Référence multimedia du sénégal
.
Google

Un avion présidentiel par-delà les commentaires stériles

Article Lu 1411 fois


A quoi sert un avion présidentiel ? La question paraît au prime abord superflue. Mais à notre avis, elle mérite d'être posée eu égard aux multiples développements dont l'avion de commandement a fait l'objet depuis l'avènement de l'alternance. En effet, dans un contexte de cadrage macroéconomique imposé par un monde en perpétuelle mutation et par la raréfaction des ressources, il est facile, à ne pas y prendre garde, de verser dans des débats sans intérêt par faute de maîtrise des enjeux d'une telle question. Devant une telle situation, un travail de clarification s'impose afin que les citoyens puissent saisir le sens de notre contribution.
Il faut s'empresser de préciser qu'au soir du 19 mars 2000, la Pointe de Sangomar avait 24 ans d'âge, soit 4 ans sous Senghor et 20 ans sous Abdou Diouf. Donc pour un Bœing 727, réceptionné le 2 novembre 1976, qui a connu quatre grandes revisions, il est tout à fait normal que l'appareil montre quelques signes de défaillance. C'est ce qui explique, dans une certaine mesure, sa mise à l'écart lors des déplacements du président de la République depuis l'incident malheureux de Majorque le 14 avril 2007. Qui plus est, l'avion, re-motorisé en 2000, choix du président de la République, contrairement à la proposition du Conseil des ministres, comptait déjà 9 735 heures de vol et 5 558 cycles (décollages et atterrissages).

Ces informations distillées par le Professeur Iba Der Thiam après un rigoureux travail de recherche dans son livre-vérité (Un procès d'intention à l'épreuve de la vérité) et faisant foi, il apparaît assez clairement que l'appareil âgé aujourd'hui de 31 ans, n'est plus un havre de sécurité, notamment pour celui qui est sensé incarner la plus haute autorité de l'Etat. Or, dans un contexte de complexification des relations internationales ponctuées par l'émergence d'une multitude de nouveaux acteurs aux côtés de l'Etat, ce dernier perd progressivement sa place de leadership. Par conséquent, tout Etat qui veut bénéficier, dans la société internationale, d'une audience, d'un crédit et d'un rayonnement, devrait outiller son chef à l'effet de lui permettre d'assumer ses fonctions en dehors de son territoire. Autrement dit, lui permettre de poser les jalons d'une bonne politique extérieure. Le reste devait être le travail de mise en forme qui incombe au ministre des Affaires étrangères et ses collaborateurs dont ce sont les métiers.

Je tiens à le rappeler ici : la politique étrangère a pour but ultime la relance de la croissance économique, le renforcement de la coopération internationale, l'attrait des investissements directs étrangers, la revalorisation de la coopération Nord - Sud... En un mot, une bonne diplomatie économique est plus que nécessaire pour donner corps à la vision qui sous-tend l'idée d'un Etat qui veut se faire une place de choix dans le concert des nations caractérisé par une concurrence et une lutte âpres. Voilà pourquoi M. Babacar Gaye, alors président de la Commission des Affaires étrangères, de l'Union africaine et des Sénégalais de l'extérieur, dans la première législature post-alternance, assimilait la fonction de président de la République au rôle de ‘Directeur commercial de l'Entreprise Sénégal’ (voir Sud Quotidien du 03/01/2005 ; page 13).

Assurément, un bon management est une exigence pour un pays comme le Sénégal caractérisé par la modestie de ses dimensions physiques et de ses potentialités économiques. En 2004, 250 milliards de nos francs n'ont-ils pas été annulés concernant la dette publique du Sénégal ? Cette annulation se trouvait être un véritable ballon d'oxygène pour notre économie et qui a permis aux pouvoirs publics de faire face à une demande sociale pressante, dont le rnarasme économique né de l'application des politiques d'ajustement structurel en est la sève nourricière. Cette décision des créanciers de notre pays n'a été possible, en partie, que grâce à l'action diligente d'une diplomatie économique. C'est la raison pour laquelle penser à mettre à la disposition du président de la République des moyens conséquents est plus qu'une nécessité. Un avion sécurisant entre dans cette logique. Cela lui aurait permis de faire l'économie d'un voyage ayant duré environ 18 heures pour rallier New York (36 heures aller et retour) en vue de participer à l'Assemblée annuelle des Nations Unies, tenue le mois passé.

Nous passons volontairement sur les actions sociales menées à travers les déplacements du chef de l'Etat comme le rapatriement de Sénégalais en détresse, l'évacuation de malades à l'étranger..., pour ne citer que celles-là. C'est la preuve que l'intérêt public gouverne dans une République comme la nôtre qui doit être préservée de la pensée unidimensionnelle qui réduirait ‘la Pointe de Sangomar’ à un simple jouet pour adulte destiné à égayer la galerie.

Un esprit positif peut aisément se rendre compte qu'un avion présidentiel, par-delà les commentaires stériles, aide le président Abdoulaye Wade à prendre en charge les problèmes de la nation toute entière. Car investi de la légitimité populaire, le président de la République travaille à la transformation des souhaits de nos compatriotes en résultats palpables, comme le soutenait le Cardinal Marty : ‘L'art de gouverner ne consiste pas à rendre souhaitable ce qui est possible, il consiste à rendre possible tout ce qui est souhaitable.’

Dougoutigui SOUMBOUNOU Parti africain social, démocratique/Indépendance, Intégration et Citoyenneté africaine (Pasd/Ica) Parti membre de la Cap 21

Source: Walfadjri

Article Lu 1411 fois

Mercredi 17 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State