Référence multimedia du sénégal
.
Google

Viol sur une jeune élève française à Saly : 7 élèves de Sainte Jeanne d’Arc traduits en conseil de discipline

Article Lu 1921 fois

Ils sont âgés ente 14 et 15 ans, élèves à l’Institut privé Jeanne d’Arc de Dakar. Ils ont été traduits en conseil de discipline pour avoir violé sous l’emprise de l’alcool durant un week-end à Saly Portudal, une jeune élève française qui n’est pas mentalement équilibrée. Ils ont poussé leur audace jusqu’à filmer la scène et se sont passés les images sur leurs téléphones portables.



Ils sautent de joie, gambadent et crient à tue-tête, insouciants, la tête pleine de rêves et de projets pour les grandes vacances qui viennent de commencer. En cette matinée où un léger vent frais balaie Dakar, prémices d’un hivernage qui s’annonce, la cour de l’Institut privé Sainte Jeanne d’Arc grouille de monde. Les parents d’élèves, venus s’enquérir des résultats de leurs mômes ou encore s’occuper des dossiers de leur réinscription, ont pris d’assaut l’établissement.

L’ambiance joyeuse qui règne dans l’institution, laisse difficilement apparaître le fait que derrière cette joie béate des enfants et des préoccupations des parents, se cache une redoutable réalité. En effet, la réputation d’un établissement sérieux et la quiétude des lieux viennent d’être perturbées par une dizaine d’élèves âgés de 14 à 15 ans au visage hideux. Le portail de l’institut Sainte Jeanne d’Arc, vient d’être franchi par un acte délictuel : un viol. Lequel acte est l’œuvre de jeunes sénégalais d’origine libanaise aux visages d’ange, qui par leur comportement répréhensible viennent de montrer que «la réflexion par le pantalon» n’est pas le propre des adultes. Mais, que des enfants qui n’ont pas encore atteint la majorité légale, peuvent bien commettre un acte délictuel.

En effet, ces 7 jeunes élèves, de l’institution Sainte Jeanne d’Arc, ont durant un week-end à Saly Portudal, perpétré un viol sur une jeune élève Française du lycée français Jean Mermoz. Selon notre source, les jeunes élèves, sénégalais d’origine libanaise se sont acharnés sur la Française à Saly Portudal en la violant, tour à tour, sous l’emprise de l’alcool.

Pire, indique notre source, ils ont poussé l’audace jusqu’à filmer la scène. S’ils s’en limitaient à cela, rapporte notre source, l’affaire pouvait être étouffée, d’autant plus que les parents de la victime n’ont pas consenti à porter plainte, du fait de l’état psychologique de leur fille qui est presque une malade mentale. Mais, les «apprentis-violeurs» ont eu l’outrecuidance de télécharger l’horrible scène de viol dans leurs téléphones portables et se passés un à un les images.

LA DIRECTION INTERPELLEE

Le bruit, qui commençait à se répandre au sein de l’établissement a atterri au niveau de la direction de l’école. Les parents d’élèves horrifiés et soucieux de la bonne éducation de leurs enfants, sonnent l’alerte, en interpellant la direction. Mais, à en croire notre source, ce qui a irrité les parents d’élèves, c’est la déclaration du père d’un des auteurs du viol. Selon elle, ce dernier aurait déclaré à qui veut l’entendre, qu’il «préfère que son fils viole que de toucher à la drogue». Face à une telle déclaration que certains parents d’élèves ont jugé scandaleuse, les plus touchés parmi ces derniers n’ont pas hésité à saisir la presse pour faire passer l’information. Un parent d’élève sera même, d’après notre source, menacé de mort, car il est soupçonné d’avoir organisé la fuite dans la presse. La direction de l’institution saisie, s’est résolue finalement à traduire «les jeunes d’un week-end» devant le conseil de discipline.

Pour Madame Depardieu, le proviseur de l’institution Sainte Jeanne d’Arc que nous avons rencontré au sein de son établissement, «le conseil de discipline va statuer en son âme et conscience». A l’en croire, son établissement «a une ligne de conduite qui est le respect de la réglementation en vigueur». C’est pourquoi, ajoute-t-elle, «le conseil de discipline va statuer, sous peu.» Mais, elle a affirmé que selon la procédure «à titre conservatoire, la réinscription est suspendue». Le conseil pourra décider du renvoi des élèves. Dans ce cas, ajoute Mme Depardieu, «le recours est possible auprès de l’Ambassade de France». D’ailleurs, elle dit ne pas pouvoir s’étaler davantage sur les faits d’autant que l’Ambassade va diffuser un communiqué sur cette affaire. Mais aussi, dit-elle, parce que les faits se sont déroulés en dehors de son établissement.

LE LYCEE JEAN MERMOZ «NON CONCERNE»

Le même argument est développé par le proviseur du lycée français Jean Mermoz. Selon Claude Coulon que nous avons joint au téléphone, après être passé à son établissement sans l’avoir vu parce qu’absent des lieux. Pour lui, «les rumeurs distillées par un journal de la place» ne concernent nullement son établissement. Mieux, il n’y a pas eu de bagarres entre élèves à propos de ce viol que d’autres élèves ont commis, ajoute-t-il. Il dit vouloir s’en remettre au communiqué de l’Ambassade de France. Lequel communiqué devrait nous parvenir, selon Sonia Guyen, la chargée de communication de la coopération de l’Ambassade de France, au plus tard lundi.

Mais, ce ne sont pas seulement les deux proviseurs et l’Ambassade qui ont refusé de s’exprimer sur ce cas de viol. Les parents d’élèves que nous avons essayé d’interroger se sont emmurés dans un «silence éloquent». Selon eux, c’est une affaire qui s’est déroulée en dehors de l’établissement, ils n’ont pas à se prononcer, d’autant que c’est la fin de l’année scolaire.

Même son de cloche du côté des élèves qui refusent systématiquement de se prononcer. Sauf une ancienne, Nadine, qui dit l’avoir entendue auprès de ses amies. La phrase : «Je ne voudrais pas me prononcer sur cette affaire», semble être le mot de passe de tous ceux qui ont été interrogés.


Yathé Nara NDOYE
Source: Le Quotidien

Article Lu 1921 fois

Samedi 30 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State