Référence multimedia du sénégal
.
Google

Wade face à Diouf aux obsèques de Bongo : haine ou mépris ?

Article Lu 14339 fois

Les obsèques d’El hadji Omar Bongo Ondimba ont réuni à Libreville une partie essentielle de l’Afrique et de l’Europe. Ce fut naturellement un moment, pour les observateurs, de lire, en chaque Homme d’Etat présent, un ensemble de vertus et de vices qui l’honore ou le déshonore. Wade a été à Libreville. Il a, volontairement ou involontairement commis deux actes regrettables qui heurtent la morale république et l’éthique démocratique.



Wade face à Diouf aux obsèques de Bongo : haine ou mépris ?
Premièrement, au moment où ses pairs africains étaient accompagnés de membres de leur gouvernement, de leur premier ministre, de personnalités parlementaires ou de leur épouse, il était, au nom de la République accompagné de sa …fille, Syndiély. Le problème n’est pas, en fait, la personne de cette fille que beaucoup de Sénégalais considèrent comme une colombe. Mais c’est la physionomie monarchiste de la démarche qui heurte. C’est, en vérité, dans la monarchie, que les enfants du Roi, ayant un statut de Prince ou Princesse, sont à la tête des évènements internationaux ou nationaux. Wade est le seul chef d’Etat africain présent dans cette cérémonie non avec un Ministre d’Etat, non avec une personnalité parlementaire ou autre mais avec sa fille. C’était gênant car tous des regards interrogateurs étaient posés sur lui. Il semble bien que nul ne peut guérir Wade de sa conception trop monarchiste du pouvoir.

La cassure entre le peuple sénégalais et lui, s’explique, pour une large part, par cette présence ostentatoire sur le champ public et dans la gestion des affaires de l’Etat par sa famille dont le fils aîné est devenu, à tort ou à raison, une cible politique. Au Sénégal, c’est une affaire de culture. Le monarchisme ne passe pas et tout image qui y renvoie agace. Deuxièmement, envers l’ancien président Abdou Diouf, Wade a eu une attitude de mépris qui frise la haine.

En allant se recueillir sur la dépouille mortelle de Bongo Ondimba et signer après le livre de condoléances, chaque chef d’Etat présent a eu l’esprit démocratique et la décence inédite d’aller inviter son prédécesseur pour commettre ensemble le geste dans l’élégance républicaine au nom de leur pays. Nicolas Sarkozy a tendu la main à Jacques Chirac. Thomas Yayi Boni du Bénin fit le même geste envers Nicéphore Soglo. Simone Gbagbo dont on connaît les rapports tendus avec Guillaume Soro l’a invité à le rejoindre. Amadou Toumani Touré a également eu la même attitude : il a, avec le sourire, tendu la main à Alpha Oumar Konaré. Mais Wade n’a pas « vu ». Du moins, il semble n’a pas voulu le « voir ». Est-ce du mépris ? Est-ce de la haine ? Abdou Diouf lui a fait de l’ombre ? Ce sont des questions. Quel que soit ce qu’on peut reprocher à son prédécesseur, il y a des attitudes qu’un homme ne devrait point faire surtout quand ses thuriféraires lui donnent la dimension de Sage et de rassembleur. Pourtant, il vient récemment de lancer un appel pour un « dialogue politique » avec la classe politique sénégalaise. Mais Dieu sait qu’une telle attitude ne s’accommode point d’esprit de « dialogue ». A un moment de la vie, il faut savoir changer et faire disparaître en soi le nombrilisme surtout lorsqu’on dirige un peuple qui a des exigences.

Il est d’ailleurs bizarre de constater que Wade ne semble pas porter dans son cœur les personnalités sénégalaises qui brillent à l’extérieur sur la scène internationale. C’est la mort dans l’âme, la colère de certains citoyens et avec la pression française que Wade a fini par accepter la candidature sénégalaise de Abdou Diouf au poste de Secrétaire Général de la Francophonie. Il fait éjecter Moussa Touré de la tête de la commission de l’Uemoa. Il combat Jacques Diouf, Directeur Général de la FAO qu’il aurait aussi snobé à Libreville.

