Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ VIDEO ] FINALE EURO 2008: L'Espagne championne (Résumé)

Article Lu 12745 fois

Quarante-quatre ans après, l'Espagne s'est offert le deuxième sacre européen de son histoire en dominant l'Allemagne (1-0) en finale. Dépassés durant la quasi-totalité de la rencontre, les Allemands n'ont jamais pu contester le titre des Espagnols, acquis grâce à un but de Fernando Torres.



[ VIDEO ] FINALE EURO 2008: L'Espagne championne (Résumé)
Ce n'est plus qu'un mauvais souvenir. Croiser Michel Platini aux abords de la pelouse, un soir de juin, lors d'une finale de Championnat d'Europe, n'aura désormais plus un goût amer pour l'Espagne. Vingt-quatre ans après sa défaite face à la France (2-0) et le coup franc du désormais président de l'UEFA, la Roja n'a pas trébuché une nouvelle fois en finale du Championnat d'Europe. Les larmes de tristesse et l'erreur d'Arconada ont été effacées, dimanche soir à Vienne, par des larmes de joie et un rempart infaillible durant l'ensemble du tournoi, Iker Casillas. Héros du quart de finale face à l'Italie, remporté aux tirs au but, le portier du Real Madrid n'a pas été décisif contre l'Allemagne. Tout simplement parce qu'il n'en a eu ni le besoin, ni l'occasion. Les Espagnols ont dominé la finale, presque d'un bout à l'autre, et obtenu la récompense que leur prestation méritait. Cela n'est pas toujours le cas, encore moins lorsque l'adversaire prend les traits de la Nationalmannschaft, capable de refroidir les meilleures des intentions par son mental d'acier et son réalisme glacial.

Leurs recettes du succès, les Allemands n'ont pas su les appliquer face à l'Espagne. Deux ans après l'échec en demi-finale de leur Coupe du monde, puis l'abandon d'un football presque total, ils ont constaté que leur retour en arrière n'était peut-être pas si bénéfique. La volonté de Joachim Löw de se montrer plus prudent dans ses choix que son prédécesseur, Jürgen Klinsmann, n'a pas offert à son équipe une meilleure assise défensive. Point noir de l'Allemagne depuis le début de la compétition, la perméabilité de son arrière-garde n'a pas trouvé compensation à l'autre extrémité du terrain. Pour la première fois en six matches, ses attaquants sont restés muets. Faute de vraies solutions dans le jeu. Faute, aussi, d'avoir perdu ce réalisme cinglant qui avait noyé l'étincelle turque en demi-finale (trois tirs cadrés pour trois buts).

Un seul tir cadré allemand

Les Allemands n'ont presque pas frappé au but, dimanche soir, car étouffés par la maîtrise technique de l'Espagne au milieu de terrain, sa cohésion, et sa facilité à vite se projeter vers l'avant. Mettre en danger le bloc ibèrique, Ballack et ses coéquipiers n'y sont parvenus qu'à de rares moments. Ils ont pris en main le premier quart d'heure de la partie, sans trouver de position de frappe, que ce soit Klose après une interception dans l'axe qui aurait pu changer la donne d'entrée (3e), ou sur un centre de Ballack (8e). Ce dernier, à l'aube de la dernière demi-heure, a eu au bout du pied droit la seule occasion véritable de la Nationalmannschaft, sur une volée venue flirter avec le montant droit du but de Casillas (59e). Mais le joueur de Chelsea, pas au mieux et certainement gêné par son mollet droit, a très peu pesé sur le jeu de son équipe, ne pouvant l'exhorter à faire mieux. Il a ainsi ajouté une nouvelle finale perdue à son palmarès...

L'Espagne, elle, a su parfaitement gérer l'absence sur blessure de Villa. Prouvant que son buteur fétiche, meilleur réalisateur du tournoi (4 buts), était loin de constituer le seul atout de son jeu. La deuxième période de la demi-finale contre la Russie l'avait laissé penser, le match face à l'Allemagne l'a confirmé : organisée en 4-5-1, la Roja a été capable de se montrer encore plus dangereuse. Et Torres a pu s'exprimer pleinement sur le front de l'attaque. En manque de réalisme face aux Russes, il n'a eu besoin que d'une tête sur le poteau pour ajuster la mire (22e). Lancé en duel dans l'espace avec la défense allemande à multiples reprises, "El Niño" a signé l'unique but de la finale peu après la demi-heure de jeu, lors d'un duel parfaitement négocié avec Lehmann (1-0, 33e).

Le gardien allemand, cible des critiques face à la Turquie, a fait ce qu'il pouvait face aux vagues rouges, sortant trois parades décisives d'affilée (67e, 68e, 69e). Il a préservé l'espoir, que le manque de réussite de Senna a fait perdurer (81e). L'Espagne n'a pas creusé l'écart. Mais n'a pas vraiment tremblé, malgré ce petit soupçon de suspense qui pesait dans les ultimes instants du match, réminiscences des moments de gloire de son adversaire allemand. La Nationalmannschaft avait battu la Turquie sur le fil au tour précédent, et s'était offert son dernier titre, lors de sa précédente finale (à l'Euro 1996), grâce à un but en or. Ce n'est plus qu'un doux souvenir.

Source: Eurosport.fr


Article Lu 12745 fois

Lundi 30 Juin 2008





1.Posté par scorp le 30/06/2008 10:58
el curso sin el error.
la felicitación usted lo merece

2.Posté par kine le 30/06/2008 11:29
graciass los espanoles

3.Posté par tennager le 30/06/2008 21:50
si que podemos gracias españa


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State