Référence multimedia du sénégal
.
Google

VEILLEUR DE NUIT: Entre mépris des employeurs et l’insécurité de la rue

Article Lu 11179 fois

Le métier de veilleur de nuit devient de plus en plus risqué pour les personnes qui l’exercent. En effet, ces derniers rencontrent souvent d’énormes difficultés dans l’exercice de leurs fonctions car, mis à part le fait d’être très souvent ignorés par leurs employeurs, ces veilleurs de nuit sont souvent exposés aux attaques des voleurs hyper armés, et qui n’hésitent pas à leur tirer dessus. Ils n’ont souvent pour seules armes que leurs gris-gris, un gourdin et un sifflet.



VEILLEUR DE NUIT: Entre mépris des employeurs et l’insécurité de la rue
Ablaye est un ancien militaire. Libéré il y’a juste un an, il a décidé de se reconvertir en veilleur de nuit. Un métier très difficile qui demande une grande vigilance et beaucoup de sang froid. Veilleur de nuit dans une maison huppée des Sicaps, Ablaye prend son service à partir de 19 heures, et se termine le lendemain à 8 heures du matin pour un salaire de 50.000 Fcfa. «Ce métier est très difficile et ici dans les Sicaps, à partir de minuit, on ne voit plus personne et les nuits sont très longues». Niokhor lui, a quitté son Fumela natal en espérant avoir une vie meilleure dans la capitale pour pouvoir aider sa famille. La vie à Dakar n’est pas des plus faciles pour ce villageois qui se retrouve subitement dans un milieu différent de celui qui était le sien, et qui se voit obligé de se débrouiller pour survivre. Niokhor est passé par plusieurs métiers notamment la cordonnerie, laveur de voiture, marchand ambulant avant d’exercer celui de veilleur de nuit. Pour son nouveau métier, Niokhor énumère des problèmes à la pelle. «Ce qui me fait mal, c’est que très souvent, nos patronnes nous considèrent comme des moins que rien. Elles n’ont aucune considération pour nous, c’est à peine si le chien de la maison n’est pas plus important que nous. Dans la maison où je suis gardien, j’achète mon dîner et mon petit-déjeuner sinon, ce qu’il me propose ce sont souvent les restes de la famille et ça, je ne le mangerai jamais même si je dois mourir de faim». Pour Ablaye, «il est frustrant de voir comment les familles se comportent à l’endroit de leurs gardiens. On mange après eux, et souvent toute la nuit on reste sur une chaise. Mais le plus grave, c’est qu’ils nous interdisent même d’utiliser les toilettes de la maison». Ces veilleurs de nuit subissent ainsi au quotidien, les humeurs et humiliations de leurs employeurs et quelques fois même, font la course des enfants du patron où servent de porteurs de bagage de leurs patronnes au marché. Quel que soit l’âge, ces derniers sont classés comme des personnes de moindre envergure, qui doivent servir à tout, sans avoir droit à la parole. Et pourtant, malgré tout cela, Ablaye exerce son métier avec le plus grand respect et sans doute que sa formation militaire y est pour quelque chose. «Par principe, je me refuse de dormir la nuit car, c’est mettre d’abord en danger ma vie et celle de mes patrons» Pour Niokhor par contre, cela n’a aucune importance. «Quand j’ai sommeil, je vais dormir car, avec un salaire de 30.0000 Fcfa ce n’est pas suffisant et je dois le matin, chercher à faire d’autres petits boulots car je suis aussi plombier ». Et qu’en est-il de leurs sécurités ? Pour Ablaye, sa formation de militaire lui a permis au moins de maîtriser certaines règles de self-défense. Dans son quartier des Sicaps, la plupart des maisons ont un veilleur de nuit ou un vigile devant sa porte. C’est d’ailleurs, une des causes qui font qu’il n’y a pas beaucoup de voleurs car, les veilleurs de nuit s’organisent pour effectuer la nuit des rondes. «Puisqu’il peut y avoir des problèmes, on fait tout pour nous entraider car, nous ne disposons d’aucune arme si ce n’est un sifflet et des gourdins. Certains parmi nous sont par contre invulnérables aux balles de pistolet et aux armes blanches ». Une armada qui ne semble tout de même pas suffire face à la détermination des voleurs et à la cruauté des agresseurs. «C’est pour cela qu’il est important de ne pas s’endormir, et de garder l’œil toujours ouvert» selon Ablaye. Par contre pour Moussa, il ne faut pas prendre des risques inutiles. «Ce n’est pas avec un salaire de 30,000 Fcfa que je vais risquer ma vie face à des voleurs hyper armés. C’est un combat perdu d’avance car, avec un sifflet et un gourdin, je me demande bien quelle résistance on peut opposer contre des voleurs armés de pistoles automatiques. Moi, quand je suis face à de telles situations, soit je réveille toute la maison ou alors, je prends la fuite pour chercher de l’aide car, de plus en plus les voleurs n’hésitent pas à tuer». Ainsi, tous ces risques font que ces veilleurs de nuit sont exposés aux dangers de la rue. Face à des patrons souvent indifférents, la plupart des veilleurs de nuit estiment qu’en cas de pépin, il faut sauver sa peau au lieu de jouer aux héros. Ce métier est très souvent exercé par des personnes qui n’ont aucune notion de base des règles de self-défense, et s’exposent à la cruauté des voleurs, qui n’hésitent plus à tuer sans état d’âme.

