Référence multimedia du sénégal
.
Google

YEKINI- BALLA BEYE: Un combat plus «mystique» que physique

Article Lu 11037 fois

Des chocs mémorables, il y en a déjà eu dans l’arène. Il y en aura encore. Mais, la date du 10 juin 2007 pourrait rester à jamais graver dans la mémoire collective de tous les amateurs et férus de lutte. Yakhya Diop "Yekini" l'Intouchable avec à son actif quatorze ( 14) combats pour autant de victoires (donc le Roi de l'Arène) affronte Balla Bèye II le téméraire dont la carrière pourrait être résumée à cet après-midi du 16 avril 2006 quant au stade Maniang Soumaré de Thiès, il terrassait Bombardier le B52 de Mbour qui le surplombait. Suffisant donc, pour que le choc qui les oppose ce dimanche à Demba Diop soit un événement majeur dans la vie de " ce sport" bien de chez nous.



YEKINI- BALLA BEYE: Un combat plus «mystique» que physique
Objectif de Baboye : « Mettre fin à une invincibilité de 10 ans »

Les amateurs de lutte prompts à débattre, à commenter, et à discuter à mort, ont de quoi saliver. La confrontation entre Yekini et Balla Bèye II leur donne toute la latitude de s'y prêter; en amont comme en aval. Cette affiche a de quoi être particulière en ce sens qu'elle a coïncidé avec le plus gros cachet jamais payé par un promoteur de lutte. Depuis 1973 quand Dakar organisait son premier combat de lutte. En effet, pour faire courber les deux "combattants" Luc Nicolai a osé franchir le rubicond des 100 millions de Fcfa. Pour cette affiche dont le coup global est estimé à plus de 250 millions de Fcfa, le promoteur de Mbour a reversé les deux cents (200) aux deux lutteurs. Pour le Roi de l'arène Yakhya Diop Yekini c'est 125 millions de Fcfa contre 75 pour le patron de l'écurie " Hal Pulareen".
Des chiffres qui ont fini de s'inscrire dans le livre des records. En tout cas pour cette saison qui se poursuit encore, il est presque certain qu'aucun combat ne pourra égaler en cachet celui de ce 10 juin. Bombardier contre Gris Bordeaux du 22 juillet avait été annoncé comme dominateur, en ce sens, mais il n'en sera rien. Les deux lutteurs de Fass et de Mbour ne percevront à eux deux que la somme payée dans ce combat au seul Yékini. Soit 125 millions de Fcfa. Mais au-delà de ce gros cachet, c'est le danger qu'il y a dans ce combat qui est à noter. Ce combat ne sera pas simple. Entre Yekini et Baboye il y aura explication. On en doute point dans l'arène. Pourtant rien ne prédisposait à une situation pareille. Il était même inconcevable que l'on puisse spéculer par rapport à ce combat tant les deux styles s'opposent. Yekini avec un style simple fait alliant lutte traditionnelle et frappe pure impose sa loi à l'arène. Tour à tour il battra tous les ténors (de Tyson à Khadim Ndiaye, Bombardier, en passant par Balla Bèye lui -même). Invincible, il l'est aujourd’hui, dix (10) ans àprès ses premiers pas dans l'arène. Ce qui sera un ascendant psychologique certain pour l'enfant de Bassoul au moment de descendre dans le stade Demba Diop, transformé en arène, ce dimanche.

Unanimité des spécialistes :" Le combat sera plus mystique que physique"

S'il y a un côté qui aura tout son pesant dans ce combat, ce sera bien la mystique. Si de part et d'autre les deux lutteurs ont de tout le temps,( tout le long de leur longue carrière) prouvé qu'ils sont adeptes de lutte pure sur tous ses aspects, il reste clair aussi qu'ils font partie des lutteurs qui mystiquement sont bien assis. Pour Yekini, ils sont aujourd'hui nombreux (les amateurs et autres férus) qui pensent que sa longue invincibilité est la résultante d'une force mystique sans pareille. Dans ses combats, Yakhya Diop l'enfant de Joal ne failli jamais. Au plus grave de la situation comme ce fut le cas face à Tapha Guèye la saison dernière, Yekini maîtrise son sujet. Sans jamais vouloir verser dans les commentaires liés à cet aspect, le Roi de l'arène a quand même de tout le temps "confirmé" que sa préparation était minutieuse et qu'il ne badinait sur aucun détail. Son combat face à Tapha Guèye suffit à lui seul pour donner un aperçu de la force mystique qui "protège" le patron de Ndakarou.
Lors de ce combat, Fass n'avait rien laissé au hasard, si l'on en croit Yekini lui-même. Mais que lui aussi avait réussi à "contourner" tous les pièges. Presque tout le monde s'y était mis pour l'abattre. Mais sans jamais réussir. Autant donc accepter que Yekini sera encore bien présent à ce niveau. Mais cette fois-ci, il sera bien concurrencé. Autant dire que son adversaire qu'il domine aussi bien sur le plan physique que sur le plan des performances misera à plus de 70 % sur la mystique. À ce niveau, les amateurs et spécialistes interpellés sont formels " le côté mystique fera la part des choses dans ce combat". En fait, pour avoir vu Baboye terrasser Bombardier le 16 avril 2006, ils sont tous unanimes à l'idée que le nouveau patron de l'écurie Hal Pulareen bénéficie d'un appui certain de ses "parents" qui trouvent en lui un porte-étendard de premier choix dans l'arène. D'autres sources moins concordantes font toujours état du fait que si " Balla Bèye II, a osé défier Yekini l'intouchable, c'est parce qu'il a reçu l'assurance de ses mêmes marabouts qui, face à Bombardier lui avaient des semaines auparavant, montré sa victoire".
Et dans une arène où tout est sujet à débats, il se susurre aussi de plus en plus que " l'un des meilleurs marabouts de Yekini qui se serait fâché avec ce dernier aurait poussé Baboye à défier et à battre le fils de Joal". Qu'en est-il réellement ? En tout cas, les deux écuries en plein dans la "guerre de neutralisation" ont refusé de verser dans ce domaine. Le manager de Baboye, le vieux Ibrahima Dièye avec qui l’on a l'habitude de discuter de tout et de rien que nous avons interpellé ce mercredi après-midi était on ne peut plus clair "En ce moment je dois me concentrer sur certaines choses trop importantes" Lesquelles ? Ont-elles un rapport avec la mystique ? "Oui, mais je ne peux me permettre de parler longtemps au téléphone, excuse-moi et comprends- moi". Même son de cloche chez Yekini où son trop taquin manager Mbaye Diagne était presque inaudible au bout du fil. Lui aussi nous fera difficilement savoir qu'il était pris certainement hors de Dakar, donc raison pour laquelle il ne peut vraiment pas nous parler. D'où la confirmation que la guerre mystique fait déjà rage en attendant le face à face du dimanche.