Cette attitude de Wade envers certaines personnalités dont les voix pèsent lourdement sur la scène mondiale et sa conception monarchiste du pouvoir gênent. Elles gênent même ses militants et les citoyens. Gouverner implique la tolérance, la générosité, l’humanisme et l’éthique. Abdou Diouf a en tous cas donné une leçon à Wade. Devant tout le monde, il s’est levé pour aller saluer Wade avec les deux mains. Des murmures ont fusé. Certains ont regardé Wade et ont souri sous cape ! L’image du Sénégal en a reçu un sacré coup.

Tamsir Ndiaye Jupiter

Source : www.sen24heures.com

Article Lu 14339 fois

Jeudi 18 Juin 2009





1.Posté par GYO le 18/06/2009 16:17
C pas seulman une difference de taille entre les 2 ,la difference est det detaille!

2.Posté par GYO le 18/06/2009 16:18
la differnce est de ...taille!

3.Posté par Gora le 18/06/2009 16:40
S'il est un [Seigneur ] Abdou DIOUF en est un, si'l est un [roturier], Wade en est un.
Que Dieu préserve le Sénégal.

4.Posté par bsrbrbrbs le 18/06/2009 16:44
GADIO;VOLEUR-MENTEUR
WADE;ASSASSSIN.

5.Posté par Snoopy le 18/06/2009 17:06
C fimiste ce que les journalistes font, il n y a jamais eu de confrontation entre Diouf et Wade , saviez vous que pour n'importe kel poste de fonction internationale il faut l'accord du president de ton pays , donc pour que Diouf soit President de la francophonie Wade a du lui accorder ce privilege. Il est absurde que les deux hommes soient en querelle. Ne suivez pas les journalistes ils ont conduit le peuple entier en erreur en creant un atmosphere de desaccord entre l'ett et le peuple. soyons contructif et eouvrons pour le devoleppement de notre cher Senegal.

6.Posté par diallo le 18/06/2009 17:11
désolé mais nous les sénégalais qui dormons donc pour changer et avançer il faut des sacrifices mais avec le riz de midi + le ataya sous un soleil de plomb on ne fait que suivre les series tv latines qui nous font rever sans réellement le faire

7.Posté par msjkmw le 18/06/2009 17:14
Le Mouvement senegalais j’aime karim meissa wade est né.
C'est le(MSJKMW).
Pour la victoire Karim Wade, symbole d’une nouvelle generation montante de constructeurs au service de la nation .adhérons avec « eux » à leur doctrine, soutenons
les .
l'adresse l' email msjkmw@yahoo.fr



8.Posté par msjkmw le 18/06/2009 17:15
Le Mouvement senegalais j’aime karim meissa wade est né.
C'est le(MSJKMW).
Pour la victoire Karim Wade, symbole d’une nouvelle generation montante de constructeurs au service de la nation .adhérons avec « eux » à leur doctrine, soutenons
les .
l'adresse l' email msjkmw@yahoo.fr

9.Posté par inconnu le 18/06/2009 17:42
fuck you avec ton msjkmw

10.Posté par CLAYS le 18/06/2009 17:50
Article bidon, une chose est sure t'etais pas present aux obseques monsieur le "journaliste"...c vraimement vos articles, vous ne faites pas honneur a la profession.

11.Posté par 12345 le 18/06/2009 17:58
meme les chaussures d'Abdou Diouf valent mieux que WADE. Tout les oppose

12.Posté par bechir wade le 18/06/2009 18:00
l'exemple donnè par les deux presidents maliens konare et atp n'a pas ete suivi par wade mais par sarkhozy et chirac ,cela n'est pas gratuit car wade a encore montre à la façe du monde son attachement à sa famille et non aux institutions et quelle plaçe joue sa fille dans ses obseques en qualite de quoi à la plaçe de la premiere dame ou du ministre des affaires etrangeres .l'acte est vilain .il est clair que wade a deçu tout le monde pour vouloir imposer son fils au paisible peuple senegalais il nous reste qu'une seule chance pour ne pas finir le reste de sa vie en prison qu'à transmettre le pouvoir à son fils.il est inacceptable que maintenant des que wade quitte le pays karim et viviane assure l'interim reel du pouvoir.
le soulevement populaire est inevitable et l'assaut du palais est imminent car la mobilisation par les comites de quartier va bientot couvrir l'ensemble du pays.
trop c'est trop

13.Posté par sad le 18/06/2009 18:14
vous ne comprenez pas ce que voulais ce vieux singe, il voulait que sa guenon de fille tape dans l'oeil de ali ben bongo le futur president du gabon qui n'est pas marié! c'est ça meme! wade est un roturier qui veut devenir roi mais on ne change pas de nature qu'avec des habits et des titres! c'est un petit ce wade et le mesurer a diouf est une insulte pour ce dernier!

