Référence multimedia du sénégal
.
Google

Violences en IRAK : 200 morts et 375 blessés

Article Lu 1311 fois

Les secours irakiens poursuivaient leurs recherches hier pour tenter de retrouver des personnes en vie sous les décombres au lendemain des attentats visant une secte minoritaire kurde qui ont fait plus de 200 morts dans le nord de l’Irak et 375 blessés.



Tall Afar - Selon des responsables locaux et militaires irakiens, quatre camions piégés ont explosé dans les villages d’Al-Khataniyah et d’Al-Adnaniyah, essentiellement peuplés par la secte pré-islamique Yézidi. "C’était comme une explosion nucléaire. La deuxième était encore plus forte", a déclaré le capitaine de l’armée irakienne Jalal Mohammed, qui s’est rendu avec son unité à Al-Khataniyah. "Tout a été détruit. Les maisons, les bâtiments, les magasins. C’était horrible (...) Une tragédie. Des personnes mortes partout".

Jamal Faris, un autre soldat irakien qui a participé aux secours, raconte qu’il a découvert sa famille gisant dans les décombres.

"Je me suis précipité vers ma maison. Elle était détruite. J’ai commencé à chercher ma famille (...). Deux de mes enfants et deux de mes frères ont été tués", dit-il.

L’homme ajoute que son oncle, sa femme et leurs six enfants sont morts. Et le bilan pourrait encore s’alourdir, a estimé Dakhil Qassim Hassoun, maire de Sinjar (110 kilomètres à l’ouest de Mossoul, chef-lieu de la province). Selon Abdoul Rahim al-Chammari, maire d’Al-Baaj (sud-ouest de Mossoul), les sept hôpitaux, où les victimes ont été transportées, étaient submergés et les habitants affluaient pour faire don de leur sang.

De son côté, l’armée américaine, qui a fait état hier de 60 morts et de cinq camions piégés dans la série d’attentats, pointe du doigt la branche irakienne d’al-Qaïda.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad, Ryan Crocker et le commandant des forces américaines en Irak, le général David Petraeus, ont condamné ces attentats qualifiés de "barbares", tout en se disant déterminés à poursuivre leur mission.

Le président irakien Jalal Talabani, un Kurde, a estimé pour sa part que les Yézidis, également kurdes, étaient victimes d’une "guerre génocidaire lancée par les terroristes et les Takfiris (extrémistes)" contre la population irakienne. De son côté, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, confronté à une grave crise politique en raison des dissensions entre partis sunnites et chiites, a dénoncé ce "crime ignoble", ordonné une enquête et affirmé que cela ne l’empêcherait pas de "poursuivre le processus politique".

Pour la Ligue arabe, "la réconciliation nationale est le meilleur moyen pour échapper à la spirale de violence", une opinion partagée par Paris. La communauté yézidie, estimée à quelque 500.000 personnes, est une minorité kurdophone installée dans le nord de l’Irak qui considère le diable comme le chef des anges. Cette secte compte trois députés sur les 275 sièges du Parlement.

Elle a tenté de demeurer à distance des violents conflits confessionnels et politiques qui ensanglantent une grande partie de l’Irak, mais ces derniers mois les relations avec les communautés sunnites voisines se sont gravement détériorées.

Le 7 avril, une foule de Yézidis ont lapidé une jeune fille de 17 ans, elle-même yézidie, pour offense aux valeurs conservatrices car elle voulait épouser un musulman. Des extrémistes sunnites ont alors organisé des attaques en représailles. L’Irak est confronté à un regain de violences interconfessionnelles en dépit du déploiement de 155.000 soldats américains. 85.000 d’entre eux sont postés à Bagdad, ce qui a eu pour effet de déplacer les extrémistes qui commettent des attentats dans des régions plus isolées.

