Référence multimedia du sénégal
.
Google

Wagane DIOUF (Président de l'Asc les Jaraaf de Dakar) : ‘Je vais faire du Jaraaf l'un des plus grands clubs du continent africain’

Article Lu 11444 fois

Réélu dimanche dernier à l'issue de l'assemblée générale ordinaire, pour un mandat de trois ans, à la tête de l'Asc les Jaraaf de Dakar, Wagane Diouf affiche ses ambitions. En tête de ces ambitions, l’Afrique. Le patron du club mythique de la Médina au parloir : ‘Au cours de ce mandat qui m'a été confié par la famille du Jaraaf, je veux ramener une coupe d'Afrique des clubs à Dakar.’ Dans l’entretien qu'il nous a accordé, Wagane Diouf qui soutient ne donner aucun crédit à la démarche des dissidents (Atoumane Diaw, Mbaye Thiam, Dr Badara Diouf...) qui ont mis sur pied un comité ad-hoc devant à présent gérer les affaires courantes du club, entend continuer le travail déjà entamé en vue de réussir sa mission qui consiste à faire du Jaraaf un club professionnel à même de jouer les premiers rôles sur le continent africain. Entretien...



Wagane DIOUF (Président de l'Asc les Jaraaf de Dakar) : ‘Je vais faire du Jaraaf l'un des plus grands clubs du continent africain’
Wal Fadjri : Vous venez d'être réélu à la tête du Jaraaf de Dakar pour un mandat de trois ans. Comment avez-vous vécu cette réélection ?
Wagane Diouf : Avec des sentiments de fierté et de reconnaissance. Je suis très fier du formidable travail réussi par l'équipe dirigeante et l'ensemble des membres du Jaraaf qui m'ont toujours accompagné et assisté dans l’accomplissement de ma mission qui n'a pas du tout été facile. Pendant les trois ans qu'a duré mon mandat, nous avons réussi à produire des résultats jamais égalés dans l'existence du club. Alors, c'est un sentiment de fierté qui m'anime avec cette nouvelle consécration à la tête du club dont je suis un membre fondateur. En me réélisant à la tête du Jaraaf, les sages, les dirigeants, les encadreurs, les acteurs, les supporters et autres sympathisants du club qui ont composé cette illustre assemblée, ont exprimé leur volonté de continuer le travail bien entamé. Et je compte réussir ce pari avec les travaux pour la réalisation d’infrastructures immobilières qui vont démarrer dès le mois d'octobre prochain. Parce que la réalisation de ces infrastructures qui vont apporter des milliards au club qui passera ainsi, très prochainement, à un statut professionnel, reste l'une de mes grandes ambitions. Et je compte la réaliser au cours de ce mandat de trois ans qui m'a été confié.

Wal Fadjri : Mais vous avez été réélu dans un climat de tension marqué par une certaine dissidence au sein de l'instance dirigeante du club divisée en deux entités. Cela ne ternit-il pas un peu cette réélection ?

Wagane Diouf : L'instance dirigeante du Jaraaf n'est pas divisée en deux entités. Une seule instance est légitimement reconnue par les textes statutaires du club depuis le changement des textes en 1994. Et c'est en fonction de ces règlements que nous continuons à évoluer. Ce groupe insignifiant dont vous faites allusion, ne peut inquiéter notre quiétude. La preuve, hormis ces dissidents qui ne font même pas le quart d'une assemblée générale ordinaire, tous les ‘fils’ du Jaraaf se sont retrouvés à keur Jaraaf pour partager leur joie de vivre ensemble. Par conséquent, je n'ai nullement été réélu dans un quelconque climat de tension. Vous avez assisté à cette assemblée générale ordinaire qui a réuni plus de six cents personnes de la grande famille du Jaraaf qui m'a encore renouvelé sa confiance. Aucun incident n'a été noté tout au long de cette assemblée générale ordinaire qui s'est déroulée dans une ambiance festive. Et c'est à l'unanimité et par acclamation que j'ai été de nouveau réélu à la présidence du club. Par conséquent, je suis légitimement président du Jaraaf pour un mandat de trois ans.