14.Posté par adis le 18/06/2009 18:52
Il faut comprendre Ablaye wade , da quatt badiènam.
Kouma saga sa léphal ndayy

15.Posté par NDIAWS le 18/06/2009 18:57

16.Posté par professeur le 18/06/2009 19:34
Parler de comportement démocratique le jour de l'enterrement d'un dictateur c'est quand même fort.
Wade, bongo ou abdou diouf ce sont tous des moins que rien, des dictateurs, des gens qui ont affamés leur peuple et qui vivent en europe maintenant.
Bongo se soignait à l'étranger il est mort ..
Diouf vit à l'étranger, car il sait qu'il ne peut pas se soigner ou vivre dans le pays qu'il a dirigé pendant des décénnies.
Wade distribue l'argent du pays à so communauté.
Et vous venez nous parler de comportement démocratique, non mais reveillez-vous. Enfin si c'est possible.

17.Posté par mousse le 18/06/2009 19:39
wade ne peut meme pas etre cireur de chaussure..................pour le noble diouf.............l homme sans faute.....................wade n est rien d autre qu un sale menteur.....................double de voleur...........................lui qui a la ttete d un gang..............de voyous...........

18.Posté par ngagne.. le 18/06/2009 19:57
abdou diouf n est pas fou pour aller en meme temps avec wade pour se recueillir devant bongo.....les relations qu'il avaient avec lhomme n etait pas les memes...
wade il n'aime que les nuls...meme s'il choisit des ministres il choisit des deficients mentaux on dirait que tout le sengal est commme son gouvernement........nafissatou thiam,baldè,ndeye khady diop.....le nouveau ministre de la culture.....non wade il aime tellement rabaisser le senegal.......
abdou diouf n'avait que de bonnes relations avec tous ses collegues mais wade n'aime pas voir un potentiel rival.....

19.Posté par deug le 18/06/2009 21:02
jupiter ndiye do.marame deug moye yawe comment peux tu dévérser des choses pareilles. abdou diouf s'il est devenu president de la francophonie c'est grâce à wade.
kou dakhare sa ndéye ngua domarame. tout sa pour se faire un nom comme ce soulard jules diop.

20.Posté par GESSE le 18/06/2009 21:30
inscrivez vous au G.E.S.S.E et devenez représentant de votre localité.
Pour plus d'infos
Contact assanen@ymail.com
GESSE
GRAND ÉLAN DE SOLIDARITÉ DES SÉNÉGALAIS DE L EXTÉRIEUR

21.Posté par fanour le 18/06/2009 21:54
Dieuredieuf Abdou,gathie ngalama.Vous etes un Guelewar ,merci pour la lecon,nous apprecions et n' oublierons jamais.
Pape

22.Posté par omega le 18/06/2009 22:28
ecoute senegal on a vecu trois ere differents 1 l'ere senghor l'ere de diouf et enfin l'ere wade mais reconnaissons nous que nous avons vecu un veritable calvaire avec ce wade sur senghor je ne peut rien dire parce que j'ai naqui apres son depart mais diouf est 100000 fois mieux que wade vraiment ce wade ns amerde avec tous ces mal qu'il a fais au senegal moi en personne je le conseil de partir

23.Posté par Marietou le 19/06/2009 00:11
très belle analyse jupiter. à quand une chronique sur dakar-info?

24.Posté par CADIOR CADIOR le 19/06/2009 01:19
Wade est purement EGOCENTRIQUE pire qu un enfant de la case des tous petits.desolè pour notre cher senegal

25.Posté par king le 19/06/2009 03:23
Salam.
C le 'Sénégal' qui séénn et qui 'galla' comme un bébé.
Sinon aussi, on est un peu habitué.
Paraît que, on est bébé puis vieux et enfin bébé à nouveau.
Dina méti, mais léégui mou jééx. Kuy défar benn yaax fouk.
Au secours !
Salm.

