Référence multimedia du sénégal
.
Google

[VIDEO] DIOUF SUR LA DEMISSION DE KASPERCZAK: ''Je suis dégouté...''

Article Lu 12872 fois

Après le revers subi par les « Lions de la Téranga » face aux « Palancas Negras » d’Angola à la 26e Coupe d’Afrique des nations (1-3), El Hadji Ousseynou Diouf, capitaine de l’équipe du Sénégal, dit regarder devant. Il évoque déjà les éliminatoires de la Coupe du monde 2010 et appelle à l’union des cœurs. L’enfant terrible du football sénégalais, invité de la Radio futures médias (Rfm), crache ses vérités.



[VIDEO] DIOUF SUR LA DEMISSION DE KASPERCZAK: ''Je suis dégouté...''
L’aventure ghanéenne semble mal finir… Si on pense à ce qui s’était passé en Egypte, on s’était qualifiés. Maintenant, on va faire face et gagner le dernier match et puis on verra. Je dis qu’un match de football n’est jamais gagné d’avance. On gagnera si on joue bien, si on ne prend pas de but, parce qu’on a une équipe qui marque des buts. Dans cette compétition-là, on a pris beaucoup de buts, ce qui n’arrivait jamais ou très rarement au Sénégal. Mais chaque fois qu’on a pris beaucoup de buts, ça nous a coûté l’élimination. On est une équipe, je suis dedans et je suis responsable aussi, parce que je ne lâcherai jamais mes coéquipiers et mes amis. C’est comme ça, c’est le football. Comme on le dit, il y a des moments ça marche, il y a des moments ça marche pas. On est des professionnels, on doit réagir et on va bien réagir.



Vous attendiez-vous à ce scénario un peu compliqué ?

Du tout. On ne s’attend jamais à ça. On ne s’attend jamais à des scénarios pareils, on est des compétiteurs, on veut gagner tous les matches. Maintenant, il y a un bon Dieu quelque part, qui décide pour tout le monde. Il a décidé pour nous et on va faire avec.

Où les choses bloquent-elles souvent, concernant l’équipe nationale ?

Je dirais sur la concentration. On menait 1 à 0, les autres sont revenus. La dernière fois on menait 2 à 1, ils sont revenus. Donc, c’est question de concentration, mais, comme je dis, je me mets dedans, on est tous fautifs. Il appartient aux Sénégalais et aux joueurs de rester très forts. On sait que c’est dur, c’est dur pour nous aussi. Mais il ne faut pas qu’on fasse n’importe quoi, parce qu’il y a les éliminatoires de la Coupe du monde qui arrivent bientôt. Moi, que je sois sélectionné, que je ne sois pas sélectionné, que les cadres ici soient sélectionnés ou ne le soient pas, aujourd’hui, il faut positiver et se dire une chose : on a perdu quelque chose, mais demain on sera peut-être à la Coupe du monde en Afrique du Sud. Et il faut davantage préparer cela. Que je sois là ou pas, il faut préparer la Coupe du monde en Afrique du Sud et pour cela, il ne faut pas faire n’importe quoi.

Qu’est-ce que cela vous fait de voir des Rigobert Song continuer à jouer en équipe nationale ?

Voyez l’équipe qu’on avait. D’un seul coup, les Sénégalais ont commencé à dire que cette équipe-là elle est vieille, que Fadiga ne joue pas, Salif Diao ne joue pas dans son club, qu’Aliou Cissé ceci et cela, il est vieux, Ferdinand Coly est vieux. Or, une équipe, c’est quelque chose de précieux, c’est quelque chose qu’on forme, c’est un groupe qui vit. On l’avait, cette équipe-là. Moi, je ne parle pas du présent, je parle d’avant, cette équipe-là, on l’avait et les Sénégalais ont tout fait pour la casser. Aujourd’hui, ils l’ont cassée, il faut former un groupe. Et ce groupe-là, cela ne fait pas longtemps qu’il est là. Donc il faut se dire une chose : on avait un groupe, les Sénégalais nous ont séparés, maintenant on forme un autre groupe, ça ne marche pas. Donc il faut voir où est le problème. Il faut laisser l’entraîneur qui est là travailler tranquillement avec sa tête, lui donner les moyens de travailler et le laisser faire. Je crois que si on fait cela, le bon Dieu pourra nous aider.

