Référence multimedia du sénégal
.
Google

Vague de démissions de libéraux à la fédération de France : Le Pds rejoint le Macky

Article Lu 11093 fois

La création du nouveau parti de l’ancien président de l’Assemblée nationale commence à faire des ravages dans les rangs libéraux. Quatorze membres sur vingt-et-un que compte la fédération Pds de France ont démissionné pour rejoindre l’Alliance pour la République/Yaakaar de Macky Sall. Par contre, son secrétaire général, le député Amadou Ciré Sall, pourtant proche de l’ancien Premier ministre, continue le combat au côté de Wade.



Vague de démissions de libéraux à la fédération de France : Le Pds rejoint le Macky
C’est désormais officiel : la fédération Pds de France a volé en éclats. A l’agonie depuis plus de deux ans, elle a fait les frais de l’irruption du parti créé par Macky Sall, déchu du perchoir de l’Assemblée nationale. Quatorze de ses membres sur vingt et un ont décidé de rompre les amarres avec le parti au pouvoir, pour prêter allégeance à l’Alliance pour la République (Arp)/Yaakaar En tête de peloton de cette première saignée collective dans une fédération libérale, on retrouve le président Samba Koïta.

C’est dire donc toute la portée de l’acte, car la fédération se retrouve aujourd’hui coupée de sa tête. Parmi les démissionnaires, le coordonnateur chargé des structures, Djidéré Mbalo, le secrétaire à la Communication, Alioune Ndao Fall, le représentant de l’Ujtl, Tamsir Faye. Avec eux, d’autres libéraux ne faisant pas partie du bureau fédéral ont également officialisé leur démission. Il s’agit notamment d’Amadou Diallo, de la section de Beauvais, de Sana Camara, Abdoulaye Mbodj, Rougui Ly, Mamadou Talla, et Cheikh Gadiaga. Le point commun entre ces derniers est qu’ils sont tous membres de la Cellule initiatives et stratégies (Cis).

C’est dimanche dernier que cette démission collective a été entérinée. Ce jour-là, tous les libéraux favorables à l’ancien Premier ministre s’étaient donné rendez-vous au foyer Charonne pour débattre de la question. Mais, tout indique que leur décision était prise bien avant. Il ne restait plus qu’à l’officialiser. En effet, depuis le début des attaques contre Macky Sall, ce groupe de libéraux a toujours juré de partir avec lui si toutefois on le poussait à la sortie. Durant tout son bras de fer avec le palais, ils ne lui ont jamais caché leur soutien. Mais, curieusement, depuis qu’il a claqué lui-même les portes du Pds, c’est silence radio. Point de réunions officielles. Point de déclarations à la presse. Leur mutisme était tel qu’on commençait à se poser la question de savoir s’ils vont vraiment oser franchir le rubicon. Apparemment, ce n’était que stratégique. Ils attendaient l’officialisation du nouveau parti de Macky Sall. Tout comme ils ont toujours voulu prendre une décision commune, et l’annoncer en même temps : rester ensemble ou partir ensemble. Finalement, c’est cette dernière option qui a prévalue.

Cependant, si Samba Koïta est parti avec treize de ses «frères» du bureau, il a laissé derrière lui son secrétaire général Amadou Ciré Sall. Cela peut paraître surprenant pour beaucoup. Aux yeux de l’opinion, le député passe pour un farouche partisan de l’ancien Premier ministre. Ses amis partis, M. Sall a choisi donc de rester. «J’ai soutenu Macky Sall par principe jusqu’à ce que l’affaire soit arrivée au niveau de l’Assemblée nationale. Mon combat a pris fin à ce niveau», a-t-il déclaré, lorsque nous l’avons joint à Dakar. Non sans préciser : «Je reste au Pds. J’accompagnerai le président jusqu’en 2012. S’il se présente, je le soutiendrai ; s’il ne se présente pas, je verrai le candidat que je pourrais soutenir». Mais la manière dont ses «frères» quittent le parti n’est pas du tout à son goût. «Ce n’est pas élégant ce qu’ils ont fait. Ils auraient dû attendre que je rentre à Paris pour que je leur rende compte de la situation. Je ne m’attendais franchement pas à cette décision hâtive», a-t-il lâché. Avant de conclure : «Tous ceux qui veulent continuer avec moi au Pds peuvent le faire. Ceux qui ont choisi d’aller avec Macky sont libres de le faire. J’ai prévu de convoquer une Assemblée générale pour le 14 décembre. Je convoquerai tous les responsables du parti pour voir les choses avec eux, pour leur dire que je suis au Pds et je reste au Pds.»