26.Posté par champagne le 19/06/2009 03:52
commentaire 11 je dirais meme plus dokhotou abdou diouf sakh moo gueune ablaye wade

27.Posté par PAPIS NDAO OUEST FOIRE le 19/06/2009 04:19
JE CONFIRME
Pour comprendre les multiples problèmes auxquels les sénégalais sont confrontés aujourd’hui, il faut interroger l’histoire. En remontant très loin dans l’histoire du Sénégal, l’on se rend compte que ce pays n’a jamais réussi à réaliser l’unité sociale et culturelle des ethnies et peuplades qui le composent.

En effet, le nombre pléthorique des royaumes recensés à l’époque précoloniale et la diversité des entités ethniques dispersées sur le territoire sénégalais, étaient déjà révélateurs de l’engouement suscité par la conquête et l’exercice du pouvoir mais aussi des profondes divergences dans les habitudes, les comportements et les aspirations de ces groupements humains.

L’échec de la résistance sénégalaise à la pénétration française était certes du, en partie, à l’avance technologique de cette dernière, cependant il faut reconnaitre que le colonisateur avait su jouer aussi sur les rivalités et la désunion entre les différentes entités et ethnies présentes sur le territoire tout en misant sur la cupidité de certains.

Aujourd’hui, presque cinquante années après les indépendances, ces divergences, rivalités et dissensions de toutes sortes ont survécu et ont même été exacerbées par le jeu politique, la prolifération des confréries religieuses et le système des castes, très profondément ancré dans la conscience collective des sénégalais.

A y regarder de plus prés, on se rend compte qu’il existe bel et bien un pays appelé le Sénégal mais qu’il n y a pas réellement de nation sénégalaise par contre.

En effet, un des sens du mot ‘NATION’ en sciences humaines est : « une communauté humaine identifiée dans des limites géographiques parfois fluctuantes au cours de l'histoire, mais dont le trait commun supposé est la conscience d'une appartenance à un même groupe »


Depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, tous les hommes et femmes qui ont eu à exercer de hautes fonctions civiles, militaires et paramilitaires dans notre pays, se sont tous rendus coupables, sans exception, de détournements de deniers publics et d’enrichissement illicite et ceci quelque soit le régime en place. Ces fonctionnaires véreux qui se sont honteusement enrichis au détriment du peuple, ne peuvent plus être éligibles pour porter les revendications et les aspirations légitimes de ce dernier.

Même les opposants d’hier qui sont au pouvoir aujourd’hui sont en train de faire exactement ce qu’ils reprochaient à leurs prédécesseurs et ces derniers qui se sont retrouvés dans l’opposition, jadis de grands bandits et délinquants à cols blancs, dangereux et impitoyables, osent à peine ouvrir la bouche de peur d’être immédiatement déférés devant les tribunaux pour les innombrables vols, viols et forfaits de tous genres commis pendant qu’ils détenaient le pouvoir. C’est ce que l’on appelle l’ironie du sort. Ils ne peuvent tromper personne sinon eux-mêmes.


Les Assisses Nationales qui avaient suscité beaucoup d’espoir, ont complètement raté leurs objectifs : elles auraient du exiger des participants ,en effet, qu’ils fassent tous leur MEA CULPA en avouant publiquement les sommes colossales qu’ils ont subtilisées au trésor public pendant tout le temps qu’ils étaient aux affaires. Mais comme on l’a constaté, ils ont tous refusé de faire une déclaration de patrimoine. Ces messieurs et dames des Assisses sont tous des cadres véreux qui ont plongé leur pays dans un bordel indescriptible. C’est les premiers responsables de la situation économique désastreuse actuelle ; Laye WADE et ses sbires n’ont fait que marcher sur leurs traces.

Il n’ya donc pas de politiciens honorables, il n’ya que des loups et des louves affamés, des vampires prêts à bondir sur l’honnête citoyen et lui sucer tout son sang sans aucune scrupule.


