Référence multimedia du sénégal
.
Google

VICTIME DE LA GUEGUERRE POLICE-PRESSE: Un journaliste injustement enfermé pour une chaise volée par son voisin

Article Lu 1641 fois

"Nopil" est journaliste de son état, connu dans beaucoup d'organes pour son calme, mais méconnu par certains confrères, juste parce qu'il rase le mur, sans tapage. Mais, le sort a voulu qu'en tant que journaliste, il soit la proie de la hargne anti-presse d'une dame, inspecteur de police, qui l'a fait enfermer, avec sa soeur, pour un vol de chaise commis par un voisin. "Nopil" et sa soeur ont été libérés au tribunal hier, lavés de tout soupçon, mais victimes de la guéguerre Presse-Police.



Pour des besoins de confidentialité, les noms des protagonistes ont été changés. Mais, c'est une affaire des plus sérieuses, qui a mobilisé l'attention et la tension de quelques confrères qui ont obéi au choix d'intimité fait par "Nopil". Lundi 6 octobre 2008. Nopil rentre chez lui, à Fass Delorme, après une journée passée à courir derrière les informations et à alimenter l'organe de presse dans lequel il travaille actuellement. Un journal privé sis à Fass Paillotte. Et justement, c'est le commissariat situé non loin de là, celui du Point E, qui a débarqué deux agents de police, pour perquisition au domicile de "Nopil", surpris de cette intrusion. Et le fruit de cette perquisition, une chaise neuve, déposée là par un voisin, sous forme d'objet mis en garde et en gage.

En fait, le vieux Grov avait subtilisé la chaise à son patron Noé. Et il était venu très tard dimanche 5 octobre chez Nopil lui dire qu'il avait besoin de 1.000 francs Cfa pour régler une affaire, et qu'il laissait en gage la chaise neuve que lui a offerte son patron Saliou. Devant le refus de Nopil de prendre le meuble, le vieux lui dit qu'il se fait tard pour qu'il traîne l'objet jusqu'à chez lui. L'insistance du vieux Grov pousse Rabi, soeur de Nopil, à faire accepter l'objet. Mais, arrêté, Grov conduit les policiers chez Nopil, comme étant la personne qui a acheté la chaise volée.

Sur les lieux, la police embarque tous les protagonistes, sans distinction, pour aller "clarifier" au commissariat. Et c'est là où le bât a blessé. Madame Adjointe du Commissaire lance une plaisanterie en voyant la carte de presse de Nopil : "Tu es journaliste? Vous qui insultez les policiers, vous vous retrouvez aussi dans des affaires louches? On va te faire voir ce que c'est que la prison". Boutade ou engueulade, malgré les dénégations de Saliou le patron qui veut coûte que coûte retirer sa plainte, puisque l'objet du délit est retrouvé et qu'on sait quand même qu'il n'y a qu'un voleur, le vieux Grov, Mme l'Inspecteur a tenu à faire coffrer et le journaliste et sa soeur.

Et dès le lendemain matin, le mardi, elle s'est levée tôt pour venir faire son procès-verbal et faire déférer les prévenus, qui sont restés en cellule jusqu'à vendredi. Hier, l'avocat de la partie civile ne comprenait même pas pourquoi on a mis au gnouf durant 3 jours et 3 nuits Nopil et sa soeur Rabi, pour une affaire réglée déjà le même jour, puisque le voleur avait reconnu sa faute et demandé pardon à son patron. De son côté, l'avocat de la défense n'a pas fait dans la dentelle pour critiquer cette procédure vite enclenchée, non pas pour accélérer les formalités, mais juste pour faire garder une personne sous les verrous. Libérés de tout soupçon, Nopil et Rabi en sont à se demander s'ils ne porteront pas plainte contre cette dame qui a confondu célérité et méchanceté dans le traitement d'une affaire.

Source: le Matin

Article Lu 1641 fois

Samedi 11 Octobre 2008





1.Posté par serigne bi le 11/10/2008 09:28
Cet article c'est de l'imaginaire et juste une création d'esprit.
Attention à tous ces écrits. Les journalistes si coorporatrices et si prompt à défendre leurs collegues,vous pensez qu'ils vont prendre des gants pour defendre un des leurs.Il faut qu'ils arretent aussi de croire qu'ils sont une race au dessus du commun des sénégalais

2.Posté par inform le 12/10/2008 16:57
journalistes nio dakk féen fi




ay domaram laniou rek

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State