Wal Fadjri : N’empêche, vos détracteurs ont désavoué votre gestion, avant de mettre en place un comité ad-hoc chargé de gérer à présent les affaires courantes du club...

Wagane Diouf : Ce sont des enfantillages. Ces gens qui s'agitent pour réclamer mon départ ont un mauvais cœur. Je ne sais pas qui les a conseillés, mais ils ont commis des fautes très graves qui portent atteinte à l'honneur de l'Asc les Jaraaf de Dakar qui s'est toujours distinguée dans la discipline dans le monde sportif sénégalais et africain. Je suis un membre fondateur du Jaraaf auquel j'ai tout donné. Depuis 1969, je n'ai jamais viré un seul chèque dans mon compte. Au contraire, c'est mon propre argent que j'injecte dans ce club pour promouvoir son rayonnement. Alors, les gens doivent arrêter leurs accusations calomnieuses. Toutefois, dans la vie, il y a des gens qui n'ont aucune moralité. Ils passent tout leur temps à faire du tort aux honnêtes citoyens. Mais je ne les suivrai jamais. Parce que je m'inscris dans la dynamique de rassembler la grande famille du Jaraaf.

Wal Fadjri : Pourquoi avez-vous fait recours à un dispositif sécuritaire pour tenir une assemblée générale ordinaire seulement ?

Wagane Diouf : Nous avons jugé utile de garder l'accès afin de bien préparer l'assemblée générale ordinaire que nous avons tenue aujourd'hui (dimanche dernier, Ndlr). Nous étions non seulement dans l'obligation de mobiliser l'ensemble des membres de l'Asc les Jaraaf, mais aussi de parer à toute éventualité avec les menaces dont nous avons eu écho. La moitié de cette masse de jeunes a passé la nuit ici (samedi dernier, Ndlr). Mais c'était juste par mesure de prudence. Quand des informations relatives à une volonté de délocaliser ceux qui occupent le siège nous parviennent, nous sommes appelés à prendre toutes nos dispositions pour parer à toute éventualité. Et c'est ce que mes collaborateurs ont fait. Et rien d'autre.

Wal Fadjri : Alors, c'est pour cette raison que vous avez engagé des nervis ?

Wagane Diouf : Aucun nervis n'a été engagé pour sécuriser cette assemblée générale ordinaire de notre club. Tous les jeunes qui ont pris part à cette assemblée, sont des supporters du Jaraaf venant de tous les coins et recoins de Dakar et, au-delà, du pays. Cela étant précisé, il faut noter qu'en face, il y avait une volonté de défoncer la porte pour pénétrer dans l'enceinte du siège. Ce qui a engendré un climat assez délétère et regrettable pour un grand club comme le Jaraaf de Dakar qui a tout donné au sport sénégalais. Mais ce climat menaçant était connu depuis une semaine. Nous avons dit et expliqué à qui veut l'entendre que le Conseil supérieur de gestion légitimement élu en 2003 a le devoir et le droit de convoquer l'assemblée générale ordinaire. Ce que ce dernier a retenu le dimanche 26 août. Cette assemblée générale est légalement et légitimement convoquée et reconnue par les textes statutaires du club. Quand, en face, on tente d'organiser une certaine assemblée générale dite extraordinaire dans le patrimoine du club qui est géré, administré et contrôlé par l'équipe élue, cela pose problème. La responsabilité de l'équipe dirigeante est de sauvegarder les biens et les personnes qui y sont. Alors, on ne peut permettre qu'un groupe quelconque vienne perturber la quiétude qui règne à Keur Jaraaf. Le comportement de ces dissidents qui ont tous démissionné du Conseil supérieur de gestion de leur propre gré, dépasse le cadre sportif. Je ne sais de quel droit ils se permettent tout cela. Mais ceci est inacceptable. C'est pourquoi mes collaborateurs ont pris toutes les dispositions afin de bien sécuriser les lieux.