Cette gestion scandaleuse des affaires a plongé le pays dans une situation de banqueroute et de dénuement total. C’est le sauve qui peut. Tous les moyens sont bons pour survivre :

• La prostitution sous toutes ses formes ;
• Les vols, les viols et les agressions ;
• Les branchements pirates sur les réseaux de distribution d’eau et d’électricité ;
• Le Mbalax et les danses érotiques ;
• La pédérastie et le lesbianisme ;
• La lutte avec frappe avec toutes les tensions qu’elle provoque ;
• Des fonctionnaires fictifs qui émargent sur le budget de l’état ;
• Le trafic de drogue ;
• Le madjaa de talibés ;
• Des fonctionnaires décédés qui continuent d’émarger sur le budget de l’état ;
• Les eaux usées qu’on déverse sur la voie publique sans se soucier des conséquences sur l’environnement et sur la population ;
• La pollution sonore etc.

Au total c’est les sénégalais dans leur écrasante majorité qui sont COUPABLES. Ils ont trop de choses à se reprocher .C’est ce qui explique leur silence et leur lâcheté devant les atrocités qu’on leur fait subir. Finalement c’est le Sénégal positif, constitué des citoyens honnêtes et sincères qui va subir tout seul les conséquences de la crise internationale, affronter la faim et les maladies, supporter le poids de la « lourde dette nationale » qui n’aura servi qu’à l’appauvrir davantage et le faire sombrer ainsi petit à petit dans la déchéance.

Ce qui nous manque au Sénégal, c’est l’existence d’un noyau dur constitué d’intellectuels hautement patriotes, des piliers de la nation, des gardiens de la cité, des hommes intègres et vertueux dont la seule et unique ambition est de voir le Sénégal émerger de la médiocrité dans laquelle il végète depuis prés de cinquante ans et s’introduire dans le groupe des pays développés.


C’est donc au peuple de prendre son destin en main et de faire ce qu’il pense devoir faire pour apporter la réponse adéquate à la situation actuelle du pays.


Un jour viendra, quand le peuple n’aura plus rien à perdre parce qu’on l’aura poussé dans ses tous derniers retranchements, il descendra dans la rue spontanément comme un seul homme et fera justice lui-même. Ce jour là, aucun homme politique ne souhaitera rencontrer cette marée humaine assoiffée de vengeance et tous ceux qui auront causé du tort à ce peuple le payeront CASH !




MAIS C PAS DEMAIN LA VEILLE

28.Posté par Tidiane le 19/06/2009 12:32

M. T. Jupiter Ndiaye, vous gagneriez beaucoup si vous faites preuve d'un peu d'humilité en étant moins péremptoire ou donneur de leçons. Par les comparaisons que vous faites, vous êtes apparemment ignorant en relations internationales. Sinon vous n'auriez pas fonder votre argumentaire sur le fait que Wade n'était pas en compagnie de Diouf lors du deuil de Bongo en faisant un parallèle entre Diouf, Chirac (sans fonction), Soro (PM), Soglo (Maire) et Konaré (sans fonction) qui étaient avec leurs Chefs d'Etat. Ce faisant, ou vous êtes ignorant en relations internationales (ce qui est impardonable pour un "expert") ou intellectuellement malhonnête (ce qui vous disqualifie). En effet, vous omettez de signaler que M. Diouf y était non pas en qualité d'ancien Chef d'Etat du Sénégal mais comme SG d'une Organisation Internationale avec un statut similaire à celui des Chefs d'Etat. Donc, il ne pouvait en aucune façon être en compagnie de M. Wade pour s'incliner devant la dépouille de M. Bongo. Libre à vous de critiquer Wade (qui le mérite ) mais soyez rigoureux en demandant à vos amis des éclairages sur des fondamentaux que vous ne maîtrisez pas (comme c'est le cas en Droit public International). A la prochaine.

29.Posté par songo le 19/06/2009 12:56
Deug,
je partage pas ton avis pourvu que wade avait dit auparavant qu'il soutenait le congolais car il avait déja donner sa parole, par la suite il s'est rendu compte que la majeur partie des pays francophones ont préféré diouf alors il a fait un tour pour soutenir diouf malgré lui.

30.Posté par Citoyen le 19/06/2009 13:06
PAPIS NDAO OUEST FOIRE,

Merci de votre analyse.

Ce que je veux y ajouter juste c'est que, comme vous l'avez dit, nos dirigeants politiciens ont depuis toujours procede a des enrichissement illicites supportes par les citoyens senegalais.