EN BREF : SIERRA-LEONE

Le Congrès de tout le peuple (Apc), principal parti d’opposition en Sierra Leone, arrive en tête des résultats partiels portant sur moins de 20% des bureaux de vote après les élections générales du 11 août, a annoncé la Commission nationale des élections (Nec).

L’Apc devance l’autre grande formation du pays, le Parti du peuple de Sierra Leone (Slpp, au pouvoir) dans 1.154 des 6.176 bureaux de vote du pays, a annoncé la présidente de la Nec, Christiana Thorpe, qui n’a fourni aucune précision sur l’écart entre les deux partis ou la participation.

CONGO - Le Congo va fournir des troupes à la force hybride Onu-Union africaine (Ua) qui doit être déployée au Darfour, province de l’ouest du Soudan en proie à la guerre civile.

"Le gouvernement congolais a décidé de renforcer sa présence au Darfour. En plus des observateurs qui y sont déjà, une Compagnie des Forces armées congolaises sera mise à la disposition de la force hybride des Nations unies qui s’y déploiera bientôt", a déclaré le président Denis Sassou Nguesso, dans un discours retransmis à la télévision.

"Cela est pour nous une occasion supplémentaire d’assumer nos responsabilités historiques en faveur de l’Afrique et de la communauté internationale", a-t-il ajouté.

AFGHANISTAN - Les forces de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis ont annoncé hier avoir lancé une vaste offensive aérienne et terrestre dans l’est de l’Afghanistan, dans la région de Tora Bora, où sont terrés des "centaines de combattants étrangers".

"Les Etats-Unis et les forces afghanes ont affronté al-Qaïda et d’autres extrémistes violents dans l’est de l’Afghanistan" lors d’un assaut "aérien et terrestre à l’aide d’armes de précision", a déclaré à l’Afp la porte-parole des forces, le capitaine Vanessa Bowman.

Le chef d’al-Qaïda, Oussama ben Laden, avait été repéré pour la dernière fois en 2001 dans les montagnes de Tora Bora, où la coalition a déjà lancé plusieurs attaques dans le passé.

ISRAEL - L’ex-Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, estime hier avoir franchi la première étape vers son retour au pouvoir en remportant nettement les primaires du Likoud et en refusant de composer avec l’extrême droite, en dépit de la percée de celle-ci.

M. Netanyahu, 57 ans, a obtenu mardi soir 73,2% des suffrages exprimés au sein du grand parti d’opposition de Droite, tandis que son challenger d’extrême droite, Moshé Feiglin, 45 ans, en a réuni 23,4%, alors que le taux de participation parmi les quelque 100.000 membres du Likoud a frôlé les 40%.

Moshé Feiglin, un colon qui s’oppose à toute concession territoriale envers les Palestiniens et conteste le droit de vote des Arabes israéliens, avait obtenu 4% des voix en 2003, puis 13% en 2005 lors de précédentes primaires.

CUBA - Fidel Castro a publié hier la première d’une série de trois chroniques consacrées à la façon dont, selon lui, les Etats-Unis ont tenté dès le siècle dernier de "s’emparer de Cuba" et dédié aux "nouvelles générations". "L’histoire de Cuba depuis 140 ans est celle de la lutte pour préserver l’identité et l’indépendance nationales et l’histoire de l’évolution de l’empire des Etats-Unis, sa prétention permanente à vouloir s’approprier Cuba et les méthodes horribles qu’il a utilisées pour maintenir sa domination sur le monde", écrit le président cubain.

Fidel Castro, qui vient d’avoir 81 ans, détaille "l’imposition de l’Amendement Platt", une clause introduite en 1901 dans la première Constitution cubaine autorisant les Etats-Unis à intervenir à Cuba, après qu’ils eurent défait l’Espagne dans la guerre d’indépendance conclue par la proclamation de la république en 1902.

La base navale américaine de Guantanamo à Cuba, dont La Havane demande la restitution, est une des conséquences de cet amendement.


AFP
Source: Le Soleil

Article Lu 1311 fois

Jeudi 16 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State