Wal Fadjri : En louant notamment les services des nervis ?

Wagane Diouf : (Il s'énerve). Je vous répète qu'aucun service de nervis n'a été loué. C'est une injure que de penser que ce sont des nervis que nous avons engagés. Il n'y a que des supporters du Jaraaf qui ont envahi les lieux pour sécuriser l'assemblée générale ordinaire. Le Jaraaf a toujours été une grande famille qui a toujours travaillé dans l'unisson. Certes, cette famille est confrontée à un certain nombre de problèmes. Mais cette situation de trouble ne nous fera jamais engager des nervis. Pourquoi d'ailleurs ? Ces éléments qui s'agitent ne peuvent nullement inquiéter la quiétude qui a toujours régné dans la grande famille du Jaraaf. Ce sont des enfants égarés qui s'agitent pour leur propre intérêt et non celui du club. Parce que si leur revendication était fondée et légitime, ils ont toutes les voies de recours pour se faire entendre. Malheureusement, ils ont entrepris une démarche qui porte atteinte à l'honneur du club. Par conséquent, ils vont tirer toutes les conséquences qui vont en découler.

Wal Fadjri : Est-ce à dire qu'ils seront sanctionnés ?

Wagane Diouf : On n’a pas besoin de recourir à une sanction. Ces gens se sont déjà auto-exclus de la gestion du club depuis très longtemps. En fait, ils faisaient tous partie du Conseil supérieur de gestion. Mais, ils ne le sont plus. Parce qu'ils ont tous démissionné de leur propre gré. Par conséquent, on n'a pas besoin de les sanctionner. Toutefois, je signale que je n'accorde aucun crédit à leur conduite. Je suis un membre fondateur de ce club. J'ai fait mes preuves en tant que compétiteur et dirigeant. D'ailleurs, personne, je dis bien personne, n'égale le record de palmarès que j'ai remporté dans ce club. Par conséquent, je ne peux pas me situer à la hauteur de ces personnes à qui j'ai donné des postes de responsabilités au sein de club. Des responsabilités qu'elles n'ont jamais su remplir. Je ne suis pas rancunier. Je ne peux aucunement l'être. Par conséquent, je pardonne à ces messieurs qui ont cherché à ternir mon image. La première des missions que je m'assigne dans ce nouveau mandat de trois ans qui m'a été confié, c'est de rassembler la grande famille du Jaraaf. Et dès la semaine prochaine, je vais initier des démarches en vue de réussir cette mission.

Wal Fadjri : Quelles sont les principales raisons de cette crise qui déchire le Jaraaf de Dakar depuis plus d'une semaine ?

