Référence multimedia du sénégal
.
Google

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES: 28% des sénégalaises brutalisées au quotidien

Article Lu 1848 fois

Dans 5 régions du Sénégal, 28% des femmes sont malmenées au quotient par leur conjoint. Ces violences faites aux femmes inquiètent la Communauté internationale.



VIOLENCES FAITES AUX FEMMES: 28% des sénégalaises brutalisées au quotidien
Une étude récente commanditée par le Fonds des Nations Unies pour la population (Fnuap) et le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (Unifem) sur 5 régions du Sénégal (Dakar, Kolda, Matam, Tambacounda et Ziguinchor) fait état de 28% de femmes victimes de coups et blessures dans leur foyer. C’est ce qu’a révélé, hier, Mme Cécile Mukarubuga, Directrice régionale de l’Unifem à l’occasion du lancement de la campagne des Nations Unies sur les violences faites aux femmes en Afrique de l’Ouest. Le domicile, espace de prédilection des femmes, est un lieu chargé de violences, déplore Mme Mukarubuga. Selon elle, le même phénomène est noté au «Mali où l’analyse des cas, soumis à la police judiciaire et à la justice en 2002-2003, montre que les violences physiques sont en majorité domestiques et conjugales. (…) Au Ghana, selon une étude appuyée par l’Unicef, 23% des femmes interrogées dans les 10 provinces du pays admettent avoir été battues», ajoute-t-elle.

Pis, ajoute la directrice régionale de l’Unifem, «le viol représente une proportion inquiétante des cas de violence (22% des cas de violation et environ 37,09% des cas de violence à l’égard des femmes dans 7 pays d’Afrique de l’Ouest)», s’indigne Mme Mukarubuga. Au Bénin et au Nigéria, 90,32% des victimes de viol ont au plus 20 ans dont 41,93% ont entre 18 mois et 10 ans et au Libéria 60% des victimes ont moins de 15 ans. A ce triste tableau se greffent les mutilations génitales. Si la Guinée (Conakry, NDRL) est le pays où l’excision est la plus répandue en Afrique de l’Ouest avec 96% des fillettes victimes de cette pratique. Le taux de prévalence, d’après l’Unicef, est de 92% au Mali, 77% au Burkina Faso, 71% en Mauritanie, 45% en Côte d’Ivoire, 28% au Sénégal, 19% au Nigéria et 5% au Ghana et au Niger, regrette la Directrice régionale de l’Unifem. «L’effectivité des lois contre les violences faites aux femmes est péjorée par les fortes résistances sociales et la méconnaissance de leurs droits par les femmes», dit Mme Mukarubuga. Elle propose ainsi «l’adoption et la mise en œuvre par nos pays de plans d’action garantissant la jouissance par les femmes d’un environnement libéré de toutes formes de violences». Aussi recommande-t-elle que les cadres de financement du développement adoptés par les Etats africains intègrent la lutte contre les violences faites aux femmes et affectent des ressources à ce volet qui a un impact sur la promotion du développement humain durable».

Le cas Daddis inquiète plus que jamais

Le représentant du Secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest s’est attardé sur les récents massacres intervenus au pays de Daddis Camara. Et c’est pour revenir sur les images d’une horreur sans précédent. «Les récentes images sur les massacres au stade du 28 septembre en Guinée doivent susciter une prise de conscience et, surtout, une mobilisation de tous pour combattre cette violence orientée vers le genre. La communauté internationale doit agir», a-t-il martelé. «Nous devons agir. Il est temps d’agir. Ces violences faites aux femmes sont extrêmement graves avec des coûts inestimables surtout de conflits armés. Elles sont une entrave à la réalisation des objectifs du millénaire», se désole le diplomate. «L’impunité persiste. Il faut y mettre un terme. Ceci exige une mobilisation de tous. Quels que soient le contexte et les circonstances, aucun gouvernement ne doit tolérer les violences faites aux femmes», insiste-t-il.

Jean Pierre Mane
Source L'Observateur

Article Lu 1848 fois

Vendredi 27 Novembre 2009





1.Posté par lamine le 27/11/2009 16:59
En tous les cas, moi je trouve que les hommes qui battent leurs femmes sont des lâches, moi je la frappe ...mais seulement au lit et lui couvrant de caresses et de baisers. Une femme n'est pas faite pour être battue, c'est une pratique barbare et d'un autre siècle.

2.Posté par rose le 04/12/2009 11:16
yow yama saf way
li rey na wayyyyyyyyyyyyyyyyyy

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State