Voulez-vous dire que les entraîneurs subissent des pressions ?

Bien sûr. Beaucoup d’entraîneurs on subi des pressions ici, beaucoup d’entraîneurs. Si je prends le cas de Bruno Metsu, quand il partait, il ne voulait pas partir. Je suis très bien avec Bruno, jusqu’à présent on s’appelle au téléphone. Bruno, son rêve, c’était de rester avec le Sénégal, faire pas mal de choses avec le Sénégal. On l’a poussé à la porte. Il faut qu’on se regarde, nous les Sénégalais, en face et se dire la vérité. Comme on le dit, quand on est dans nos clubs, nous tous on pète la forme, mais quand on vient en équipe nationale, il y a des choses qui calent. Il y a bien quelque chose.

C’est quoi ça ?

J’essaie de trouver aussi. Je me dis : c’est quoi ? Donc, il faudra laisser les entraîneurs qui sont là, cesser de mettre la pression à certains joueurs ou bien essayer de parler pour ne rien dire. Aujourd’hui, si on veut faire quelque chose dans l’avenir, parce que la Coupe du monde cela va aller très vite, peut-être que cette Coupe d’Afrique-là est finie, si c’est le cas, il ne faut pas faire n’importe quoi. Moi que je reste dans l’équipe ou bien que je ne reste pas, aujourd’hui, j’ai une vie et le Sénégal fait partie de ma vie. Je suis un homme de défi et j’aime mon pays et je défendrai toujours les couleurs de mon pays tant qu’ils feront appel à moi.

Source: Nettali

Article Lu 12872 fois

Mercredi 30 Janvier 2008





1.Posté par deugeu deugeu le 30/01/2008 04:30

yaw diouf war gua wakh dara topal feulé, nguanane éliminatoire coupe du monde boudé angola moléne door 3 si béne mi temps khar léne ba bénéne ékipe diape léne nguéne khame

2.Posté par WEUZA le 30/01/2008 09:43
diouf ne pense jamais a jouer encore une coupe du monde car ton age ne te permettra pas en 2010 de jouer soyons serieux nak tu auras 38 ans et on ne va pas te laisser encore peut etre entaineur c possible

3.Posté par mana le 30/01/2008 10:24
c toi qui dégoute le peuple

4.Posté par DIOULABI le 30/01/2008 16:15
EHHHH::ARRÊTEZ CES HISTOIRES ! C´EST A LA FEDERATION DE PRENDRE DES MESURES POUR POUVOIR INTEGRER LES LOCAUX EN LES PREPARANT. METTRE SUR PIED UN GROUPE D´ANCIENS INTERNATIONAUX MOYEN BIEN SÛR UN SALAIRE - CE GROUPE SERA CHARGE DE SUIVRE LES TALENTS Á TRAVERS LES NAVETANES DANS TOUTES LES REGIONS DU PAYS POUR ENSUITE LES INTERNER ( GENRE ECOLE NATIONALE DE FOOT) , LES SUIVRES DE PRES QU´ILS AIENT D´ABORD LA NOTION DE PATRIE ET DISCIPLINE- JE PENSE QUE C´EST CELA MÊME L´AVENIR DU FOOT SENEGALAIS- SALAAM.........

5.Posté par musa le 31/01/2008 03:20
vous ne vous rendez pas compte de la destruction psycologique que ce groupe d'individus sont entrain de faire sur les enfants du SENEGAL.dIouf et compagnie sont des pedophiles ces gens ne sont plus des atlethes mais des victimes de la richesse que cet activite si noble et si saint qu'est le football leurs a rapporte je croi ce qu'il faut enseigner dans nos ecoles c'est la notion de la famille

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State