Référence multimedia du sénégal
.
Google

VOLS DANS LES MARCHÉS HEBDO Les femmes battent le record

Article Lu 11225 fois

Elles sont nombreuses, ces dames qui fréquentent les marchés hebdomadaires. Si certaines y vont pour faire des achats, d’autres en profitent pour dérober, en usant de subterfuges pour tromper la vigilance des commerçants. Une situation très embarrassante qui détériore le climat de confiance entre acheteurs et vendeurs.



VOLS DANS LES MARCHÉS HEBDO Les femmes battent le record

Il est 11 heures, ce mercredi matin, au marché hebdomadaire de la Gueule Tapée de Dakar. Malgré la chaleur infernale qui y règne, les lieux refusent du monde. Hauts parleurs à la main, les vendeurs essaient d’attirer le maximum de clients. On peut entendre de partout les chants et les cris pour dire «morceau 100 Frs, morceau 300». Le marchandage était au rendez-vous comme à son habitude. Voilà que nous nous sommes approchés de quelques vendeurs pour les interpeller sur la question des cas de vols qu’ils subissent souvent. Ibrahima Sarr, habitant de Lansar, sur la Route de Rufisque, n’y est pas allé par quatre chemins : «Les femmes sont de grandes voleuses. J’en attrape très souvent. Mais, je m’en limite seulement à récupérer ma marchandise et les laisser partir. Elles volent tout ce qu’elles trouvent sous leurs yeux. C’est leur façon d’être. Même à Colobane, où j’ai ma cantine, les commerçants sont confrontés à ce même problème». A quelques mètres de lui, un Baol-Baol bon teint, répondant au nom d’Abdou Lahad Dieng, embouche la même trompette. Déplorant, d’emblée, les vols qu’elles se font entre clientes, notre interlocuteur ajoute : «Ces petits morceaux qu’elles nous volent ne méritent pas qu’on lève la main sur elles. Ce sont des femmes, on les protège du mieux qu’on peut, pour ne pas porter atteinte à leur honneur».

«Elles sont de grandes simulatrices»

Moussa Gueye lui, en ce qui le concerne, les taxent de grandes simulatrices. «Elles simulent souvent des achats et en profitent pour mettre des affaires dans leurs sachets. Après, elles te montrent trois habits qu’elle paie, alors qu’elles en ont pris plus. Quand je suis de bonne humeur, je les laisse partir. Au cas contraire, j’en fais un attroupement pour alerter les gens surtout si la fille fait la grande gueule avec moi», ajoute-t-il. Même si certains en font tout une histoire, d’autres, par contre, parlent d’une indulgence de leur part. Car, juste sous nos yeux, Kéba Sarr, habitant de Sicap Mbao, reprochait à une dame d’avoir payé la valeur de trois habits alors qu’elle en a pris 4. Interpellé sur ce geste, Kéba confie : «Ce n’est pas méchant. Je n’ai pas été vigilant. J’ai encaissé sans faire attention à ce qu’elle a pris. C’est difficile de contrôler tout le monde. Ce sont des choses qui arrivent».

L’omerta chez les … accusées

Par ailleurs, du côté des femmes, on ne préfère pas trop se prononcer sur la question. La plupart d’entre elles étaient trop avares en paroles et répondaient par «je n’en fais pas partie». Trouvée à l’intérieur d’une cantine, Mami Ndao accepte, à cœur joie, de se prononcer. «C’est comme un éleveur avec son troupeau. Il y en a ceux qui suivent et ceux qui dérapent. Comme pour dire qu’il y a des femmes qui viennent ici pour voler et d’autres pour acheter correctement et rentrer. J’ai été témoin de beaucoup de cas de vol sur ce marché hebdomadaire. Mais, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. La cinquantaine, une dame, qui a préféré témoigner dans l’anonymat, est plutôt sceptique. Elle répond que les femmes sont des travailleuses et ont des préoccupations autres que de venir voler dans les marchés. «Ça peut exister, mais je n’y crois pas», dit-elle. En tout cas, les commerçants ignorent les causes de ce phénomène. Car la marchandise est accessible à tout le monde et ne coûte pas cher.

Source: L'oservateur

Photo: Illustration (agence Kamikazz)

Article Lu 11225 fois

Lundi 15 Septembre 2008





1.Posté par aliou le 15/09/2008 16:34
du n'importe koi . ces articles a un sou

2.Posté par maman sira le 15/09/2008 16:38
c'est vraiment honteux que DIEU nous en préserve

3.Posté par wore le 20/09/2008 06:31
quand on a a peine de quoi manger, on en a encore moins pour s'habiller !

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State