Référence multimedia du sénégal
.
Google

Victime pour la deuxième fois Rosalie accuse un chef d’agence de l’avoir séquestrée et violée sous la menace d’un couteau

Article Lu 1576 fois

Décidément le destin aura joué de biens mauvais tours à la jeune Rosalie Manga. Alors qu’elle avait déjà subi les sévices d’un violeur à l’age de 6 ans, la voilà encore une fois devant le tribunal des flagrants délits, pour les mêmes faits. Elle poursuit un chef d’agence à qui elle s’était adressée pour trouver du travail. Ce dernier lui aurait promis un emploi. Et en lieu et place, il l’aurait séquestrée, violentée et violée sous la menace d’un couteau, selon les propos de Rosalie. Tandis que le mis en cause, avec véhémence, nie les faits.



Les faits se sont produits le 02 Mai passé, d’après les affirmations de la plaignante , Rosalie Manga , qui avait déjà été victime d’un viol à l’âge de 6 ans. Ce fameux jour, elle s’était rendue, en compagnie de trois de ses amies, dans une agence pour chercher du travail. Sur place, elles ont trouvé Pape Sarr, le chef d’agence et lui ont fait part de leur venue. Celui-ci, qui s’est montré enthousiaste, leur a proposé un entretien l’une après l’autre. Sans arrières- pensées, les filles passèrent chacune dans son bureau. Quand il eut fini de s’entretenir avec elles, il leur demande de repasser le lendemain. Seulement cette recommandation ne semblait pas s’adresser à Rosalie. Pape Sarr se tourne vers elle et la somme de revenir dans l’après-midi. Loin de se douter de ce qui l’attendait, la jeune fille accepta sans ambages. Pour ne pas arriver en retard au rendez-vous, elle décide d’aller prendre le repas chez un de ses parents, à quelques encablures de l’agence. À l’heure convenue, Rosalie se pointe sur les lieux. Pape Sarr la reçoit chaleureusement, puis l’invite à la suivre dans sa voiture. Prétextant qu’il allait lui montrer le matériel avec lequel elle allait travailler, il la conduit dans une maison vide à Grand-Yoff. Une fois à l’intérieur d’une chambre, il ferme la porte à double tour avant de sortir un couteau pour la tenir en respect. Son entreprise délictuelle bien menée, il la jette brusquement à terre. Malgré les débattements de la jeune fille, il réussit à lui enlever son jean. Comme un forcené, il met son body en lambeaux, puis s’attaque à son slip. Après l’avoir mise nue, il la pénètre de force. Son désir assouvi, il la renvoie avec des menaces. «Ce n’est pas la peine d’aller à la police de Grand- Yoff, car j’ai des amis là-bas. Et ne t’avise surtout pas de le dire à quelqu’un. Au cas contraire je paierai des agresseurs qui te feront ta fête.», a t-il lancé à la jeune fille. Celle-ci, les jambes à son cou, fila vite fait chez sa grande sœur et lui conte dans les détails sa mésaventure. Cette dernière lui demande de la conduire dare-dare à l’agence. Quand elles arrivèrent, le bourreau n’était pas présent. Résignées à s’en aller bredouille, mais aussi déterminées à porter plainte, elles retournèrent chez elles. Le jour même, Rosalie s’est rendue dans un poste de santé pour se faire délivrer un certificat médical. Le lendemain, elle est allée au dispensaire Nabyl Choukair pour des soins, puis à la Gendarmerie de la Foire. C’est ainsi que Pape Sarr a été appréhendé et déféré devant le procureur, malgré ses dénégations. Même s’il reconnaît avoir reçu la jeune fille dans son bureau, il soutient ne l’avoir pas revu e l’après-midi. D’ailleurs, il déclare n’avoir pas de chambre à Grand Yoff. Ses déclarations seront battues en brèche par la version d’un des témoins. Adji, l’une des filles qui accompagnaient Rosalie quand elles allaient chercher du travail, a soutenu que lors de son entretien avec Pape Sarr, celui-ci lui a demandé quand est ce qu’elle a vu ses dernières règles. Poursuivant, elle a confirmé que le prévenu avait demandé à Rosalie de revenir l’après-midi. Dans sa plaidoirie, l’avocat de la partie civile a réclamé que le prévenu soit maintenu dans les liens de la prévention, avant de solliciter 2 millions de dommages et intérêts. L’affaire a été mise en délibéré et le jugement devrait être rendu aujourd’hui même.

Maria Dominica T.Diédhiou
Source: L'observateur

Article Lu 1576 fois

Jeudi 21 Juin 2007





1.Posté par mounas le 21/06/2007 14:07
nafa sakh garab! 2 millions sakh dafa touty! daniou ko wara kharafalaat! ces violeurs méritent la prison à vie!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State