Wagane Diouf : Il n'y a pas de gros problèmes qui se posent au sein du club. Tous les sportifs ou encore toutes les autorités compétentes d'une discipline donnée savent que s'il y a des problèmes qui se posent dans un club quelconque, il y a des instances qui sont légitimement habilitées à convoquer une réunion ou une assemblée générale pour arrondir les angles. De sorte que s'il y a des contestations, la première des choses, c'est de s'acquitter de sa carte d'adhésion pour être membre de l'Ag afin de poser les problèmes. Les cartes ont été vendues depuis plus de dix jours. Et nous étions tous réunis ici sous la conduite du sage Ameth Diène. Tous ces messieurs qui réclament aujourd'hui notre départ, ont pris part à cette réunion. A cette occasion, la première question qu'avait posée Mbaye Thiam était relative à la date de l'assemblée générale ordinaire. Sans aucune hésitation, nous lui avions indiqué que cette dernière allait se tenir le dimanche 26 août. Pour les modalités et la participation à cette Ag, le groupe avait retenu de mettre en place un comité ad-hoc et non un comité paritaire. Paritaire veut dire que nous nous effaçons pour nous constituer en des groupes d'un certain nombre de personnes. Nous n'avons pas fait cela. Nous avons préféré la mise sur pied d'un comité ad-hoc qui exprime une volonté d'ouverture afin de prendre les avis des uns et des autres pour améliorer les dispositifs à prendre ou à entreprendre. Il n'y a rien à signaler jusque-là. Le processus d'aller vers une assemblée générale de paix était posé. Alors, à l'instar de tout le monde, nous avons été surpris d'apprendre la nouvelle démarche entreprise par ces dissidents qui n'ont jamais apporté la moindre chose au club. Il faut aussi préciser qu'aucun comité ne peut avoir la légitimité d'abroger un règlement intérieur. Il faut rappeler que, lors des réunions préparatoires, ces messieurs avaient proposé à ce qu'on revienne à l'ancien système, c'est-à-dire à l'installation d'un comité directeur aboli en 1994, arguant que le Conseil supérieur a montré ses limites. Un argument assez fallacieux. Par conséquent, on ne peut accepter qu'un groupe de personnes qui n'a jamais contribué au bon fonctionnement du club, tente de dicter sa loi dans l'orientation du Jaraaf.

Wal Fadjri : Vos détracteurs vous reprochent d’avoir mal géré le Jaraaf, ce qui a engendré les mauvais résultats enregistrés au cours de votre mandat…

Wagane Diouf : C'est faux et très malhonnête de leur part. Depuis 1969, je suis dans ce club dont je suis un membre fondateur. Et notez bien que je n'ai jamais viré un chèque de ce club dans mon compte. Au contraire, j'ai tout donné au Jaraaf. C'est mon argent que je ne cesse d'injecter dans ce club. Par conséquent, les gens doivent arrêter. Il est très malhonnête d'accuser des gens sans aucun fondement. Toutefois, on ne les suivra pas dans leur divertissement. La démarche qu'ils ont entreprise, n'est rien d'autre qu'une tentative de divertissement auquel nous n'allons jamais souscrire. Par ailleurs, malgré toutes les difficultés dans lesquelles s'est retrouvé le club en 2003, le Jaraaf a été, tous les ans, africain. Avec quel argent ? Avec qui ? Comment le club se débrouillait-il ? Voilà autant de questions que ces dissidents n'ont pas cherchées à se poser. En toute modestie, je suis parvenu à redresser, en moins de trois ans, la courbe de ce club qui était descendante. Aujourd'hui, le patrimoine du Jaraaf qui se chiffre à des milliards et non des millions, nourrit beaucoup d'appétits. Le Jaraaf est devenu une référence sportive au Sénégal. Avec la réalisation des projets qui vont apporter des milliards au club, il est normal que les gens accourent de partout pour venir chercher leur part. C'est normal. Mais, leur démarche qui consiste à semer la zizanie dans les esprits, ne passera pas. Je vais continuer le travail avec mes collaborateurs qui me font confiance. Avec leur soutien, je veux faire du Jaraaf l'un des plus grands clubs de ce pays et de l'Afrique. Et l'un de mes objectifs majeurs, c'est de ramener une Coupe d'Afrique des clubs à Dakar avant la fin de ce deuxième mandat.

Propos recueillis par Mamanding Nicolas SONKO
Source: Walfadjri

Article Lu 11444 fois

Mercredi 29 Août 2007





1.Posté par ndiawar diongue le 13/12/2007 17:30
moi je reve de devenir professionnel mon pere etait pensionnaire de jarraf en 1969 AMADOU DIONGUE au poste d ailier je veux faire des tests dans les juniors de jaraaf jai 18 ans et je veux des nouvelles de l asc jaraaf svp reponse dans ma boite de reception ou appeller au 773014510

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State