Référence multimedia du sénégal
.
Google

VISITE DE NICOLAS SARKOZY AU SENEGAL: « Je rencontrerai les dirigeants de l’opposition »

Article Lu 1458 fois

Après la Libye, cap sur l’Afrique subsaharienne. Le président français Nicolas Sarkozy est attendu aujourd’hui à Dakar. Il s’était déjà rendu dans la capitale sénégalaise par le passé, mais, à l’époque, il était ministre de l’Intérieur. Aujourd’hui, c’est en tant que président qu’il fait le déplacement au Sénégal. Selon Rfi, Nicolas Sarkozy rencontrera le chef de l’Etat Abdoulaye Wade, avant de prononcer un discours sur les nouvelles orientations de la politique africaine de la France.



VISITE DE NICOLAS SARKOZY AU SENEGAL: « Je rencontrerai les dirigeants de l’opposition »
La rupture, c’est le maître mot de Nicolas Sarkozy. Il laisse entendre qu’il faut en finir avec les vieilles habitudes de la Françafrique, mais c’est en rendant visite à un partenaire traditionnel de la France qu’il entame sa première tournée en Afrique noire. Quand on écoute Nicolas Sarkozy, on devine cependant qu’il a cherché à sortir des sentiers battus, à aller ailleurs qu’au Sénégal et au Gabon, à l’occasion de sa première tournée africaine. Il a d’abord pensé à des pays anglophones comme l’Afrique du Sud ou le Ghana, ou encore un géant de l’Afrique centrale, le Congo Kinshasa. Pour la petite histoire, il a même mobilisé les ambassades de France dans ces différents pays pour lui préparer une visite. Et puis, finalement, comme il le dit lui-même, il est revenu aux « incontournables » et les incontournables, ce sont le Sénégal et le Gabon. Pourquoi le Sénégal ? Parce que « ce n’est pas un mauvais élève de la démocratie », dit-il. « Il est vrai toutefois que les législatives du mois dernier ne se sont pas bien passées, mais à Dakar, ce jeudi, je rencontrerai les dirigeants de l’opposition ». Et pourquoi le Gabon ? Parce qu’en Afrique, selon lui, « le doyen des chefs d’Etat est toujours un homme respecté et si je n’étais pas allé chez Omar Bongo, je l’aurais humilié inutilement ». Quelques journalistes lui faisant remarquer que ces deux étapes n’étaient pas franchement un signe de rupture avec la Françafrique de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy répondu alors benoîtement : « Oui, ce que vous dites est vrai, mais ce que je dis n’est pas faux », avant de conclure : « Je ne pouvais pas aller chez le Ghanéen John Kuffuor et faire l’impasse sur deux pays comme le Sénégal et le Gabon qui abritent des bases militaires françaises ». C’est donc le principe de réalité qui a prévalu.

Source: Nettali

Article Lu 1458 fois

Jeudi 26 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State