Samba Sy

Source: 24 Heures chrono

Article Lu 11179 fois

Mardi 26 Mai 2009





1.Posté par bara mbacké le 26/05/2009 21:34
ta raison niokhor il faut pas mourir pour 30000fca et pour te faire respecter il faut baiser ta patrone quand son mari part en voyage tu verras y'aura plus de respect té sakh si elle a une belle fille baise la aussi ngua motal .Senegalais boulaye faye rek doula recpecter

2.Posté par mass le 26/05/2009 23:20
Bonjour,
Après des vacances de 2 mois passés au Sénégal, je tenais à vous faire part de ce qui m'a plu, ce qui m'a déplu, ce qui m'inquiète et ce qui m'encourage au Sénégal en vrac.

Ce qui m'a plu:
Revoir mes parents (mon père et mère) agés de 82 et 75 ans et mes ami(e)s
Les nouveaux taxis jaunes
La sincérité des paysans à Kébemer, Louga, Kaffrine, Tivaouane, Saint Louis...
L'acceuil des gens du vrai Sénégal (les paysans en particulier)
La transformation de Dakar et en particulier de la corniche et des bretelles de sorties
Les belles filles sénégalaises
Impressioné par la boite de Thione Seck
Le nombre impressionnant de jogger de la corniche en fin de journée et d'athlètes althérophiles
Le nombre impressionnant d'athlètes sur les plages des Parcelles Assainies

Ce qui m'a déplu
Le nombre impressionnant de 4x4, 8x8 qui polluent l'atmosphère et la planète
Le nombre impressionant de 4x4 et autres 8x8 avec des pare-buffles (comme si on risquait de rencontrer des buffles à Dakar). Parvenus de l'alternoce
Les chauffeurs de taxis qui ne savent pas conduire ou qui signalent avec leurs bras
Le temps passé entre la Patte d'Oie et la sortie de Rufisque (4 heures)
Les taxis épaves polluants
Les automobilistes qui ne laissent pas passer les piétons aux "passages piétons" si tu le fais, ils te rentrent dedans ou te klaxonnent
Les automobilistes qui ne savent pas que celui qui est engagé dans le rond-point est prioritaire
Le nombre de quartiers ensablés alors que les jeunes restent toute la journée à boire du thé (du boulot à explorer avec les maires de quartier)

