Référence multimedia du sénégal
.
Google

VIOLATION DE DROITS DE L’HOMME: La MFWA exhorte que Yahya Jammeh soit jugé

Article Lu 1657 fois

La Fondation des médias de l’Afrique de l’Ouest (MFWA) a appelé samedi à ce que le président gambien Yahya Jammeh soit jugé au Tribunal pénal international (TPI), pour violation des droits de l’Homme.



VIOLATION DE DROITS DE L’HOMME: La MFWA exhorte que Yahya Jammeh soit jugé
Cet organisme basé à Accra mentionne particulièrement "l’horrible assassinat en juillet 2005 d’une cinquantaine de ressortissants ouest africains, dont 44 ghanéens", qui auraient été arrêtés en Gambie alors qu’ils s’embarquaient à bord de leur bateau pour l’Europe. Le directeur exécutif de la MFWA, Kwame Karkari, qui a rendu publiques les décisions prises par l’association lors d’une rencontre de deux jours à Accra, a déclaré que les médias sont victimes d’une répression sévère en Gambie. Il a ainsi précisé qu’en plus de la plainte auprès du TPI, la fondation usera de plusieurs moyens dans sa campagne pour mettre la pression sur le président Jammeh. Selon M. Karikari, dans le cadre de cette campagne qui cible le président Jammeh et les membres de son gouvernement ainsi que leurs familles, la fondation appellera à un boycott touristique, une interdiction de voyage en Gambie, ainsi qu’un arrêt de l’assistance étrangère offerte à son armée et ses forces de sécurité. Il a souligné que la MFWA envisage aussi d’organiser des rassemblements et des mouvements de protestation contre les autorités gambiennes à l’occasion de leurs missions diplomatiques dans la sous-région.

Cette campagne contre le président Jammeh devrait également se poursuivre lors de la journée africaine des droits de l’Homme, la journée mondiale des droits de l’Homme, ainsi que lors de grandes rencontres organisées par des organismes ouest-africains et internationaux, selon la feuille de route de l’organisation de défense de la presse.

M. Karikai a également appelé le président en exercice de l’Union africaine (UA), le président ghanéen John Kufuor, à mettre davantage de pression sur le président Jammeh, "pour qu’il respecte les droits de ses ressortissants et des autres africains vivant en Gambie".

Il a en outre annoncé l’intention de la fondation de mobiliser le Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour obliger le gouvernement gambien "à cesser de violer les droits humains".

Plusieurs organismes des droits de l’homme avaient critiqué le président gambien pour son refus de coopérer dans le cadre de l’enquête sur ces assassinats en 2005, rappelle-t-on. Plusieurs délégations avaient notamment été envoyées en Gambie par le gouvernement ghanéen pour enquêter sur ces meurtres, sans bénéficier du soutien du gouvernement gambien dans le cadre de leurs investigations sur cette affaire, dénonce la MFWA.

Les victimes des assassinats de 2005, auraient été accusées de tenter de renverser le régime du président Jammeh et exécutées sur l’ordre su chef de l’Etat gambien, selon toujours l’organisation, qui révèle qu’un survivant parmi ces personnes, le ghanéen Kwame Kyere âgé de 28 ans, avait relaté comment ses compagnons ont été assassinés.

Source: PANA

Article Lu 1657 fois

Lundi 12 Novembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State