Cependant ce qui est dommage en cela c'est l'espoir du peuple senegalais qui s'est effondre après l'avènement de l'alternance en 2000.

Abdoulaye wade a trop déçu le peuple senegalais. En l'élisant en 2000, le peuple etait enthousiaste, optimiste, soulage...

DONC Maitre wade n'avait pas a diriger le pays de la sorte.

Le désordre national s'est amplifié, les valeurs morales effondrées et le culte de l'argent gagné de maniere illicite s'est developpe.

Le pire c'est que tout ceci se soit passé en si peu de temps...


31.Posté par ABDOUL LAAH le 19/06/2009 13:32
Bismilah ! Alhamdoulilah
qui prétend etre plus gentil qu'Allah jusqu'à suprimer la peime de mort pour les assassins?Si ce peuple ne SE rappelle pas de 1789 pour les occidentaux il connaitra l'enfer sur terre .ALLAH swt a effacer le peuple de LOOTH sur terre et nous?Nous laissons les médias nous tympaniser sur une supposée victoire d'un ministre à une rencontre des droits de l'OMMO.
Si nous avons peur de mourir pour etre digne d'ALLAH swt qui nous aime plus que toutes ses autes créatures alors restons dans nos fauteuils à parler et laissons nous faire comme de la merd...

32.Posté par maty le 19/06/2009 17:59
cest vrai que les journalistes parfois nous induisent en erreur ,à lire larticle je me disais à wade mais finalement ce quà dit tidiane tiens plus la route ; en fait pour prendre partie sans risquer de se tromper ou tout simplement detre quitte avec notre conscience avec notre jugement dans toute chose cest déviter de juger ce quon ne maitrise pas ou de nécouter qune seule partie dans un conflit

33.Posté par badag51 le 20/06/2009 16:14
Mes chers compatriotes, Aujourd’hui l’histoire nous interpelle. Nous n’avons plus le droit de prendre notre plume pour célébrer qui que ce soit. Cessons de nous insulter et contribuons à l’éveil de la conscience populaire. En effet notre devoir à tous est d’expliquer à tous nos compatriotes que nous ne pouvons pas continuer à élire des gens pour qu’ils nous asservissent. Comme c’est nous qui élisons, nous sommes les chefs et non les subordonnés.
Nous exiger plus de respect de nos mandants et nous devons leur faire comprendre qu’ils ne sont en rien des êtres supérieurs et qu’ils sont là par notre volonté et qu’ils sont tenus de nous prêter l’oreille pour s’occuper de nos problèmes e non pour nous considérer comme de sujets taillables et corvéables à merci.
Nous ne pouvons plus continuer à faire les procès de l’esclavage et de la colonisation quand nos propres compatriotes continuent de nous traiter comme des moins que rien. Nous devons plus continuer à vénérer des personnes comme nous, à invectiver ceux qui ne sont pas d’accord avec leurs et qui la plupart du temps ont raison.
C’est à nous de nous faire respecter en cessant d’idéaliser des êtres comme nous au point de les amener à croire que nous sommes de pauvres naïfs prêts à tout accepter, à passer notre temps à applaudir et toujours disposés à casser la tête à ceux qi ne prennent pas part à nos ovations insensées.
Nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive. Il suffit de lire les différentes interventions dans cette tribune pour s’en convaincre.
De dignes fils du continent ont donné leur vie pour que nous soyons libres et respectés. Nous n’avons pas le droit de les trahir en choisissant de souffrir d’une autre forme de servitude.
Nous devons exiger la démocratie partout, dans les partis comme dans la gestion de l’état. Nous ne devons pas accepter que notre pays reste à la traîne, que l’homme noir continue de passer pour le grand absent de l’histoire.
Les Générations futures nous jugerons et si nous voulons éviter une condamnation sans appel et leur mépris. Nous devons alors nous battre pour une révolution des mentalités et pour que l’élu devienne véritablement le serviteur et non le siège unique et exclusif de la raison, de la pensée, du savoir, de la puissance et de l’intelligence, en un mot le chef absolu jouissant de toutes les possibilités dont celle de céder le pouvoir à son fils quand les fatigues de l’âge ou tout simplement la constitution ne lui permettent plus de gouverner.

