slt mr you merci pour les dèclartions suis pleurai quen jai èoute parcque ille noufaux des responcenbl qui fait fass avec les oxident on peux plus viver ce gue nons per et grant per son subis mentena ca doi termines yu toute la joness d,Afrique et darier toi onnes tous pres pour payes le plus cair pour le cencment dAfrigue yu suis en italy des mon retour je veux te rancontres mrci



22.Posté par mancini le 10/01/2009 00:03
sit bone ané mé j voudré félicité youssou d tou s qil fé pr l sénégal é sa jeunesse é qil é vrémen ambitieu jencourage la persone. é q j voudré qon renseigne sur birima adresse é téléphone é merci .

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State