Certains techniciens prédisent un combat rapide, Boy Bambara parle d'un long temps d'observation

Dans une confrontation du genre, la tactique demeure aussi un des points essentiels . Et à ce niveau, les positions divergent (naturellement). Mais il reste que les recoupements permettent de voir que la plupart des techniciens interpellés émettent l'idée d'un combat rapproché et rapide. Loin de ces " combines beurés" ou parodies de combats auxquelles les amateurs font souvent face entre deux ténors attendus.
le groupe de ceux qui pensent que ce combat sera " rapide et vite joué", Ahmeth Ndiaye Metzo promoteur de lutte et adepte de greco-romaine est formel. Selon lui " cela se jouera en quelques secondes voire en moins de cinq minutes car les deux lutteurs n'ont pas l'habitude de reculer et à chaque fois ils ont prouvé et démontré qu'à leur niveau, on ne connaît pas la reculade. Et dans ce combat, ils feront encore pareil. Ils vont s'attaquer d'entrée et il est clair que le premier qui commettra l'erreur perdra". Un avis partagé par cet autre technicien qui sous le sceau de l'anonymat (parce que lié avec les deux écuries) pense que " Yekini comme Baboye éviteront tous les deux de verser dans la longue observation. Même si cela ne veut pas aussi dire que chacun de son côté commettra l'erreur de jouer au premier accrochage".
Pourtant loin de ses avis convergents, Boy Bambara, l'ancienne gloire des années 70-80 voit un combat très serré avec, même si possible un temps d'observation aussi long qu'imprévu. Et le vieux lutteur de s'expliquer. " Yekini depuis qu'il est apparu dans l'arène, il y a plus de dix ans est ce lutteur qui n'a jamais varié dans sa stratégie à y voir de près. Il ne se précipite pas, il observe bien son adversaire, le fixe pour mieux le percer. Et Dieu sait qu'il y est parvenu maintes fois face à des adversaires aussi robustes et coriaces que Baboye. En plus, c'est un lutteur rompu à la tâche qui ne se soucie guère de la taille et du niveau de l'adversaire. Que ce soit Gaindé, Yaoul Dial, Bombardier ou Tyson, il montre son sens inné du professionnalisme". Aussi pour Boy Bambara qui en son temps fut un technicien doublé d'un puncheur hors-pair " Yekini est un lutteur surdoué. Il ne sait faire que cela". Maintenant à l'en croire " les chances de Baboye ne sont pas nulles pour autant. Mais il lui faudra plus que la fougue et la témérité dont il a toujours fait montre depuis des années dans l'arène et face à tous ses adversaires".

Des enjeux de taille

En plus d’être le combat qui a perçu les plus gros cachets jamais payés dans l’arène, ce Yekini- Balla Bèye II cache en lui-même des enjeux de taille. On le sait depuis longtemps, chaque affiche entre deux gros morceaux est comme une sorte de porte entrouverte où pourrait se faufiler dans l’avenir d’autres « prétendants qui montent ». Ce combat de dimanche ne fera pas exception. Ils sont nombreux les ténors ou « apprentis ténors » à espérer une revanche ou un probable corps à corps avec l’un des deux mastodontes du jour. Et même si Yekini a fini de faire le vide autour des ténors (sauf Tapha Guèye) il reste qu’une défaite face à Baboye aurait pour conséquences de remettre en question cette performance-record doublée d’une invincibilité sans faille. Ce qui va pousser donc tous ceux qu’il a battus à lui réclamer une probable revanche.
Normal du reste. En outre, pour Balla Bèye II une victoire sonnerait comme une confirmation réelle d’un ni ténor, ni espoir. Mais aura le don d’avoir battu celui qui a battu tout le monde. Maintenant s’il advenait que Baboye perde ce combat, sa confrontation avec des jeunes loups dont Gris Bordeaux ou Thiek serait incontournable. Ces derniers étant obligés de passer le test’ Baboye » avec succès, pour un jour prétendre à une après-midi face à Yekini. Si ce dernier n’arrête pas à l’issue de ce combat. D’où les enjeux de ce combat indécis sur toute la ligne.

Source: Le Matin

Article Lu 11037 fois

Vendredi 8 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State