34.Posté par badag51 le 20/06/2009 16:15
On nous dénie toute appartenance à l’histoire tellement cette dernière a été sombre pour nous. Après l’esclavage, nous avons connu la colonisation avec la négation de nos cultures et les violations de tous nos droits.
Heureusement, de dignes fils du continent ont, parfois au prix de leur vie, mené un combat acharné pour la reconnaissance des droits de l’homme noir. Point n’est besoin de revenir ici sur les noms de ces grandes et nobles figures historiques qui ont tout enduré pour qu’on nous reconnaisse notre statut d’êtres humains.
Malheureusement, Ceux qui nous dirigent mènent un tout autre combat, celui qui consiste à entretenir l’idée que, dans nos états, ceux qui gouvernent sont les seules personnes capables de réfléchir, de penser et qu’elles sont les dépositaires du savoir. Sans eux ce serait l’apocalypse.
Cela nous aurait fait sourire s’il ne se trouvait pas des compatriotes assez minces pour applaudir à cet état de fait. Parce qu’on leur sert des miettes, les restes de nourriture, ils sont prêts à s’en prendre à tous ceux qui refusent de passer pour des bêtes de somme, qui prennent le parti de réfléchir et d’exprimer leur désaccord quand ce qui se fait ou se dit n’est pas orthodoxe à leurs yeux.
On se veut seule constante dans son parti et dans le pays, les autres, dénués de raison doivent se contenter de consommer aveuglément ce qu’on veut bien leur proposer et se taire.
On n’oublie que l’on n’est plus au moyen âge, que le monde a bougé, qu’il a changé et que nous avons tout intérêt à prouver au monde que nous ne sommes pas des êtres inférieurs parce que nous sommes dotés de raison que, nous cogitons autant que les autres et que nous méritons d’être respectés. Cela doit commencer par ceux qui nous dirigent. Ils doivent savoir que nous les avons choisis pour qu’ils se penchent sur nos problèmes et qu’ils leur apportent des solutions, non pour qu’ils pensent qu’ils sont des êtres exceptionnels, des divinités que nous devons adorer. Au contraire, ils doivent nous rendre compte de temps en temps pour qu’on puisse les évaluer, les encourager ou leur demander de rectifier le tir.
C’est cela qu’on attend d’eux et non qu’ils nous asservissent une fois élus. Ceux qui votent pour quelqu’un sont ses bienfaiteurs et ils méritent reconnaissance et gratitude.
Malheureusement ceux qui mendient les voix ont tendance à l’oublier si bien qu’une fois élus, ils se montrent suffisants, arrogants, oubliant ainsi toutes les promesses faites et les multiples courbettes pour convaincre les électeurs.
Regardez ce qui se passe au Pds ! Puis qu’il n’y a qu’une seule constante et que cette constante est tout sauf une constante, le parti a cessé d’exister. Celui qui l’avait bien tenu, qui le secondait et qui par son engagement et sa fidélité à toute épreuve lui a permis d’accéder au pouvoir avec, il faut le préciser, l’apport d’autres formations politiques, celui là donc a été évincé pour le sacre du prince.
Heureusement, contrairement à ce que l’on pense, les sénégalais ne sont pas dupes et ils l’ont montré le 22 mars. Ceux qui sont dupes et qui dorment sur leurs lauriers, ce sont ceux qui ont mal saisi son message et qui continuent à faire comme si de rien n’était.
En 2012, ils risquent d’avoir la plus grande désillusion de leur vie s’ils ne rectifient pas le tir. Cela est aussi valable pour l’opposition dite significative.
Le peuple qui a fini de donner la preuve de sa maturité a parlé. A bon entendeu

35.Posté par palestinien le 22/06/2009 12:15
snoopy toi tu es ignare ou tu ne comprends rien du francais .ce n'est pas le journaliste qui a dit il y a cnfrontation .mais c'est l'attitude de abdoulaye wade envers les fonctionnaires internationaux qui est relatee .abdoulaye wade est le plus grand dictateur du 21 siécle.pire que bokassa ,idy amine dada ,sekou toure.
wade sanguinaire.le jour ou il qittera le pouvoir vous serez edifie sur tout le mal qu'il a fait

36.Posté par sel fin le 27/06/2009 00:39
wade mo niaw dé kan ta diouf un vrai homme detat

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State