Référence multimedia du sénégal
.
Google

Une journée avec DeSagana Diop

Article Lu 11051 fois

La rencontre avec les médias que le basketteur sénégalais Ngagne DeSagana Diop avait prévue pour ce vendredi 29 août n'a pas eu lieu. A la place, ceux qui ont bien voulu rester, ont passé toute la journée avec le joueur des Dallas Mavericks (NBA) qui nous a conviés à assister à sa séance d'entrainement.



Une journée avec DeSagana Diop
Il fallait que je me perde pour me mieux me retrouver, ce vendredi matin, et passer d'excellents moments avec une star sénégalaise du basket professionnel américain. Et, ce n'était pas facile, au départ, puisque le taximan ne semblait pas bien connaitre tous les coins et recoins de la capitale. Après avoir demandé des renseignements, nous débarquons au lieu où devait se tenir la conférence de presse. Une fois à l'intérieur de cet imposant havre de paix qu’est l’ancien Club Med, l'initiateur du camp d'entrainement, Amadou Gallo Fall, nous fournit comme raison à ce report : « Les gars nous ont informés qu’il y avait l'entraineur de l'équipe nationale de football qui doit publier la liste des joueurs pour le match contre l’Algérie et là on a été obligé de remettre notre rencontre à demain ». Encore une fois, le football roi au Sénégal… !

Les quelques journalistes qui étaient sur place n'en revenaient pas. « Quel gâchis! Tout ce chemin pour rien, il fallait nous aviser à temps », se plaint l'un d'eux qui était vraisemblablement en colère contre les organisateurs. Il faut dire que l’endroit choisi est certainement l’un des plus excentré de Dakar. Les uns sont partis tout bonnement et les autres ont bien voulu passer la matinée avec le géant de Dallas (2m10) pour du coup assister à son entrainement quotidien.

Vers les coups de 11h, DeSagana tout sourire apparut avec son impressionnante silhouette. « Diadieuf way ! [Ndlr : Merci les gars !, en langue wolof] », nous lance-t-il tout en nous serrant la main. Et là, j'étais obligé de lever la tête pour voir le visage du colosse qui se tenait devant moi. Un jeune homme de cette taille, on n'en croise pas tous les jours. Sans perdre plus de temps, DeSagana s'éloigne, en bordure de mer, avec son préparateur physique, suivi par nous et quelques vacanciers curieux. La séance à laquelle nous avons assisté est tout à fait différente de celles que mènent les coachs locaux avec leurs joueurs. Sur le sable fin, Desagana, en véritable lutteur, s'efforçait à aller en avant pendant que son préparateur essayait de le retenir avec une sorte de corde attachée au niveau de la poitrine. Autre truc marquant, les jets de pierres (à la place du ballon) auxquels il se livrait à coeur joie. Aucun basketteur local ne tiendrait la route si on lui servait le même menu. « C'est un entrainement spécifique aux joueurs de la NBA », nous précise l'un des membres de la délégation. Franchement, ce n'était pas loin de nous rappeler les sombres périodes de l'esclavage.

C'est vraiment impressionnant de voir comment ce géant s'exécutait sans retenue sous les yeux de son père, Souleymane Diop, d’ailleurs mon ancien proviseur au lycée, tout aussi impressionné par le talent de son fils. « Je suis très fier de ce qu'il fait et il ne cesse de progresser car il met du sérieux dans le sport qu'il pratique. Même étant en vacances, il se défonce quotidiennement pour garder la ligne », confie le père visiblement comblé par son basketteur de fils. Pendant que le colosse des Dallas Mavericks suait sous le chaud soleil, le reste de la délégation sirotait tranquillement des verres au bar. De là, on pouvait entendre d'inépuisables « you know » qui fusaient de partout. Les américains avaient fini de prendre possession des lieux. Et, il fallait entendre les quelques journalistes sénégalais restés, s'employer à manier la langue de l'Oncle Sam. Au moment où la secrétaire nous distribuait le programme du séjour, tout ce qu'ils ne cessaient de répéter est : « yes, ok, nice », en acquiesçant de la tête comme s'ils avaient effectivement compris tout ce qu'elle nous expliquait. Après une dure séance d'entrainement qui a durée près de 3 tours d'horloge, Desagana nous a rejoint pour passer quelques bons moments avec nous. Partageant avec tout le monde les succulents plats que nous ont servis les cordons bleus de la maison. L'ambiance était bon enfant autour de la piscine dans laquelle aucun d'entre-nous n'a osé s'aventurer pour se détendre.

Je restai impressionné par le colosse que j'avais en face de moi. En détail, il est revenu sur son parcours dans le basket, bien qu'il ait débuté par le foot. Après avoir juré qu'il ne pourrait pas être trop expansif, le géant de Dallas a finalement cédé devant l'insistance des journalistes. Il a laissé entendre, dans un français clair et limpide que : « Par le basket je suis devenu quelqu'un et donc pour le basket, je ne cesserai de m'investir ». En prenant congé de nous, nous a donné rendez-vous le lendemain pour le début de son camp d'entrainement de basket.

Source: Dakarblog.info

Article Lu 11051 fois

Mardi 2 Septembre 2008





1.Posté par loup le 02/09/2008 11:52
bien sûr il parle français , il a fait le collège de la cathédrale et le lycee lamine gueye, il vous a pas dit ça?

2.Posté par lirou le 02/09/2008 13:36
diadieuf!!!

3.Posté par Sagana coumba Kaba le 02/09/2008 16:26
j'aimerai savoir d'où il tient le DESAGANA ? c'est son aieül ou bien?

4.Posté par kéne le 02/09/2008 19:44
demandez lui s'il a oublié ces nombreux gens ki lui ont aidé à devenir ce kil ai now..depuis cadet jusqu'en junior des gens ki lui ont donné tout le matos necessaire.
son père refusait kil joue esk vs lui avez demandé

5.Posté par dioufy le 03/09/2008 05:08
sisi il etai a la cathedral

6.Posté par makhou le 12/09/2008 16:04
en tout cas son pere a chassé tous ses potes d'apres un pote qui est aux usa,de toute facon cest pas un bon joueur de basket il a pas de bonne main bon vent pour le reste

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State