De leur côté, les ex-libéraux, qui ne se sont pas contentés que de démissionner, ont dit tout le mal qu’ils pensent de leur ancien parti. Dans un communiqué signé par «l’ex-président de la fédération» et transmis à la presse hier, les nouveaux partisans de l’Apr n’ont pas fait dans la demi-mesure. Ils écrivent : «Si le critère le plus sûr que la démocratie définie comme régime de souveraineté nationale est la compétition, il s’en suit que toute entreprise de dévolution du pouvoir est contraire à la démocratie. Si dans une démocratie, comme régime de souveraineté nationale, la séparation des pouvoirs n’est pas respectée, mais au contraire, l’Exécutif s’empare de tous les pouvoirs, alors l’autoritarisme et la dictature sortent des ténèbres.

Force est de reconnaître que depuis le 27 février 2007, aux regards des actes posés par l’Exécutif, le régime de souveraineté nationale du Sénégal s’éloigne de plus en plus des principes démocratiques.» Et de poursuivre : «Le Pds au pouvoir, les militants et sympathisants libéraux s’attendaient, à ce qu’il soit cette force qui dirige et oriente la société sénégalaise. Qu’il existe, au service du peuple et pour le peuple, qui, s’est prononcé massivement en sa faveur un soir du 19 mars 2000. Qu’il exerce ses activités de parti politique au pouvoir, dans le cadre de la constitution que le président de la République a fait approuver par référendum en 2001.

Qu’il restaure la démocratie et non le régime précédent, encore moins imposer un régime monarchique.» Avant de porter l’estocade : «Le Sénégal est sens dessus-dessous et le désarroi menace le peuple. Le sort réservé à nos institutions, particulièrement le parlement, n’honore pas le Pds et son secrétaire général national. Un Sénat dont les membres sont nommés, mieux, le président du Sénat qui se trouve être la deuxième personnalité de l’Etat, est nommé par le chef de l’exécutif. Une Assemblée nationale dont le président peut être destituée à tout moment par les dispositions d’un règlement intérieur. L’utilisation de la Constitution à des fins privées non avouées.»

Correspondant permanent à Paris

Source: le Quotidien

Article Lu 11093 fois

Mercredi 3 Décembre 2008





1.Posté par info pds le 03/12/2008 10:13
bravo merci mé ami cé bien fé abdoulaye faye ce ministron é venu défié pds de france voila le resultat il trompe le président wade cé dé farceur !!

2.Posté par MP , PARIS le 03/12/2008 11:24
AVEC MACKY POUR LE DERNIER YAAKAAR !!!!! OSONS....................... YES WE CAN !!!!!

3.Posté par jalojery le 03/12/2008 14:55
Le combat politique auprès du Président WADE continuera malgré la défection de ces feuilles morte dont l’engagement au sein du parti n’était guidé que par des prébendes et des sinécures. Les vrais patriotes de l’hexagone sont encore plus que jamais engagés auprès de la politique du Président WADE et du pds afin qu’ils réussissent à relever les grands défis auxquels notre pays fait face. Ces défections ne feront qu’accélérer davantage ces milliers d’adhésions de sénégalais encore plus que convaincus de la grande ambition que nourrit le Chef de l’Etat pour son pays. Les bois morts et craquelant tomberont toujours en faisant du bruit alors que l’herbe fraîche pousse en toute douceur.

4.Posté par cour le 03/12/2008 18:29
amadou ciré sall se fout du monde. on sait qu'il est dérriere cette vague de démission. il ne peut pas les suivre parcequ'il est député, il risque de perdre son mandat et comme il est chomeur en france, ça va être dure pour lui. on connait le deal. c'est lui qui a fait de koita le président de la fédération aprés avoir évincé le vieux traoré réputé proche de la GC.il sait pertinemment que le président ne se représentera pas en 2112.il joue au plus malin.

5.Posté par kocc le 03/12/2008 19:53
Avec Macky sauvons le Senegal APR YAAKAAR YES WE CAN........................

6.Posté par turbo turpin le 03/12/2008 20:40
macky daye sope kifkif moome ak guorgui ga khamnè kou imbecile

7.Posté par dem le 03/12/2008 20:50
AMEDOU CIRE SALL SOIT POUR UNE FOIS HONNETE TU SOUTIENS MACKY TU RESTES AU PDS POUR BENEFICIER DES 2 COTES ARGENT ARGENT LES MILITANTS DE FRANCE NE VEULENT PLUS DE TOI TU AS FAIT TROP DE DEGATS LA REUNION DU DIMANCHE N'A PAS PU SE FAIRE SANS TON AVAL ALORS ARRETE TU N'AIMES PAS KARIM WADE OK

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State