Référence multimedia du sénégal
.
Google

Une zone d’ombre sur la recapitalisation des Ics

Article Lu 1338 fois

Le gouvernement du Sénégal et la coopérative indienne Iffco, partenaire historique des Ics, ont finalisé le 16 juillet 2007, le projet de recapitalisation de l’ex-fleuron de notre industrie nationale. Rappelons la quintessence de l’opération : - Iffco va injecter 40 milliards de francs Cfa pour se retrouver à la tête d’un consortium qui détiendra 90 % des actions. Les Indiens détiendront eux-mêmes au moins 51 % des actions pour contrôler l’entreprise.



- L’Etat du Sénégal va garder 10 % des actions et siègera au conseil d’administration avec deux représentants.

Les braves travailleurs des Ics et de Senchim ont accueilli l’évènement avec beaucoup d’espoir. Il en est de même pour les nombreux partenaires du groupe : fournisseurs de biens ou services, et clients. En tant que travailleur, je suis content de ce début de solution, mais je ne ferai pas pour autant les éloges de personne. Au contraire, je me pose quelques questions en tant que patriote. C’est ce même sentiment de patriotisme viscéral qui m’avait poussé, au mois de juin 2006, à attaquer M. Jérôme Godart et tout le système qui a généré le processus ayant abouti au blocage de nos comptes. C’était la première fois, je dis bien la première fois, que le problème ‘Godart’ était publiquement posé et clairement expliqué aux travailleurs des Ics et à l’ensemble des Sénégalais. Et je rends grâce à Allah de m’avoir inspiré…

Cela dit, voici la question fondamentale que je pose aujourd’hui : Existe-t-il un cahier des charges pour la sélection des membres du consortium ? En d’autres termes, existe-t-il un appel d’offres international pour identifier de manière transparente les futurs membres dans le lot des soumissionnaires ? Cette question est vitale surtout avec la perspective de cession de l’usine d’engrais de Mbao et de Senchim, la filiale commerciale des Ics, par ailleurs productrice de produits phytosanitaires.

On nous annonce que les membres du consortium seront connus dans quelques jours. Ils seront assurément les nouveaux propriétaires de l’usine d’engrais et de Senchim. Peut-on nous expliquer d’ores et déjà les critères du choix porté sur eux ? Pour une telle opération, il faut un appel d’offres international et les soumissionnaires doivent produire (sur la base d’un cahier des charges) : - Un dossier administratif pour l’identification et la vérification des références dans le secteur d’activité (production d’engrais et de produits phytosanitaires).

- Un dossier d’offre financière.

- Un dossier technique pour expliquer ce qui va être mis en œuvre en termes d’acquisition d’équipements, de modernisation de process, d’acquisition de nouvelles molécules, etc.

Ce dossier technique est fondamental, inévitable, si on cherche réellement à développer Mbao et Senchim. Il peut même s’avérer plus important que l’offre financière pour une vision à long terme. Voilà pourquoi j’ai beaucoup d’appréhensions par rapport au profil des autres membres du consortium qui vont accompagner Iffco. Chat échaudé craignant l’eau froide, je me dis : ’Et s’il y avait un cousin de Jérôme Godart parmi les membres du consortium ?’ Eh oui ! Concernant Mbao et Senchim, le scénario déjà écrit est toujours sous le coude du metteur en scène. Ce sont les acteurs qui vont changer.

Je voudrais terminer en rappelant que Mbao et Senchim sont des usines avec des technologies précises. Ne peut se déclarer expert dans la production et/ou la commercialisation des intrants agricoles qui veut. Il ne s’agit pas de faire du trading. Cela doit être compris dans la perspective d’un développement durable d’une industrie nationale dont les enfants du peuple sénégalais devront hériter.

Les Sénégalais ne doivent pas être naïfs sur ce dossier des Ics, car des intérêts privés sont sur le point de réaliser par une autre démarche plus subtile, plus intelligente, ce qu’ils n’avaient pas réussi il y a un an : s’accaparer des mines d’or que sont l’usine d’engrais et la Senchim. Je souhaite me tromper dans mon analyse.

Abdou Aziz NDIAYE Cadre à Senchim
Source: Walfadji

Article Lu 1338 fois

Mardi 24 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State