Le nombre de trous sur les routes que j'ai connu et laissé dans les quartiers de la Médina qui sont toujours béats (du boulot en perspective pour les jeunes)
Le droit de me reposer que Béthio oublie allègrement en me barrant la route 2 samedis de suite en vociférant toute la nuit
Ma liberté que Kara oublie en me barrant la route dimanche avec une armée de malades mentaux tout de blancs vêtus dans une voiture sans plaque d'immatriculation avec un cortège pour lui ouvrir la route
L'agressivité dont font preuve les Baye-Fall à l'Avenue Ponty
La villa de Lamine Faye (R+1) avec un ascenceur directement dans la chambre. Un truc de ouf
Les villas indécentes des alternoceurs reconnaissables aux carreaux partout sur toute la maison (façade comprise)

Le nombre élevé de filles seules ou en groupe en boite de nuit sans hommes. Les hommes sortent en boite avec 2 ou 3 maitresses (véridique) ou copines
Le trop plein de mendiants
Le trop plein de vendeurs ambulants
Le trop plein de vendeur de cartes téléphoniques
Le nombre de policiers corrompus,(1000 F) dont un devant le palais présidentiel au nez et à la barbe de Wade. J'ai même vu un policier faire un bras d'honneur à un "mara" qui refusait de s'arrêter vers Parc Lambaye
Le nombre de sacs plastiques dans la nature
Les conditions de vie des populations à la décharge de Mbeubeuss
Aucune poubelle publique dans les rues de Dakar, tout le monde jette tout par terre
Le nombre de problèmes journaliers(mariages, baptême, deuils) pretexte à débourser de l'argent

Ce qui m'inquiète:
Le nombre de personnes prêtes à émigrer

Ce qui m'encourage
Tout est à faire ou refaire au Sénégal et en cela c'est rassurant


3.Posté par Thiaaf le 27/05/2009 00:42
"ta raison niokhor il faut pas mourir pour 30000fca et pour te faire respecter il faut baiser ta patrone quand son mari part en voyage tu verras y'aura plus de respect té sakh si elle a une belle fille baise la aussi ngua motal .Senegalais boulaye faye rek doula recpecter " Voilà le genre de phrase qui montre que même si des veilleurs de nuit souffrent alors qu'ils paraissent sympatiques, d'autres n'ont pour seul fantasme que de sauter la fille (ou les) du patron et fantasmer sur sa femme. En rêgle generale, c'est pendant les insurrections ou les guerres civiles qu'ils en profitent avec (d'autres prevers complices) pour abuser des femmes et s'en aller nonchalament. On se demande qui du voleur ou du veilleur est le plus "sanguinaire".

4.Posté par khali le 27/05/2009 10:38
tu te rend compte. l imbecile ki non seulement met comme pseudo bara mbacke .en plus de ca il n a autre conseil a donner a niokhor ke de baiser la femme de s patron et de sa fille .........mane ce ki m inkiet c le nombre de psychopate kon laisse errer dans la nature.............tw la t pire kun fils de chien .tu vaut quedal.................si j etais pres de tw j allais te casser la figure tu sais ce ki baise les femmes d autrui sont pire ke les goordjiguene .eux o moins ont optes pour kelk chose mais tw t un faible c pour cela ke tu te refuge sur les femme dautrui mw sw celibataire mais ca m fai mal kan j voi des personne com tw fis de pute ke t .........kann a tw niokhor ce ke jai com conseil a te donner .........continu a exerce t metier dignement yalla bakh na

5.Posté par Thiaaf le 27/05/2009 16:04
khali, le pire c'est qu'ils sont partout ce genre d'individus, c'est des enflures de premières catégories, mais comme le dit l'adage tout a une fin: même leurs misérables vies

6.Posté par bara mbacké le 27/05/2009 18:57
khali si tu veux on se donne rv tu verras si tu auserai lever ta main sur moi conard cest sur k ta mére respecte pas les veilleurs de nuit et se fait defoncer par ce dernier a l'absence de ton daron salle kon wé

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State