Référence multimedia du sénégal
.
Google

Un jeune contrebandier abattu par un douanier

Article Lu 11134 fois


Un jeune contrebandier abattu par un douanier
Encore une victime parmi les contrebandiers. Ameth Fall 27 ans a été atteint de trois balles en plein bassin. C’était suite à un débarquement de sacs de sucre provenant de la Gambie à la berge de Mbour. Surpris par les douaniers de Fimela région de Fatick, qui avaient poursuivi la pirogue de Assane Fall, frère du défunt. Beaucoup moins nombreux que les contrebandiers et la foule, les douaniers qui avaient été pris à partie pour se sauver ont tiré des balles qui ont causé la mort du jeune ancien militaire Ameth Fall. Les douaniers qui étaient arrivés à Mbour vers 6h du matin ont rebroussé chemin aussitôt leur acte commis et ne reviendront que vers 19h pour aller rendre compte de ce qui s’est passé. L’un d’entre eux, supposé avoir tiré sur le jeune Ameth, est en garde-à-vue au commissariat de Mbour où l’enquête suit son cours. Les parents de la victime ont donné une autre version des faits soutenant que ce n’était pas un douanier qui avait tiré mais bien un accompagnant communément appelé indicateur. Assane Fall qui dit être propriétaire de la marchandise et avait simplement envoyé son frère Ameth Fall s’occuper du déchargement a avancé que son frère exigeait du douanier qui l’a abattu d’exhiber son identité avant d’obtempérer. Ce dernier en lieu et place d’une carte professionnelle a brandi, selon notre interlocuteur, son arme pour clamer que voilà l’identité la plus sûre. S’en est suivie une altercation qui a abouti au drame évoqué plus haut. Ce n’est pas la première fois que l’on constate dans la capitale de la Petite côte ce genre de situation, puisque déjà, il y a deux ans le jeune Libasse Kane avait été tué par balle et par un douanier dans les mêmes conditions sans compter cet autre jeune qui a perdu la vie au quai de pêche de Mbour après avoir reçu une balle d’un gendarme. Une situation qui devient donc préoccupante et nécessite qu’on la prenne à bras le corps pour lui trouver des solutions qui empêchent quelle que soit la gravité de l’acte commis, qu’il y soit mort d’homme.

Amath Sigui Ndiaye
Source: Le Soleil

Article Lu 11134 fois

Mardi 5 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State