Référence multimedia du sénégal
.
Google

VENEZUELA - Référendum : Chavez désavoué

Article Lu 1423 fois


Un séisme politique a ébranlé le Venezuela, hier, après le camouflet reçu par le président Hugo Chavez, dont la réforme-phare, visant à fonder un Etat socialiste, a été rejetée lors du référendum de dimanche.

Caracas - Les électeurs ont infligé un premier revers électoral historique au chef de l’Etat, qui avait remporté tous les scrutins depuis son élection en 1999, à la tête de ce riche pays pétrolier.

Connu pour ses diatribes virulentes contre les Etats-Unis, cet ancien officier putschiste de 53 ans a reconnu avec calme sa défaite, en admettant la "tendance irréversible" du scrutin. Peu de temps auparavant, le Conseil national électoral (Cne), pressé de s’exprimer par l’opposition afin de ne pas exacerber un climat tendu, avait annoncé une légère majorité de plus de 50 % pour le "non". "A présent, Vénézuéliens et Vénézuélienne, faisons confiance aux institutions", a clamé le chef de l’Etat, revêtu de sa traditionnelle chemise rouge, durant un discours d’une heure au palais présidentiel, au cours duquel il a souhaité que "la tension baisse désormais". "Je ne suis pas triste", a-t-il assuré, avant de féliciter des opposants qualifiés il y a peu de "traîtres à la patrie", à la solde d’un "empire américain" qu’il menaçait de priver de pétrole.

L’annonce de sa défaite a aussitôt suscité des scènes de liesse et d’embrassades dans les rues de Caracas, où les sympathisants de l’opposition ont tiré des feux d’artifices.

Nouveau héros de l’opposition, l’ex-ministre de la Défense, Raul Baduel, ancien compagnon d’armes de M. Chavez, a exhorté le Venezuela à "construire une véritable démocratie".

Le projet de révision constitutionnelle avait pour but de renforcer les pouvoirs de cet ancien officier putschiste de 53 ans, en lui conférant le droit de se présenter indéfiniment à la présidentielle et de censurer la presse en situation de crise.

Proche allié de Cuba et de l’Iran, le régime vénézuélien voulait en outre inscrire dans la loi fondamentale l’établissement d’une économie collectiviste, interdisant les privatisations et supprimant l’autonomie de la Banque centrale. M. Chavez a toutefois assuré que la "victoire à la Pyrrhus" n’allait pas faire "changer une virgule" à son projet socialiste. Selon lui, le score du "oui" représente un "pas important vers la révolution socialiste" car ses électeurs ont fait front à "un bombardement médiatique". "Chavez a surestimé sa puissance. Il a surestimé la capacité à pouvoir endosser une réforme qui était rejetée dès le début", a expliqué le politologue Vincente Leon, estimant que son projet était "trop radical".

Frappé par la limitation des mandats, l’actuel président se voit en théorie obligé de quitter son poste dans cinq ans, un affront pour celui qui affirmait durant la campagne que son règne allait durer "jusqu’en 2050".

L’historienne Margarita Lopez Maya a estimé que le verdict des urnes constituait une "défaite personnelle du président car il a transformé le référendum en plébiscite".

"Chavez va survivre, mais il sera forcé de repenser aux étapes de son projet et aux moyens de persuader la population", a-t-elle prédit.

Le président vénézuélien n’a d’ailleurs pas dit autre chose lui-même. "Pour l’instant, nous n’avons pas gagné", a-t-il souligné, en allusion à la formule célèbre qu’il avait prononcée après l’échec du premier coup d’Etat qu’il avait tenté le 4 février 1992.

Source: AFP

Article Lu 1423 fois

Mardi 4 Décembre 2007





1.Posté par Nous irons cracher sur ta tombe le 04/12/2007 19:23
Voici l'article que j'attendais pour citer en exemple le peuple vénézuélien. Hugo Chavez est très aimé chez lui, et pour tout vous dire, je partage ce penchant. Mais entre l'amour et la vigilance que doit avoir un peuple sur la chose politique, le Venezuela vient de faire une démonstration que doit suivre le Sénégal. Wade est loin d'être comparable à Hugo Chavez trés respecté et lucide dans ses prises de position. La majorité qui a voté (?) A. Wade n'est pas non plus à comparer aux vénézuéliens... Avis aux observateurs... à suivre


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State